STEVIN SIMON (1548-1620)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématicien et ingénieur flamand, né à Bruges et mort à La Haye. Simon Stevin vulgarisa l'usage des fractions décimales et contribua à la réfutation de la doctrine d'Aristote prétendant que les corps lourds tombent plus rapidement que les corps légers. Clerc de marchand à Anvers pour un temps, Stevin s'éleva au rang de commissaire des Travaux publics et d'intendant général de l'armée sous le prince Maurice de Nassau. Il construisit un système d'écluses (pour provoquer des inondations et repousser tout ennemi) qui fut un important moyen de défense de la Hollande.

Dans Statique et hydrostatique (De Beghinselen der Weeghconst, 1586), Stevin a publié le théorème du triangle des forces. La connaissance de ce triangle des forces, qui équivaut au diagramme du parallélogramme des forces, a donné un nouvel élan à l'étude de la statique, qui reposait auparavant sur la notion de levier. Il découvrit aussi que la pression d'un liquide sur le fond d'un récipient est indépendante de la forme de celui-ci et dépend seulement de sa hauteur et de sa base.

En 1585, Stevin publia un petit texte, Le Dixième (De Thiende), dans lequel il présente un exposé minutieux et élémentaire des fractions décimales et de leurs applications courantes. Bien que l'invention des fractions décimales ne soit pas de lui et que ses notations soient très lourdes, il en a introduit l'usage dans les mathématiques quotidiennes. Il déclarait que l'introduction universelle de mesures, de monnaies et de poids décimaux ne serait qu'une question de temps. La même année, il écrivit Le Décimal (La Disme) sur le même sujet.

Stevin a publié en 1586 un compte rendu de son expérience dans laquelle deux sphères de plomb, l'une dix fois plus lourde que l'autre, mettent le même temps pour tomber d'une hauteur de 30 pieds. Son compte rendu reçut peu d'attention, bien qu'il précédât de trois ans le premier travail de Galilée sur la gravité et de dix-huit ans le traité théorique de Galilée sur la chute des corps.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  STEVIN SIMON (1548-1620)  » est également traité dans :

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 507 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Redécouverte d'Archimède »  : […] Dans une perspective voisine, au xv e  siècle, le philosophe Nicolas de Cues mérite d'être mentionné, ne serait-ce que pour son influence lointaine sur Kepler, pour ses réflexions sur le principe de continuité et son affirmation de l'identité du cercle avec un polygone à un nombre infini de côtés. En fait, les œuvres d'Archimède et de ses disciple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-infinitesimal-histoire/#i_26849

NOTATION MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hans FREUDENTHAL
  •  • 10 388 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La syntaxe des formules algébriques »  : […] Les langues naturelles doivent leur structure syntactique à un amas chaotique de moyens de flexion, de subordination, de conjonction, de ponctuation, de mélodie et de rythme. Mais, très souvent, la structure syntactique s'explique par le sens et non par des critères formels. « Mathématique et langue française » et « langue et littérature françaises […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-mathematique/#i_26849

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Développements décimaux »  : […] Nous ne traiterons pas ici des différents systèmes de numération. On sait que l'école platonicienne considérait que seuls les entiers naturels non nuls sont des nombres. Par ailleurs, la théorie des grandeurs (Euclide, livres V et X) fournit un cadre très malaisé pour le calcul sur les rapports non entiers. Les mathématiciens de l'école alexandrine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-numerique/#i_26849

PERPÉTUEL MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 2 792 mots

Dans le chapitre « Les objections théoriques »  : […] Les premières objections théoriques opposées au principe même d'une machine à mouvement perpétuel s'inspirent, comme en témoigne Léonard de Vinci lui-même, de la dynamique issue de la tradition aristotélicienne ; selon celle-ci, tout mouvement qui n'est pas « naturel » n'existe pas de lui-même, et ne vit que de l'épuisement, de la consommation de q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-perpetuel/#i_26849

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Nombres et géométrie »  : […] La construction eudoxienne des raisons avait pris soin d'éviter trois écueils : l'utilisation d'arguments où interviendraient des procédures infinies, l'utilisation de procédures arithmétiques de calcul comme la multiplication des grandeurs, et, enfin, le recours à la géométrie. Pourtant, le modèle universel des raisons a été pensé comme réduit au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-reels/#i_26849

TRIANGLE DES FORCES THÉORÈME DU

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 222 mots

Le Flamand Simon Stevin (1548-1620) est le premier savant de la Renaissance à développer les œuvres d'Archimède. Dans son traité De Beghinschen der Weeghconst (Les Principes de la pesée), il examine la théorie du levier, établit les théorèmes relatifs au plan incliné et discute la détermination des centres de gravité des objets. Sa découverte maje […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theoreme-du-triangle-des-forces/#i_26849

Pour citer l’article

« STEVIN SIMON - (1548-1620) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/simon-stevin/