SHINTŌ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le shintō populaire

Partant de la constatation que le bouddhisme, qui était resté longtemps une religion urbaine, n'avait que très tard et très incomplètement atteint les campagnes, les doctrinaires du shintō officiel de Meiji, suivis bientôt par les ethnographes de la première moitié du xxe siècle, voulurent donc corroborer leurs conceptions, fondées sur leur interprétation du Kojiki, par l'examen des croyances et des pratiques populaires supposées « primitives » elles aussi, pour reconstituer le shintō « authentique ». De grandes enquêtes furent ainsi menées dans les villages, d'innombrables observations furent réunies, parfois de grande valeur et encore utilisables si l'on fait abstraction des conclusions souvent préconçues qu'en tiraient les auteurs. Il est bien établi en effet, maintenant que la liberté des chercheurs n'est plus restreinte par aucun interdit d'ordre politique, que les pratiques du shintō, et singulièrement les fêtes (matsuri) des dieux locaux, dont l'origine est étroitement liée à la formation vers la fin du Moyen Âge des communautés villageoises, sont fortement contaminées par le rituel bouddhique, quand elles n'en sont pas directement inspirées. Il n'en est pas moins vrai que les croyances fondamentales qui les inspirent permettent des rapprochements fort instructifs avec celles qui forment le substrat du Kojiki, et dont on trouve la trace dans des documents littéraires ou autres, à diverses époques, rapprochements qui démontrent la remarquable permanence de certaines façons de sentir, sinon de penser, que l'on peut à bon droit qualifier d'archaïques.

Cela est vrai au premier chef de la notion même du sacré, du divin, traduite par le mot kami , que nous rendons, faute de mieux, par « dieu » ou « divinité ». L'on a proposé diverses étymologies pour ce terme, mais il nous paraît vraisemblable que la plus évidente est la meilleure, qui le rapproche d'un autre kami qui signifie « supérieur ». Le kami serait donc tout être, toute entité supérieure à l'homme par sa nature. Sont kami, en effet, non seulement certaines forces naturelles personnalisées, les grands dieux précisément que recense le Kojiki : le Soleil, la Lune, le typhon, et bien d'autres encore, mais plus généralement tout ce qui apparaît mystérieux ou redoutable, montagnes, mers, fleuves, rochers, vents, animaux sauvages, arbres, objets de formes étranges ou d'origine inconnue ; de même peuvent être tenus pour kami des hommes, voire des animaux, vivants ou morts. Il convient à ce propos de noter que, si tel clan prétend descendre d'un ancêtre kami (souvent choisi parmi les dieux du Kojiki), cela ne signifie en aucun cas qu'il s'agisse d'un « culte des ancêtres », car tout ancêtre n'est pas nécessairement kami. Cela est vrai en particulier de la dynastie impériale qui descend, selon le Kojiki, de l'« Auguste Petit-Fils » du Soleil, mais dont les membres défunts ne faisaient l'objet d'aucun culte : ce n'est qu'à l'époque de Meiji, en 1889, que l'on construisit un sanctuaire, le Kashiwara-jingū, dédié à l'empereur Jimmu, le fondateur mythique de la dynastie ; un temple fut dédié après sa mort à l'empereur Meiji lui-même, mais c'est là une apothéose politique : la visite du monument ne semble guère inspirer plus de ferveur aux foules que celle du Panthéon de Paris.

Funérailles du mikado

Photographie : Funérailles du mikado

Les funérailles, en 1912, de l'empereur du Japon Mutsu-hito, qui inaugura l'ère Meiji en 1868. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Tout cela rappelle singulièrement les croyances romaines, et peut-être le meilleur équivalent de kami serait-il numen. Comme les numina, les kami sont légion : ils sont au nombre de huit cents myriades, yao-yorozu, ce qui n'est qu'une combinaison des trois nombres utilisés dans diverses expressions pour désigner une multiplicité indéterminée. C'est dire que bien peu sont identifiés de façon certaine, et ceux-là le sont, nous l'avons déjà remarqué, par une épithète. Le Japon ancien possédait même son Aius Locutius, un certain kami des montagnes qui avait un jour adressé la parole à un empereur et qui fut, de ce fait, nommé « Hito-koto-nushi », le « Possesseur d'une seule parole ».

