SIRÈNES, mythologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En un épisode demeuré célèbre, L'Odyssée (liv. XII), qui nomme pour la première fois les Sirènes (Seirènes), raconte comment Ulysse parvint, en suivant les conseils de la magicienne Circé, à vaincre ces êtres redoutables, mi-femmes, mi-oiseaux, ou plus exactement à résister au charme fatal de leur chant. Celui-ci était, en effet, si beau que les navigateurs qui s'aventuraient à proximité de l'île méditerranéenne où séjournaient ces cruelles vierges jetaient leurs navires sur les écueils alentour et étaient alors dévorés sans pitié. Mais Ulysse eut la prudence d'ordonner à ses compagnons de se boucher les oreilles avec de la cire et de se faire lui-même solidement attacher au mât de son vaisseau, en défendant qu'on le délie, quelle que soit la vigueur de ses supplications. Il lui fut ainsi donné d'entendre l'inouï sans en périr et de triompher du désir le plus puissant qu'un mortel puisse éprouver. À l'artifice du héros rusé, devenu chez Alkinoos narrateur de ses propres exploits, il est peut-être permis de préférer l'« arme » du poète dans la légende des Argonautes : car c'est en opposant le chant au chant qu'Orphée ôte à ses compagnons, à l'exception du seul Boutès sauvé par Aphrodite, le désir d'aborder au funeste rivage (cf. Apollonios de Rhodes, Argonautiques, IV, 895). C'est sans doute la raison pour laquelle les Sirènes meurent du passage d'Ulysse, mais non de celui d'Orphée. Comme le remarque Maurice Blanchot dans Le Livre à venir, « Ulysse n'en fut cependant pas quitte. Elles l'attirèrent là où il ne voulait pas tomber, et, cachées au sein de L'Odyssée devenue leur tombeau, elles l'engagèrent, lui et bien d'autres, dans cette navigation heureuse, malheureuse, qui est celle du récit, le chant non plus immédiat mais raconté, par là en apparence rendu inoffensif, ode devenu épisode... » Nul ne joue donc impunément avec la mort, que ce soit à la manière d'Orphée ou à celle d'Ulysse. Il est en effet clair que les Sirènes sont des figures de la [...]

Ulysse et les sirènes

Ulysse et les sirènes

Dessin

Ulysse est le roi de la petite île d'Ithaque. Il accompagne Agamemnon, Ménélas et Achille devant Troie. C'est un guerrier valeureux et rusé, qui propose le subterfuge du cheval de Troie pour pénétrer dans la cité. Son retour vers Ithaque est raconté dans L'Odyssée d'Homère. Poséidon... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : enseignant en littérature générale et comparée à l'université de Paris-VIII, poète et traducteur

Classification


Autres références

«  SIRÈNES, mythologie  » est également traité dans :

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 708 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les bestiaires de langue française »  : […] Toutefois, les bestiaires écrits en français présentent une inquiétante raideur dans l'imitation du Physiologus, comme si on s'adressait à un public moins intelligent. Les auteurs ne prétendent pas innover. Pourtant, on peut distinguer des nuances, et avant tout cet esprit de l'époque qui rectifie la typologie du Physiologus pour lui associer d'autres faits, d'autres légendes, et surtout pour aju […] Lire la suite

JOYCE JAMES (1882-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques MAYOUX
  •  • 7 702 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le langage et le monde »  : […] Si déjà, dans Dedalus, le monde était devenu langage, il en est, a fortiori, de même ici ; Joyce dira d' Ulysse  : « J'ai écrit dix-huit livres en dix-huit langages », et c'est presque vrai. Plusieurs épisodes témoignent d'une verve et d'une virtuosité parodique accablantes : à la maternité, la naissance de l'enfant invite à évoquer la croissance du langage, d'écrivain en écrivain, c'est-à-dire de […] Lire la suite

RHYTINE DE STELLER

  • Écrit par 
  • Christine ARGOT, 
  • Luc VIVÈS
  •  • 1 221 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Classification »  : […] La rhytine de Steller ( Hydrodamalis gigas ) appartient à l’ordre des Siréniens comprenant de nos jours les lamantins et les dugongs. Elle était toutefois plus imposante en taille et en poids que ces derniers. Son nom de « rhytine », issu du grec signifiant « plissement », lui fut attribué par Georges Cuvier (1769-1832) à cause des nombreux replis cutanés de sa peau. Ces replis abritaient des cru […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert DAVREU, « SIRÈNES, mythologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sirenes-mythologie/