Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

STEVIN SIMON (1548-1620)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Travaux en mathématiques pures et appliquées

Publiée en 1585 en français, l’Arithmétique dépasse très largement le cadre habituel d’un manuel d’enseignement. En effet, Stevin refuse de fonder la science des nombres sur la distinction classique entre la quantité discrète (le nombre entier) et la quantité continue (la grandeur géométrique). Il considère le nombre comme l’indication d’une mesure de grandeur. Il affirme la continuité des entiers naturels (sans cependant définir à proprement parler la continuité) et, dans le même esprit, il refuse la distinction entre quantité rationnelle (exprimable par un rapport d’entiers) et quantité irrationnelle. Stevin résume ses opinions en arithmétique par quelques formules révolutionnaires, qu’il nomme ses « thèses mathématiques », insérées dans sa Pratique d’arithmétiquejointe au traité d’arithmétique. Avec sa thèse I « Que l’unité est nombre », il considère que 1 est un nombre comme les autres (au lieu d’être le « principe des nombres », car les Anciens considéraient que les nombres commençaient à 2), ce qui apparaît de manière évidente dans l’ensemble des opérations arithmétiques. La thèse II « Que nombres quelconques peuvent être nombres carrés, cubiques, de quarte quantité, etc. » signifie que l’on peut prendre tout nombre comme un carré, un cube, un carré de carré, etc., indépendamment de sa constructibilité géométrique avec des entiers ; de même, réciproquement, la thèse III affirme « Que racine quelconque est nombre ». La thèse IV exprime parfaitement la radicalité du propos : « Qu’il n’y a aucun nombres absurdes, irrationnels, irréguliers, inexplicables, ou sourds ». Cette conception nouvelle de l’arithmétique préfigure la théorie des nombres réels (nommés « nombres géométriques » par Stevin) et leur représentation approchée, comme le souligneront les Éléments d’histoire des mathématiques de Nicolas Bourbaki (1960). Elle se traduit par quelques innovations notables : il est le premier à proposer une expression décimale pour les nombres en utilisant une écriture continue des puissances et des fractions ; il généralise le calcul décimal à toute sorte de grandeur ou de mesure (ainsi les angles, mais aussi les monnaies) ; de même, il est le premier à proposer une division mathématique de la gamme musicale en demi-tons égaux – et donc en admettant en musique les quantités jugées irrationnelles et rejetées par les théoriciens antérieurs.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Frédéric de BUZON. STEVIN SIMON (1548-1620) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/06/2019

Média

Frontispice du traité <em>De Beghinselen der Weeghconst</em> (1586) de Simon Stevin - crédits : Granger/ Shutterstock.com

Frontispice du traité De Beghinselen der Weeghconst (1586) de Simon Stevin

Autres références

  • CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

    • Écrit par
    • 11 465 mots
    • 3 médias
    ...italienne tels Maurolico (1575), Guido Ubaldo del Monte (1577), G. B. Benedetti (1585), et aussi dans l'œuvre plus originale et plus puissante de l'ingénieur Simon Stevin (1586) qui n'hésite pas à abandonner la lourde rigueur de la démonstration par l'absurde au profit d'une méthode plus intuitive, certes, mais...
  • NOTATION MATHÉMATIQUE

    • Écrit par
    • 10 338 mots
    • 1 média
    En 1585, Simon Stevin, dit Simon de Bruges, publiait quelques pages auxquelles il donnait le titre bien caractéristique de : La Disme enseignant facilement expedier par nombres entiers sans rompuz tous comptes se rencontrant aux affaires des Hommes. Il proposait d'abolir les fractions communes en faveur...
  • NUMÉRIQUE CALCUL

    • Écrit par
    • 5 567 mots
    ...système décimal, motivée en particulier par les nécessités du commerce, qui va permettre d'unifier le domaine numérique, comme en témoigne l'œuvre de Simon Stevin (1548-1620). Le système décimal est exposé dans L'Arithmétique (1585), sous le titre : « La disme enseignant facilement expedier...
  • PERPÉTUEL MOUVEMENT

    • Écrit par
    • 2 787 mots
    ...mouvement perpétuel provenant de cette préfiguration grossière du point de vue énergétique est ce qui a permis au mathématicien et ingénieur hollandais Simon Stevin d'établir, en 1586, la loi d'équilibre des corps pesants sur un plan incliné. Son schéma est célèbre. C'est celui d'un collier de boules passé...