SIOUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indiens des plaines d'Amérique du Nord, les Sioux (nom d'origine péjorative regroupant trois tribus qui se nomment elles-mêmes Dakota, Lakota et Nakota) appartiennent tous à la famille linguistique sioux, qui regroupe : les Assiniboin, les Crow, les Dakota, les Hidatsa, les Iowa, les Kansa, les Mandan, les Missouri, les Omaha, les Osage, les Oto et les Ponca. Les Sioux étaient avant tout des chasseurs de bisons. Certaines tribus de l'Est et du Sud cultivaient du maïs et récoltaient du riz sauvage. Avant l'introduction du cheval, en 1740, qui transforme leur vie, les Sioux se servaient pour déplacer leur camp de chiens attelés à des travois.

La bande, composée de plusieurs lignées, formait l'unité sociale de base ; elle vivait sous la direction d'un chef héréditaire ou élu, assisté d'un conseil d'anciens. Lorsque les bandes se réunissaient en certaines occasions, les tipis étaient installés en cercle autour de la tente du conseil. L'organisation politique n'était jamais centralisée ; par contre, il y avait souvent une police composée des membres des sociétés militaires et rituelles. L'importance d'un homme se mesurait à ses exploits guerriers. Il fallait commander une expédition guerrière, voler un cheval dans un camp ennemi, tuer un ennemi ou, encore mieux, le désarmer ou lui donner un coup. Pour se souvenir de leurs exploits, les Sioux utilisaient des pictographes qu'ils dessinaient sur des robes de bison ou sur leur tipi.

Comme celle des autres Indiens des plaines, l'essentiel de la vie religieuse des Sioux consistait à trouver un protecteur surnaturel. Pour ce faire, les jeunes gens devaient jeûner et prier et même s'infliger des tortures dans un endroit solitaire afin d'obtenir une vision. En général, l'initié conservait un objet qui lui servait de talisman. La danse du Soleil était leur plus importante cérémonie. Celle-ci fut supprimée, en 1881, par les Blancs à cause de « ses aspects inhumains ».

De Soto, navigateur espagnol, rencontra les Sioux pour la première fois en 1541. Au début du xixe siècle, les Blancs commencèrent à s'installer sur leurs terres et les obligèrent à vivre sur des territoires de plus en plus étroits. Finalement, on envoya les Sioux dans le territoire Indien et dans des réserves du Dakota, du Nebraska et du Montana. À partir de 1862, des troubles éclatèrent, dus la plupart du temps à la religion de la danse de l'esprit, d'inspiration messianique. Cette nouvelle religion, qui promettait à ses adeptes une prochaine délivrance, paraissait dangereuse aux Blancs, qui l'interdirent. On ne peut parler de la nation sioux sans mentionner Tatanka Yotanka (ou Sitting Bull, ou Taureau assis, 1831-1890), chamane et chef des Honkpapa, dont l'influence s'étendait sur tous les Sioux. Dans les années 1860, il conduisit les Sioux sur le sentier de la guerre. En 1876, il refusa avec ses hommes d'aller dans une réserve et écrasa le général Custer à Little Bighorn. Il s'enfuit alors au Canada, puis revint aux États-Unis, où on le conduisit dans une réserve. Il joua un rôle important dans le mouvement de la danse de l'esprit et fut tué par la police indienne qui venait l'arrêter. Les Sioux eurent alors un dernier sursaut de révolte : la bataille de Wounded Knee, en 1890, fit plus de deux cents morts du côté indien. En 2005, il y avait plus de 150 000 Sioux, dont presque la moitié vivent dans le Dakota du Sud.

Wounded Knee

Photographie : Wounded Knee

Inhumation dans une fosse commune des Indiens Dakota (aussi nommés Sioux), massacrés à Wounded Knee, en décembre 1890. 

Crédits : MPI/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SIOUX  » est également traité dans :

AMÉRINDIENS - Amérique du Nord

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre BOUSQUET, 
  • Roger RENAUD
  • , Universalis
  •  • 10 331 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La colonisation »  : […] Après la défaite française, la colonisation se développa. Des réserves furent créées, mais les interventions sur le mode de vie, le déclin du commerce des fourrures, et l'accaparement les réduisirent à un état de prolétariat rural. Dans la vallée du Saint-Laurent, les Français s'installèrent dans une région déjà vidée de ses habitants. Pour des raisons diverses, des groupes d'Indiens, Abenakis, I […] Lire la suite

CRAZY HORSE (1842 env.-1877)

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 462 mots

Chef sioux de la tribu Oglala, Ta-Sunko-Witko, que les soldats des armées nord-américaines appelèrent Crazy Horse, se fait remarquer comme jeune chef dès 1865 en refusant les plans établis par Washington pour ménager aux pionniers une route d'accès aux champs de prospection aurifère du Montana ; sa tribu vivait dans le nord des Grandes Plaines (lui-même était probablement né dans l'actuel Dakota d […] Lire la suite

