Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SITUATIONNISTES

Revue qui a marqué profondément les années 1960, l'Internationale situationniste a eu douze numéros entre 1958 et 1969 (repris en volume, Champ libre, 1975) et a influé, par ses critiques idéologiques, sociales et politiques, sur le mouvement de mai 1968. Le principal animateur du groupe situationniste fut Guy Debord (1931-1994), qui découvrit dans les années 1950 la pensée du philosophe marxiste Henri Lefebvre, alors en rupture avec le Parti communiste français. Il puisa notamment dans La Critique de la vie quotidienne (1947) et dans La Somme et le reste (1958) les fondements d'une critique non seulement théorique mais aussi pratique de la société moderne (cf. R. Hess, Henri Lefebvre et l'aventure du siècle, 1988). En 1965, Debord rompt avec Lefebvre, qu'il juge trop abstrait, en prétextant que La Proclamation de la Commune (1965) est un plagiat d'un tract situationniste. Pour les situationnistes, il convient d'être davantage dans la pratique que dans la philosophie. L'Internationale situationniste a rassemblé soixante-dix membres entre 1958 et 1969, année de son autodissolution. Elle est alors composée de sections nationales qui ont déployé leurs activités en France, aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Suède, en Belgique, au Danemark, en Amérique, en Algérie, en Tunisie, en Italie. Un autre membre influent du mouvement est Raoul Vaneigem, auteur du célèbre Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations (1967). Un groupe d'étudiants situationnistes se développe à Strasbourg (où enseigne Lefebvre) entre 1964 et 1966. Il fait la critique de la « misère en milieu étudiant » et considère que l'étudiant moyen n'aspire qu'à une chose : être le valet du grand capital en tentant le plus rapidement possible d'obtenir une place dans une société de classes (De la misère en milieu étudiant... et de quelques moyens pour y remédier, 1966). Plus généralement, la revue l'Internationale situationniste s'attaque à la pensée de gauche de l'époque, notamment à Arguments, publication animée par Edgar Morin, Kostas Axelos, Jean Duvignaud, Pierre Fougeyrollas, Georges Lapassade, et à Socialisme ou barbarie, revue dirigée par Cornélius Castoriadis et Claude Lefort. Elle porte ses critiques sur l'art, l'urbanisme, la sociologie. Radicale et polémique, elle n'hésite pas à pratiquer l'insulte, élevée au rang de nouveau genre culturel.

En 1967, Guy Debord publie La Société du spectacle, ouvrage qui reprend toutes les critiques élaborées dans l'Internationale situationniste et qui, écrit sous forme d'aphorismes, montre que notre société « préfère l'image à la chose, la copie à l'original, la représentation à la réalité, l'apparence à l'être [...] » (citation de Feuerbach, placée en exergue du premier chapitre). La marchandise n'est plus une réalité, mais avant tout un spectacle. Poussant à bout les conséquences de cette affirmation, Debord conclut que le prolétariat, s'il est un sujet, est aussi une « représentation ». Ce livre, fondamental pour comprendre les contradictions de la « société de consommation » où l'acte de consommation symbolique l'emporte sur l'acte productif, a eu des prolongements dans le champ de la critique esthétique, culturelle, sociologique. Il a marqué, par exemple, l'œuvre de Jean Baudrillard (cf. La Société de consommation, 1974). L'Internationale situationniste a aussi exercé son influence sur les praticiens de l'aménagement du territoire, de la publicité, etc. René Lourau, dans L'Autodissolution des avant-gardes (1980) et, plus généralement, dans sa conception de l'analyse institutionnelle, lui reprend cette affirmation selon laquelle la perspective révolutionnaire doit mêler la critique théorique et la critique[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres et sciences humaines, maître de conférences à l'université de Paris-VIII

Classification

Pour citer cet article

Rémi HEISS. SITUATIONNISTES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 12/02/2016

Autres références

  • ART URBAIN

    • Écrit par
    • 2 727 mots
    • 4 médias
    ...division de l'espace en diverses fonctions (habiter, travailler, se divertir, se déplacer). Cette séparation généralisée faisait déjà l'objet chez les situationnistes d'une critique dont la traduction en acte sera la dérive : en réaction à une organisation spatiale de plus en plus normée, de plus en plus...
  • BELGIQUE - Lettres françaises

    • Écrit par et
    • 17 494 mots
    • 5 médias
    ...Les « golden sixties » engrangent, quant à elles, suffisamment de contradictions pour libérer quelques détonateurs dans le landernau belge : le situationnisme trouve ainsi en Raoul Vaneigem un de ses plus brillants théoriciens. Son Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations...
  • CARTOGRAPHIE

    • Écrit par , et
    • 8 489 mots
    • 3 médias
    Chez les situationistes (Guy Debord, Gilles Ivain, Patrick Straram), la carte issue de la psychogéographie facilite le détournement, la dérive, suggère des parcours inédits, se préoccupe des états d’âme. Ce groupe développe à la fin des années 1950 le principe du collage cartographique permettant l’errance...
  • CONSTANT CONSTANT ANTON NIEUWENHUYS (1920-2005)

    • Écrit par
    • 751 mots

    L'œuvre du peintre et théoricien néerlandais Constant Anton Nieuwenhuys, dit Constant, en témoigne : les mots « cité » ou « terrain vague » n'ont pas vocation à nourrir la seule propagande sécuritaire. La ville, support de ses spéculations plastiques et théoriques les plus captivantes, abrita aussi...

  • Afficher les 9 références