Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SLAVES

Phonologie

Structure syllabique

Dans l'histoire du slave, le fait essentiel est l'évolution de la structure syllabique. Le vieux slave (comme les autres parlers slaves de la même époque) est une langue à syllabes ouvertes, c'est-à-dire que toutes les syllabes se terminent par une voyelle. Ainsi le mot indo-européen signifiant « sommeil » (grec hupnos, latin somnus, lituanien sapnas) devient en vieux slave sǔnǔ ; « cinquième » (grec pemptos, latin quintus, lituanien penktas) se dit en vieux slave pŗetǔ : comme on le voit, il y a eu chute des consonnes finales et simplification des groupes de consonnes.

Mais cette situation change radicalement aux environs du xe siècle quand, dans toutes les langues slaves, se produit la chute, dans la plupart des positions, de deux voyelles très fréquentes, ǔ et ǐ (appelées traditionnellement jers), issues des u et i brefs indo-européens. Ce phénomène (qui fait penser à la chute des e muets en français) réduit radicalement le nombre des syllabes et fait apparaître un grand nombre de syllabes fermées et de nombreux groupes consonantiques. Au vieux slave sǔnǔ correspond le russe moderne son (polonais et tchèque sen, serbo-croate san, etc.) ; le mot signifiant « mortel » est en vieux slave sǔmrǔtǐnǔ (quatre syllabes), mais en russe moderne smerten (deux syllabes). Ainsi sont rendues possibles ces accumulations de consonnes qui sont si caractéristiques des langues slaves modernes aux yeux des étrangers. Ce caractère consonantique est plus net encore pour les langues de la partie nord du domaine slave (russe, polonais) que pour celles de la partie sud (serbo-croate, macédonien), où bien des groupes de consonnes ont été secondairement simplifiés.

Les voyelles

Le slave commun est une langue riche en voyelles. Il a hérité de l'indo-européen un système de huit voyelles simples (quatre brèves, quatre longues). D'autre part, sous l'effet de la tendance à l'ouverture des syllabes, il a altéré tous les groupes voyelle + sonnante de l'indo-européen, ce qui, dans certains cas, fait apparaître des voyelles nouvelles. Une voyelle u provient d'une ancienne diphtongue ou ou au : au latin auris « oreille » correspond le russe uho. Les groupes voyelle + consonne nasale sont remplacés par des voyelles nasales ŗe et ŗo prononcées comme dans les mots français vin et bon : comparer le latin quinque, sunt avec le vieux slave pŗetǐ « cinq », sŗotǔ « ils sont » (ces voyelles sont conservées jusqu'à nos jours en polonais : piŗec, sŗa (même sens). La simplification d'anciens groupes ir, ur, il, ul donne des r et des l vocaliques, écrits en vieux slave rǔ, lǔ : sǔmrǔtǐ « mort », vlǔkǔ « loup ». Ces sonantes voyelles demeurent aussi en tchèque et en slovaque et (pour r seulement) en serbo-croate et en slovène : tchèque et slovaque smrt, vlk, serbo-croate et slovène smrt.

Cependant, toutes les langues slaves modernes ont simplifié ce système vocalique. Les voyelles ǐ, ǔ ou jers se sont amuïes dans certaines positions et se sont confondues ailleurs avec d'autres voyelles. Les voyelles nasales ont été dénasalisées partout, sauf en polonais : russe pjat', sut', serbo-croate pet, su « cinq, il sont ». L'opposition entre voyelles palatales et vélaires s'est en partie reportée sur la consonne précédente, créant dans une partie des langues une opposition entre consonnes palatalisées et non palatalisées. Ainsi, là où le vieux slave avait nosǔ « nez » et neslǔ « ayant porté », avec une même consonne n suivie de deux voyelles différentes e et o, on a en russe [nos] « nez » et [n'os] « il portait », avec deux consonnes différentes : le n (non palatalisé) et le n' (palatalisé), suivies d'une seule et même voyelle o (ces mots sont écrits respectivement nos et nës, l'orthographe[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant à l'Institut national des langues et civilisations orientales.
  • : professeur de langue et littérature slaves à l'université de Provence
  • : chargé de recherche au C.N.R.S.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Slaves, VI<sup>e</sup>-X<sup>e</sup> siècle

Slaves, VIe-Xe siècle

Biskupin (Posnanie) en 700-400 av. J.-C;

Biskupin (Posnanie) en 700-400 av. J.-C;

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques

Autres références

  • SLAVES DU SUD (ART DES)

    • Écrit par Athanas BOJKOV, Vajislav DJURIC
    • 7 371 mots
    • 2 médias

    La pénétration des Slaves dans la péninsule balkanique au vie siècle arrête le développement de l'art chrétien dans les régions où ils finissent par s'établir. Leur venue entraîne la ruine de nombreuses villes byzantines florissantes (Sirmium, Naissus, Scupi, Stobi...) et la disparition d'imposants...

  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

    • Écrit par Pierre-Roger GAUSSIN
    • 14 136 mots
    • 7 médias
    Cependant, on ne peut vraiment parler d'expansion qu'à l'égard des peuples slaves. La pression allemande fut vive dans le secteur de l'Elbe sous Otton Ier, qui suivait la tradition saxonne et établit, le long du fleuve, des marches dont les chefs avaient la double mission de mettre l'Allemagne...
  • BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

    • Écrit par Jean AUBOUIN, Michel ROUX
    • 7 514 mots
    • 1 média
    Si les invasions slaves des vie et viie siècles ont affecté toute la péninsule, et même les îles, trois langues antérieurement parlées dans les Balkans ont subsisté : l' albanais, dont le vocabulaire comprend de nombreux mots d'origine latine, indice de l'ancienneté de la présence de ce peuple ; le valaque,...
  • BAPTÊME DE MIESZKO Ier (duc de Pologne)

    • Écrit par Vincent GOURDON
    • 192 mots

    Premier prince de la dynastie des Piast attesté dans les textes, Mieszko Ier est, vers 960, à la tête d'une confédération de peuples slaves, entre Oder et Vistule, et désire élargir son autorité à la Poméranie, au nord-ouest. Il entre ainsi en concurrence avec la poussée des Occidentaux,...

  • BOSNIE-HERZÉGOVINE

    • Écrit par Emmanuelle CHAVENEAU, Renaud DORLHIAC, Universalis, Nikola KOVAC, Noel R. MALCOLM
    • 13 495 mots
    • 7 médias
    Les Slaves commencèrent à s'installer sur ce territoire au cours du vie siècle. Une seconde vague slave, au viie siècle, comprenait deux tribus puissantes, les Croates et les Serbes : les Croates occupèrent probablement tout ou partie du centre, de l'ouest et du nord de la Bosnie, tandis que...
  • Afficher les 41 références

Voir aussi