SHINTŌ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Funérailles du mikado

Funérailles du mikado
Crédits : Hulton Getty

photographie

Prêtre shinto

Prêtre shinto
Crédits : Nicholas DeVore/ Stone/ Getty Images

photographie

Fushimi Inari-taisha, Kyōto (Japon)

Fushimi Inari-taisha, Kyōto (Japon)
Crédits : E. Unger/ Shutterstock

photographie

Enfants embrigadés

Enfants embrigadés
Crédits : Hulton Getty

photographie


Le shintō est généralement défini comme la religion nationale du Japon, religion autochtone, par opposition au bouddhisme, religion étrangère importée du continent. C'est là une vision bien sommaire des choses, sinon totalement erronée, mais qui reflète certaines conceptions que d'aucuns, pour des raisons purement politiques, tentaient d'accréditer en Occident aussi bien qu'au Japon même, avant 1945. La réalité est en fait tout autre et il convient, pour l'approcher, d'examiner les racines historiques du phénomène, ainsi que, pour reprendre une expression du japonologue anglais B. H. Chamberlain, les conditions de la « genèse d'une nouvelle religion » dans le Japon du xixe siècle. Cette recherche permettra alors d'expliquer l'apparent paradoxe que présentent des statistiques qui, en 1967 par exemple, dénombraient 67 millions de fidèles du shintō pour autant de bouddhistes, dans un pays qui comptait à la même époque environ cent millions d'habitants.

Le shintō archaïque

Selon la Chronique du Japon (Nihon shoki, 720), le bouddhisme serait parvenu au Japon, ou du moins à la cour, à une date relativement tardive, l'an 13 du règne de l'empereur Kimmei (552). Le prince régent Shōtoku-taishi (572-621) en fit, un demi-siècle plus tard, la religion de l'État. Ses raisons étaient politiques autant que religieuses, car, s'il fut le premier des grands saints bouddhistes du pays, il sut comprendre aussi le rôle unificateur que pouvait jouer une religion à tendance universaliste dans la formation d'un État centralisé.

De ces faits, les historiens du xixe siècle avaient conclu, a contrario, que le shintō, antérieur par définition au bouddhisme, avait été supplanté en bloc par ce dernier. Un passage du Nihon shoki permettait à la rigueur une pareille interprétation ; il est question en effet de la résistance de certains conseillers de Kimmei, au nom du respect dû aux « dieux du pays » (kuni-tsu kami). De là à imaginer qu'il existait dès cette époque un système religieux cohérent, rétrospectivement qualifié de shintō primitif, c'est-à-dire pur de toute influence extérieure, il n'y avait qu'un [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  SHINTO  » est également traité dans :

AMATERASU-Ō-MI-KAMI

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 863 mots

Épithète du Soleil dans la mythologie japonaise (R. Sieffert, Les Religions du Japon, Paris, 1968), Amaterasu ō-mi-kami est la « grande auguste divinité qui luit au ciel ». Les chroniques du viiie siècle, Kojiki et Nihon- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amaterasu-o-mi-kami/#i_24532

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Le syncrétisme shintō-bouddhique »  : […] Lorsque le bouddhisme fut transmis au Japon, on ne vit d'abord dans les différents buddha que l'équivalent des divinités traditionnelles japonaises et on les appela d'ailleurs « kami de Chine », plaçant ainsi les deux entités sur le même plan. Si ce fut la cause des premières confrontations, il est hors de doute que cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-japonais/#i_24532

HAYASHI RAZAN (1583-1657)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 437 mots

, Hayashi Razan fait de la pensée du grand philosophe chinois néo-confucianiste Zhu Xi la doctrine officielle du shogunat des Tokugawa (1603-1867). Il réinterprète aussi le shintô, la religion japonaise nationale, à la lumière de la philosophie de Zhu Xi et jette les bases du shintô confucéen qui se développera par la suite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hayashi-razan/#i_24532

HIRATA ATSUTANE (1776-1843)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 579 mots

Philologue japonais, né à Akita, dans l'extrême nord du pays. À vingt ans, Hirata Atsutane quitte la clan d'Akita pour faire à Edo des études de littérature confucéenne, de stratégie et de médecine. La lecture de Motoori Norinaga l'amène à l'étude des classiques japonais. Il entre alors à l'école de Motoori Haruniwa, fils et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hirata/#i_24532

