Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LITTLE BIGHORN BATAILLE DE (25 juin 1876)

Little Bighorn : cimetière

Little Bighorn : cimetière

La vallée de la Little Bighorn fut le théâtre de la plus cinglante défaite de l’armée fédérale des États-Unis, au cours de l’ultime guerre indienne. À la fin de 1875, un grand nombre de Sioux et de Cheyennes quittent leur réserve, soumise aux incursions croissantes des colons attirés par l’or des montagnes sacrées des Black Hills (Dakota du Sud), en violation du deuxième traité de Fort Laramie signé en 1868 par le chef oglala Red Cloud et le général Sherman. Ils se concentrent au sud du Montana, sous l’égide de Tatanka Iyotake (Sitting Bull), et de Ta-Sunko-Witko (Crazy Horse). Sur instruction du général commandant en chef de l’Ouest Philip Sheridan, trois colonnes de l’armée convergent sur leur camp. Commandant l’une des avant-gardes, le colonel Custer, héros de la guerre de Sécession ivre d’ambitions politiques, décide d’attaquer sans attendre les renforts. Deux cent soixante-quatre hommes du 7e régiment de cavalerie succombent face aux forces réunies des Dakotas, Cheyennes et Arapahos, trois fois plus nombreux et mieux armés (carabine à répétition Winchester). À huit jours des cérémonies du centenaire de l’indépendance, cette défaite est une humiliation intolérable. Les représailles sont massives et brisent la résistance indienne en moins d’un an. La grande réserve sioux entre Wyoming et Dakota est démantelée, les Black Hills ouvertes à la colonisation.

— Christian HERMANSEN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Little Bighorn : cimetière

Little Bighorn : cimetière

Autres références

  • DAKOTA, Indiens

    • Écrit par Agnès LEHUEN
    • 1 072 mots
    • 1 média

    Confédération de tribus d'Amérique du Nord dont le nom signifie « alliés » et qui furent nommés Sioux par réduction de la traduction du nom ojibwaNadouessioux. Il existe trois groupes principaux de Dakota, qui se distinguent par leur dialecte et leur histoire. Les Santee...

  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

    • Écrit par Universalis, Claude FOHLEN, Annick FOUCRIER, Marie-France TOINET
    • 33 218 mots
    • 60 médias
    ...réagirent par la rébellion. Les meilleurs guerriers furent les Sioux qui à plusieurs reprises se soulevèrent et massacrèrent des troupes fédérales. L'affaire de Little Bighorn, en 1876, au cours de laquelle les troupes de G. A. Custer tombèrent dans une embuscade, déclencha la dernière vaste opération...
  • FAR WEST

    • Écrit par Claude FOHLEN
    • 2 786 mots
    • 4 médias
    ...le xviie siècle indigènes et pionniers dans cette partie du monde : massacre de Chivington (Colorado, 1864), massacre de Fetterman (Wyoming, 1866), bataille de Little Bighorn (Montana, 1876). La « pacification » fut confiée au général W. T. Sherman, le vainqueur des Sudistes, qui mit fin aux dernières...
  • SITTING BULL TATANKA IYOTAKE dit (1831-1890)

    • Écrit par Universalis
    • 883 mots

    Célèbre chef indien sioux né vers 1831 près de la région de Grand River, en territoire dakota (auj. dans le Dakota du Sud), Tatanka Iyotake (Taureau assis, ou Sitting Bull en anglais) est mort le 15 décembre 1890 près de Grand River.

    Membre de la bande Hunkpapa, Sitting Bull fait partie du peuple...

Voir aussi