Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

STEVIN SIMON (1548-1620)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Apports en physique

Dans le domaine de la physique, Stevin est un acteur essentiel de la mathématisation de la statique. Il apparaît ainsi comme le continuateur le plus important d’Archimède. Il formule pour la première fois dans De Beghinselen des Waterwichts (« Les principes de l’hydrostatique ») le « paradoxe hydrostatique », à savoir que la pression d’un liquide sur le fond d’une cuve ne dépend que de la hauteur de la colonne de liquide, indépendamment de sa forme.

Frontispice du traité <em>De Beghinselen der Weeghconst</em> (1586) de Simon Stevin - crédits : Granger/ Shutterstock.com

Frontispice du traité De Beghinselen der Weeghconst (1586) de Simon Stevin

Mais c’est la démonstration du principe du plan incliné (l’une des machines simples de l’Antiquité) qu’il considère comme sa plus grande découverte. Stevin imagine, dans le traité De Beghinselen der Weeghconstpublié en 1856 (« Les principes de l’art pondéraire ou la statique », traduction française d’Albert Girard en 1634), un triangle reposant sur sa base placée à l’horizontale et dont les deux autres côtés sont tels que l’un est deux fois plus long que l’autre. Il dispose sur ce triangle une chaîne composée de quatorze globes égaux en grandeur et en poids, placés à égale distance sur le fil et susceptibles de tourner sans frottement. Il y a sur le petit côté deux globes et quatre sur le grand. Supposons (afin de réfuter cette proposition) que dans ce système l’ensemble le plus pesant soit celui des quatre boules placées sur le grand côté. Comme on sait d’autre part que les huit boules placées en dessous de la base du triangle sont équilibrées entre elles, si la supposition initiale est exacte, l’inégalité des pesanteurs respectives doit alors entraîner un déséquilibre et provoquer le mouvement de descente de la partie supposée la plus lourde et une remontée de la plus légère, les boules montantes remplaçant les descendantes. Or, ce premier mouvement, reproduisant à l’identique le déséquilibre qui l’a provoqué, sera suivi d’un second mouvement, ce second d’un troisième, « et ainsi de suite, ce mouvement n’aurait aucune fin, ce qui est absurde ». Ainsi, cette démonstration par l’absurde permet de rejeter la supposition initiale : si l’inégalité des pesanteurs conduit à une absurdité, il faut conclure que les quatre boules placées sur le grand côté ont la même pesanteur que les deux placées sur le petit côté et s’équilibrent. Stevin postule ainsi l’impossibilité du mouvement perpétuel pour démontrer indirectement que, sur le plan incliné, les pesanteurs relatives sont entre elles dans le rapport inverse des longueurs des côtés, ce qui revient au théorème du triangle des forces. Stevin estimait que cette construction idéale donnait une telle force à sa démonstration qu’il en utilisait la figure comme marque personnelle sur certains de ses ouvrages, entourée de la devise Wonder en isgheen Wonder(« Un miracle, et ce n’est pas un miracle »).

Par cette formule, il entendait que les effets naturels pouvant être considérés comme miraculeux avant leur explication rationnelle étaient tous susceptibles d’une telle explication, et perdaient ainsi leur apparent caractère de miracle. Plus généralement, Stevin apparaît comme l’un des premiers promoteurs d’une philosophie mécanique, qui identifie tout ou partie des phénomènes naturels à des mécanismes analogues à ceux des machines artificielles – et qui, de ce fait, rend les machines en quelque sorte naturelles et, inversement, la nature artificielle.

— Frédéric DE BUZON

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Frédéric de BUZON. STEVIN SIMON (1548-1620) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/06/2019

Média

Frontispice du traité <em>De Beghinselen der Weeghconst</em> (1586) de Simon Stevin - crédits : Granger/ Shutterstock.com

Frontispice du traité De Beghinselen der Weeghconst (1586) de Simon Stevin

Autres références

  • CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

    • Écrit par
    • 11 465 mots
    • 3 médias
    ...italienne tels Maurolico (1575), Guido Ubaldo del Monte (1577), G. B. Benedetti (1585), et aussi dans l'œuvre plus originale et plus puissante de l'ingénieur Simon Stevin (1586) qui n'hésite pas à abandonner la lourde rigueur de la démonstration par l'absurde au profit d'une méthode plus intuitive, certes, mais...
  • NOTATION MATHÉMATIQUE

    • Écrit par
    • 10 338 mots
    • 1 média
    En 1585, Simon Stevin, dit Simon de Bruges, publiait quelques pages auxquelles il donnait le titre bien caractéristique de : La Disme enseignant facilement expedier par nombres entiers sans rompuz tous comptes se rencontrant aux affaires des Hommes. Il proposait d'abolir les fractions communes en faveur...
  • NUMÉRIQUE CALCUL

    • Écrit par
    • 5 567 mots
    ...système décimal, motivée en particulier par les nécessités du commerce, qui va permettre d'unifier le domaine numérique, comme en témoigne l'œuvre de Simon Stevin (1548-1620). Le système décimal est exposé dans L'Arithmétique (1585), sous le titre : « La disme enseignant facilement expedier...
  • PERPÉTUEL MOUVEMENT

    • Écrit par
    • 2 787 mots
    ...mouvement perpétuel provenant de cette préfiguration grossière du point de vue énergétique est ce qui a permis au mathématicien et ingénieur hollandais Simon Stevin d'établir, en 1586, la loi d'équilibre des corps pesants sur un plan incliné. Son schéma est célèbre. C'est celui d'un collier de boules passé...