Innombrables, les kami sont partout, se cachant sous les formes les plus diverses, aux endroits les plus inattendus. Il convient donc de se montrer à leur égard d'une prudence extrême, d'autant que les plus petits sont parfois les plus susceptibles. Leur caractère est ambigu, comme la nature elle-même. Tous, y compris les meilleurs d'entre eux et les plus grands, possèdent un « esprit de violence », arami-tama, qu'il faut se concilier ou neutraliser par des rites appropriés. Certains sont même dangereux dans leur principe, tels les « dieux des épidémies » ou les « dieux des insectes », prédateurs du riz. Tous peuvent vous frapper d'un tatari. L'on a voulu donner à cette notion, aussi archaïque sans doute que le concept même de kami, une valeur morale en en faisant un châtiment, une malédiction (les dictionnaires bilingues donnent généralement ces traductions), infligés par le dieu à l'auteur d'une faute (tsumi). C'est là une conception moderne inspirée par le bouddhisme, qui a traduit par tsumi l'idée d'« action mauvaise », qui obscurcit l'entendement de l'homme et fait obstacle à l'illumination, donc au salut. Le synonyme ancien de tsumi est, en réalité, kegare, « souillure ». Et les définitions anciennes qui en sont données ont un caractère plus physique que moral : c'est ainsi que le contact de la mort, du sang, des excréments provoque une souillure rituelle ; mais la vie en société entraînera un élargissement de cette notion de tsumi, et l'on qualifiera ainsi certaines infractions sociales (destruction d'une digue de rizières).

Dans son principe toutefois, le tsumi, comme le tatari qui en est la conséquence quasi automatique, semble devoir être défini d'une manière à la fois plus vague et plus générale. De nombreux exemples, même récents, montrent en effet que l'on peut être frappé par un tatari pour peu que l'on ait empiété, fût-ce inconsciemment, sur le domaine d'un kami ; le tsumi est en somme la transgression de certaines limites, non toujours formellement interdites ni précisées, mais chargées d'un potentiel magique redoutable dû à la simple présence du kami. L'imprudent peut être, à la limite, foudroyé par le simple contact d'un objet ou d'un être kami, parfois même contre la volonté de ce kami. Un proverbe encore usité – dans le sens, il est vrai, de : « Il ne faut point se mêler de ce qui ne vous regarde pas » – conserve la trace de cette croyance : Sawaranu kami ni tatari nashi (« Il n'est point de tatari du fait d'un kami que l'on ne touche point »).

Pour échapper aux conséquences d'un tatari imprudemment encouru, il convient de « purifier » son entourage (harau) ou soi-même (kiyomu). Ces deux termes sont employés aussi bien pour traduire des actions banales comme « balayer, nettoyer, laver », et, de fait, il s'agit essentiellement, à l'origine, de nettoyages symboliques et d'ablutions rituelles. Dans certains cas, et notamment quand la souillure est due au contact de la mort, il convient d'observer certa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Funérailles du mikado

Funérailles du mikado
Crédits : Hulton Getty

photographie

Prêtre shinto

Prêtre shinto
Crédits : Nicholas DeVore/ Stone/ Getty Images

photographie

Fushimi Inari-taisha, Kyōto (Japon)

Fushimi Inari-taisha, Kyōto (Japon)
Crédits : E. Unger/ Shutterstock

photographie

Enfants embrigadés

Enfants embrigadés
Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  SHINTO  » est également traité dans :

AMATERASU-Ō-MI-KAMI

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 863 mots

Épithète du Soleil dans la mythologie japonaise (R. Sieffert, Les Religions du Japon , Paris, 1968), Amaterasu ō-mi-kami est la « grande auguste divinité qui luit au ciel ». Les chroniques du viii e siècle, Kojiki et Nihon-shoki , en font une divinité féminine, souveraine de la Plaine du Haut-Ciel (Takama-ga hara) et ancêtre de la dynastie. Selon le Kojiki , elle naquit de l'œil gauche d'Izanagi […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Le syncrétisme shintō-bouddhique »  : […] Lorsque le bouddhisme fut transmis au Japon, on ne vit d'abord dans les différents buddha que l'équivalent des divinités traditionnelles japonaises et on les appela d'ailleurs «  kami de Chine », plaçant ainsi les deux entités sur le même plan. Si ce fut la cause des premières confrontations, il est hors de doute que cette assimilation facilita aussi grandement l'implantation de la nouvelle relig […] Lire la suite

