Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SLAVES

Syntaxe

Les langues slaves, considérées dans leur forme livresque, semblent offrir, en matière de syntaxe, peu de surprises pour un Européen occidental : le russe des ouvrages scientifiques ou des journaux se laisse traduire presque mot à mot en français, et de même, à onze siècles de distance, le vieux slave des textes scripturaires calque fidèlement l'original grec dont il est traduit. Mais, à ce niveau stylistique, une partie des ressources syntaxiques reste inexploitée : la langue parlée, que l'on ignore pour le vieux slave, mais que l'on connaît bien pour les langues modernes, révèle une syntaxe plus différente de la nôtre.

Conformément au modèle indo-européen, le slave présente une nette différenciation entre nom et verbe, et toute proposition contient en principe un verbe. Toutefois, en cas de prédicat nominal, il n'y a d'autre forme verbale que la copule (verbe « être ») ; en russe, la copule est exprimée aux temps autres que le présent, mais ne l'est pas au présent (copule zéro). Ainsi « tout était prêt, tout sera prêt, tout est prêt » se disent respectivement en serbo-croate sve je bilo gotovo, sve će biti gotovo, sve je gotovo (copule exprimée à tous les temps), mais en russe vse bylo gotovo, vse budet gotovo (copule exprimée au futur et au prétérit), vse gotovo (copule zéro au présent). La copule zéro apparaît aussi sporadiquement dans d'autres langues : polonais to prawda « c'est la vérité ». Le prédicat peut aussi être exprimé par une interjection (russe myšelovka menja hlop « la souricière s'est refermée sur moi », littéralement « la souricière me clac ! »), par un complément circonstanciel (russe Tat'jana v les, medved' za neju « Tatiana entre dans la forêt, l'ours la suit », littéralement « Tatiana dans la forêt, l'ours derrière elle »), par un infinitif (russe a on revet' « et lui de hurler »). On rencontre donc au total un assez grand nombre de propositions ne contenant pas effectivement de forme verbale conjuguée. Ce trait est particulièrement net en russe ; il est plus rare dans les autres langues et surtout en slave méridional.

Dans le type de phrase le plus courant, le prédicat est accompagné d'un sujet, mis au nominatif, et avec lequel il s'accorde. Mais les langues slaves connaissent aussi une très grande variété de propositions impersonnelles, ne contenant pas de sujet : russe temneet « il fait sombre », menja znobit « j'ai des frissons » (menja est un pronom de première personne à l'accusatif), mne vezët « j'ai de la chance » (mne est un pronom de première personne au datif), ou avec un prédicat nominal : mne skučno « je m'ennuie », mne nel'zja « je ne peux pas » ; avec un infinitif : mne zdes' ne usest'sja « je n'arriverai pas à m'asseoir ici » (usest'sja est un verbe à l'infinitif).

L'objet du verbe transitif se met à l'accusatif, mais il existe de nombreux verbes gouvernant d'autres cas : génitif, datif, instrumental, tournures prépositionnelles.

Le génitif connaît dans les langues slaves de nombreux emplois qu'on ne retrouve pas ailleurs, et qui se rattachent à une valeur partitive (les langues finnoises, voisines géographiquement des langues slaves, emploient dans toutes ces tournures un cas qui leur est propre, le partitif). On a ainsi le génitif pour un objet qui n'est atteint que partiellement par l'action du verbe : russe daj mne hleba (génitif) « donne-moi du pain » (cf. daj mne hleb, accusatif, « donne-moi le pain »), ou qui n'est atteint que temporairement par elle : daj mne nožika « donne-moi ton couteau (pour un instant) » ; pour l'objet d'une proposition négative : russe vy ne znaete ukrainskoj noči (génitif) « vous ne connaissez pas la nuit ukrainienne[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant à l'Institut national des langues et civilisations orientales.
  • : professeur de langue et littérature slaves à l'université de Provence
  • : chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification

Pour citer cet article

Denise EECKAUTE, Paul GARDE et Michel KAZANSKI. SLAVES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 29/03/2019

Médias

Slaves, VI<sup>e</sup>-X<sup>e</sup> siècle - crédits : Encyclopædia Universalis France

Slaves, VIe-Xe siècle

Biskupin (Posnanie) en 700-400 av. J.-C; - crédits : Encyclopædia Universalis France

Biskupin (Posnanie) en 700-400 av. J.-C;

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques - crédits : Encyclopædia Universalis France

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques

Autres références

  • SLAVES DU SUD (ART DES)

    • Écrit par et
    • 7 371 mots
    • 2 médias

    La pénétration des Slaves dans la péninsule balkanique au vie siècle arrête le développement de l'art chrétien dans les régions où ils finissent par s'établir. Leur venue entraîne la ruine de nombreuses villes byzantines florissantes (Sirmium, Naissus, Scupi, Stobi...) et la disparition d'imposants...

  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

    • Écrit par
    • 14 136 mots
    • 7 médias
    Cependant, on ne peut vraiment parler d'expansion qu'à l'égard des peuples slaves. La pression allemande fut vive dans le secteur de l'Elbe sous Otton Ier, qui suivait la tradition saxonne et établit, le long du fleuve, des marches dont les chefs avaient la double mission de mettre l'Allemagne...
  • BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

    • Écrit par et
    • 7 514 mots
    • 1 média
    Si les invasions slaves des vie et viie siècles ont affecté toute la péninsule, et même les îles, trois langues antérieurement parlées dans les Balkans ont subsisté : l' albanais, dont le vocabulaire comprend de nombreux mots d'origine latine, indice de l'ancienneté de la présence de ce peuple ; le valaque,...
  • BAPTÊME DE MIESZKO Ier (duc de Pologne)

    • Écrit par
    • 192 mots

    Premier prince de la dynastie des Piast attesté dans les textes, Mieszko Ier est, vers 960, à la tête d'une confédération de peuples slaves, entre Oder et Vistule, et désire élargir son autorité à la Poméranie, au nord-ouest. Il entre ainsi en concurrence avec la poussée des Occidentaux,...

  • BOSNIE-HERZÉGOVINE

    • Écrit par , , , et
    • 13 495 mots
    • 7 médias
    Les Slaves commencèrent à s'installer sur ce territoire au cours du vie siècle. Une seconde vague slave, au viie siècle, comprenait deux tribus puissantes, les Croates et les Serbes : les Croates occupèrent probablement tout ou partie du centre, de l'ouest et du nord de la Bosnie, tandis que...
  • Afficher les 41 références