STEVIN SIMON (1548-1620)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Travaux en mathématiques pures et appliquées

Publiée en 1585 en français, l’Arithmétique dépasse très largement le cadre habituel d’un manuel d’enseignement. En effet, Stevin refuse de fonder la science des nombres sur la distinction classique entre la quantité discrète (le nombre entier) et la quantité continue (la grandeur géométrique). Il considère le nombre comme l’indication d’une mesure de grandeur. Il affirme la continuité des entiers naturels (sans cependant définir à proprement parler la continuité) et, dans le même esprit, il refuse la distinction entre quantité rationnelle (exprimable par un rapport d’entiers) et quantité irrationnelle. Stevin résume ses opinions en arithmétique par quelques formules révolutionnaires, qu’il nomme ses « thèses mathématiques », insérées dans sa Pratique d’arithmétique jointe au traité d’arithmétique. Avec sa thèse I « Que l’unité est nombre », il considère que 1 est un nombre comme les autres (au lieu d’être le « principe des nombres », car les Anciens considéraient que les nombres commençaient à 2), ce qui apparaît de manière évidente dans l’ensemble des opérations arithmétiques. La thèse II « Que nombres quelconques peuvent être nombres carrés, cubiques, de quarte quantité, etc. » signifie que l’on peut prendre tout nombre comme un carré, un cube, un carré de carré, etc., indépendamment de sa constructibilité géométrique avec des entiers ; de même, réciproquement, la thèse III affirme « Que racine quelconque est nombre ». La thèse IV exprime parfaitement la radicalité du propos : « Qu’il n’y a aucun nombres absurdes, irrationnels, irréguliers, inexplicables, ou sourds ». Cette conception nouvelle de l’arithmétique préfigure la théorie des nombres réels (nommés « nombres géométriques » par Stevin) et leur représentation approchée, comme le souligneront les Éléments d’histoire des mathématiques de Nicolas Bourbaki (1960). Elle se traduit par quelques innovations notables : il est le premier [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  STEVIN SIMON (1548-1620)  » est également traité dans :

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Redécouverte d'Archimède »  : […] Dans une perspective voisine, au xv e  siècle, le philosophe Nicolas de Cues mérite d'être mentionné, ne serait-ce que pour son influence lointaine sur Kepler, pour ses réflexions sur le principe de continuité et son affirmation de l'identité du cercle avec un polygone à un nombre infini de côtés. En fait, les œuvres d'Archimède et de ses disciples arabes, qu'ignorent les scolastiques, étaient di […] Lire la suite

NOTATION MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hans FREUDENTHAL
  •  • 10 388 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La syntaxe des formules algébriques »  : […] Les langues naturelles doivent leur structure syntactique à un amas chaotique de moyens de flexion, de subordination, de conjonction, de ponctuation, de mélodie et de rythme. Mais, très souvent, la structure syntactique s'explique par le sens et non par des critères formels. « Mathématique et langue française » et « langue et littérature françaises » ont la même structure formelle, mais le sens in […] Lire la suite

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Développements décimaux »  : […] Nous ne traiterons pas ici des différents systèmes de numération. On sait que l'école platonicienne considérait que seuls les entiers naturels non nuls sont des nombres. Par ailleurs, la théorie des grandeurs (Euclide, livres V et X) fournit un cadre très malaisé pour le calcul sur les rapports non entiers. Les mathématiciens de l'école alexandrine, en particulier Archimède (287-212 av. J.-C.), Hé […] Lire la suite

PERPÉTUEL MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 2 792 mots

Dans le chapitre « Les objections théoriques »  : […] Les premières objections théoriques opposées au principe même d'une machine à mouvement perpétuel s'inspirent, comme en témoigne Léonard de Vinci lui-même, de la dynamique issue de la tradition aristotélicienne ; selon celle-ci, tout mouvement qui n'est pas « naturel » n'existe pas de lui-même, et ne vit que de l'épuisement, de la consommation de quelque chose. Il est très intéressant de noter com […] Lire la suite

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Nombres et géométrie »  : […] La construction eudoxienne des raisons avait pris soin d'éviter trois écueils : l'utilisation d'arguments où interviendraient des procédures infinies, l'utilisation de procédures arithmétiques de calcul comme la multiplication des grandeurs, et, enfin, le recours à la géométrie. Pourtant, le modèle universel des raisons a été pensé comme réduit au modèle des seules raisons des longueurs géométriqu […] Lire la suite

TRIANGLE DES FORCES THÉORÈME DU

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 222 mots

Le Flamand Simon Stevin (1548-1620) est le premier savant de la Renaissance à développer les œuvres d'Archimède. Dans son traité De Beghinschen der Weeghconst (Les Principes de la pesée), il examine la théorie du levier, établit les théorèmes relatifs au plan incliné et discute la détermination des centres de gravité des objets. Sa découverte majeure, décrite dans cet ouvrage, est le théorème dit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric de BUZON, « STEVIN SIMON - (1548-1620) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/simon-stevin/