CROW

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 473 mots

Peuple des plaines de l'Amérique du Nord, les Indiens Crow appartiennent à la famille linguistique sioux ; ils sont, par leur histoire, liés aux Hidatsa du haut Missouri. Probablement attirés par le commerce des chevaux, les Crow se séparèrent des Hidatsa pour s'établir plus à l'ouest, au xviii e siècle, dans la région de la rivière Yellowstone, dans les vallées de ses affluents (Powder, Wind et […] Lire la suite

DAKOTA, Indiens

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 1 068 mots
  •  • 1 média

Confédération de tribus d'Amérique du Nord dont le nom signifie « alliés » et qui furent nommés Sioux par réduction de la traduction du nom ojibwa Nadouessioux . Il existe trois groupes principaux de Dakota, qui se distinguent par leur dialecte et leur histoire. Les Santee ou Dakota de l'Est (leurs descendants étaient au nombre de 16 000 en 2004), que les autres tribus appelaient Dakota, formaient […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 933 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Une géographie des groupes ethniques liée à l'histoire »  : […] Les premiers peuples à s'installer en Amérique du Nord furent les Amérindiens, arrivés d'Asie il y a 30 000 ans par le détroit de Béring, alors gelé. Aucun groupe n'a connu, sur le territoire actuel des États-Unis, la prospérité des civilisations du Mexique central ; la proximité des foyers mexicains a pu cependant être à l'origine d'une plus grande maîtrise de l'agriculture chez les groupes du S […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

Dans le chapitre « L'occupation de l'Ouest »  : […] À cette population en rapide croissance, des horizons nouveaux s'ouvrent. La réalisation du premier chemin de fer transcontinental, en 1869, entre Omaha et San Francisco à travers l'Utah, marque une date historique dans l'occupation de l'Ouest : les deux portions du pays sont reliées par la voie ferrée qui amène de nouveaux chercheurs d'or en Californie et en incite d'autres à se fixer en route, […] Lire la suite

HIDATSA

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 544 mots

Indiens américains des Plaines appartenant au groupe linguistique sioux. Les Hidatsa vivaient sur le cours supérieur du Missouri, entre les rivières Heart et Little Missouri, dans des villages semi-permanents. On les connaît aussi sous le nom de Minitari et de Gros-Ventres du Missouri. Les Hidatsa, formés de trois groupes (Hidatra proprement dits, Awatixa et Awaxawi), étaient un peuple sédentaire […] Lire la suite

KANSA ou KANZA

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 567 mots

Tribu indienne d'Amérique du Nord qui appartient à la famille linguistique sioux et qui vivait le long des rivières Kansas et Saline dans ce qui est actuellement le centre du Kansas. Les Kansa (ou Kanza) ou Kaw étaient un peuple à demi-sédentaire qui vivait à la fois de la chasse et de l'agriculture. Société patrilinéaire, la tribu kansa était divisée en seize clans, eux-mêmes groupés en sept unit […] Lire la suite

LITTLE BIGHORN BATAILLE DE (25 juin 1876)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 251 mots
  •  • 1 média

La vallée de la Little Bighorn fut le théâtre de la plus cinglante défaite de l’armée fédérale des États-Unis, au cours de l’ultime guerre indienne. À la fin de 1875, un grand nombre de Sioux et de Cheyennes quittent leur réserve, soumise aux incursions croissantes des colons attirés par l’or des montagnes sacrées des Black Hills (Dakota du Sud), en violation du deuxième traité de Fort Laramie sig […] Lire la suite

MANDAN

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 493 mots

Indiens des Plaines de l'Amérique du Nord qui font partie du groupe linguistique sioux, les Mandan vivaient dans des villages semi-permanents, sur les rives du Missouri, entre les rivières Heart et Little Missouri. Linguistiquement, ils étaient apparentés aux Winnebago et il se peut qu'autrefois ils aient vécu plus à l'est, comme le suggèrent certains de leurs mythes. La culture mandan était l'une […] Lire la suite

Les derniers événements

4 décembre 2016 États-Unis. Suspension d'un projet d'oléoduc sur une réserve sioux.

Cédant à une forte mobilisation de l’opinion, les autorités conviennent de la nécessité d’« explorer des routes alternatives » au tracé de l’oléoduc qui devait longer la réserve sioux de Standing Rock, dans le Dakota du Nord. La communauté sioux, soutenue par d’autres tribus, aux États-Unis et à travers le monde, ainsi que par les écologistes américains, par l’ancien candidat à la primaire démocrate Bernie Sanders et par le mouvement Black Lives Matter, protestait depuis le mois de mai contre ce projet, contestant les limites des terres qui leur sont attribuées et craignant la pollution consécutive à d’éventuelles fuites de l’oléoduc. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Agnès LEHUEN, « SIOUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sioux/