HAYASHI RAZAN (1583-1657)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 437 mots

Lettré japonais, né en août 1583 à Kyôto et mort le 4 février 1657 à Edo (auj. Tôkyô), Hayashi Razan fait de la pensée du grand philosophe chinois néo-confucianiste Zhu Xi la doctrine officielle du shogunat des Tokugawa (1603-1867). Il réinterprète aussi le shintô, la religion japonaise nationale, à la lumière de la philosophie de Zhu Xi et jette les bases du shintô confucéen qui se développe […] Lire la suite

HIRATA ATSUTANE (1776-1843)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 579 mots

Philologue japonais, né à Akita, dans l'extrême nord du pays. À vingt ans, Hirata Atsutane quitte la clan d'Akita pour faire à Edo des études de littérature confucéenne, de stratégie et de médecine. La lecture de Motoori Norinaga l'amène à l'étude des classiques japonais. Il entre alors à l'école de Motoori Haruniwa, fils et successeur de Norinaga, dont il se dira le disciple posthume. Il se dégag […] Lire la suite

ISE, sanctuaire

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 475 mots

Le grand sanctuaire d'Ise (Ise daijingū), dédié à la divinité solaire Amaterasu ō-mikami en sa qualité d'ancêtre de la dynastie impériale japonaise, se trouve près de l'actuelle ville d'Uji-Yamada, sur le cours supérieur de la rivière Isuzu, dans la province d'Ise (aujourd'hui département de Mie). Le culte de la déesse souveraine, d'abord célébré dans le palais même, s'il faut en croire le Nihon- […] Lire la suite

IZANAGI & IZANAMI

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 465 mots

Couple démiurge de la cosmogonie japonaise, Izanagi et sa sœur-épouse Izanami, descendants des divinités primordiales asexuées, engendrent, selon le Kojiki et le Nihon shoki , la multitude des kami du Ciel et de la Terre. Les îles du Japon elles-mêmes sont leur création, mais aussi et surtout Amaterasu ō-mi-kami (le soleil), Tsuki-yomi-no-mikoto (la lune) et Susa-no-o-no-mikoto (le typhon). Leur […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans l'histoire de l'Asie, le Japon occupe une place particulière du fait de son insularité. On l'a souvent comparée à celle de l'Angleterre dans l'histoire de l'Europe. Mais cette similitude géographique ne doit pas masquer les dissemblances qui, de fait, ont donné au Japon l'élément essentiel de son originalité et le caractère spécifique de son évolution historique. L'Angleterre, face à l'Europe […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Droit et institutions

  • Écrit par 
  • Jacques ROBERT
  • , Universalis
  •  • 9 635 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'empereur »  : […] On retrouve certes toujours l'empereur, immuable et sacré, chargé d'assurer la continuité de l'État et la permanence du Japon éternel ; mais il n'est plus qu'un pâle reflet de la splendeur passée des dynasties divines. Détenant jadis tous les droits de souveraineté, il ne doit plus aujourd'hui ses fonctions qu'à la volonté du peuple « en qui réside le pouvoir souverain » (art. 1 er de la Constit […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « L'emprise des sectes »  : […] En 794, la capitale fut transférée à Heian-kyō (Kyōto) ; l'époque de Nara fit place à celle de Heian, qui allait se dérouler jusqu'à la fin du xii e  siècle. Sur le plan religieux, cette ère nouvelle est marquée par une évolution de l'attitude des Japonais vis-à-vis du bouddhisme. Jusqu'au viii e  siècle, diverses sectes furent introduites pêle-mêle dans l'archipel ; les spéculations métaphysiques […] Lire la suite

KOJIKI

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 1 218 mots

Le Kojiki , ou Notes sur les faits du passé , est le plus ancien texte rédigé en langue japonaise. Cosmogonie, chronique mythique, « Livre des rois » de la dynastie insulaire, il sera considéré au xix e siècle comme le « livre saint » du shintō rénové, dont certains hommes d'État voulurent faire la religion nationale du Japon, opposée au bouddhisme et au christianisme, religions « importées ». […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « SHINTŌ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/shinto/