ISE, sanctuaire

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 475 mots

Le grand sanctuaire d'Ise (Ise daijingū), dédié à la divinité solaire Amaterasu ō-mikami en sa qualité d'ancêtre de la dynastie impériale japonaise, se trouve près de l'actuelle ville d'Uji-Yamada, sur le cours supérieur de la rivière Isuzu, dans la province d'Ise (aujourd'hui département de Mie). Le culte de la déesse souveraine, d'abord célébré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ise-sanctuaire/#i_24532

IZANAGI & IZANAMI

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 465 mots

Couple démiurge de la cosmogonie japonaise, Izanagi et sa sœur-épouse Izanami, descendants des divinités primordiales asexuées, engendrent, selon le Kojiki et le Nihon shoki, la multitude des kami du Ciel et de la Terre. Les îles du Japon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/izanagi-et-izanami/#i_24532

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 075 mots
  •  • 47 médias

de préserver sa spécificité. C'est sans doute une des raisons de son nationalisme, et c'est aussi une des raisons qui l'ont poussé, au vie siècle, au moment où l'influence chinoise était si pesante à la cour, à compiler ses mythes et ses légendes, à ordonnancer le culte des esprits et celui des ancêtres pour en tirer une notion propre de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_24532

JAPON (Le territoire et les hommes) - Droit et institutions

  • Écrit par 
  • Jacques ROBERT, 
  • Noda YOSIHUKI
  • , Universalis
  •  • 9 635 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'empereur »  : […] des tribunaux japonais contient presque tous les éléments nécessaires pour redonner au « shinto » son statut privilégié. Les pouvoirs publics peuvent organiser et financer ses cérémonies, et personne ne conteste, sur le plan juridique, le fait que les responsables de l'État y prennent de plus en plus souvent part. Le principe de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-droit-et-institutions/#i_24532

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 375 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « L'emprise des sectes »  : […] Le ixe siècle fut également le témoin d'une sorte d'hérésie : l'apparition d'une statuaire shintoïque. Depuis les premiers temps, la religion autochtone rejetait toute figuration des êtres divins. Les innombrables dieux du panthéon shintō n'étaient même pas symbolisés ; on se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_24532

KOJIKI

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 1 218 mots

Cosmogonie, chronique mythique, « Livre des rois » de la dynastie insulaire, il sera considéré au xixe siècle comme le « livre saint » du shintō rénové, dont certains hommes d'État voulurent faire la religion nationale du Japon, opposée au bouddhisme et au christianisme, religions « importées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kojiki/#i_24532

MORT - Les sociétés devant la mort

  • Écrit par 
  • Louis-Vincent THOMAS
  •  • 8 192 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le culte des ancêtres »  : […] Enfin, tout homme s'efforce d'avoir de nombreux enfants afin, quand il aura rejoint les défunts, d'être honoré comme il se doit (M. Granet, 1929). Le shintoïsme, ou religion traditionnelle du Japonais, accorde une place de choix aux kami, ou esprits des défunts. De fait, les kami de la famille, du clan, du village et de la nation (esprit des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-societes-devant-la-mort/#i_24532

MOTOORI NORINAGA (1730-1801)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 685 mots

Philologue et écrivain japonais, né et mort à Matsuzaka dans la province d'Ise. D'une famille de gros marchands de cotonnades, il perd à onze ans son père, à vingt-deux ans son beau-frère, à qui il succède à la tête des affaires de sa maison, mais il ne s'y intéresse guère. Aussi sa mère l'envoie-t-elle étudier la médecine à Kyōto, en 1752. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motoori/#i_24532

ORIGAMI, papiers pliés

  • Écrit par 
  • Louis FRÉDÉRIC
  •  • 988 mots

L'art des papiers pliés, ou origami, qui nous vient du Japon, est d'origine ancienne. Il est probable que les premiers papiers pliés furent faits à des fins religieuses, dès avant le viie siècle. Avant cette époque, on avait coutume d'offrir aux kami, ou « entités supérieures » du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origami-papiers-plies/#i_24532

PRÉSENTATION DU KOJIKI À LA COUR

  • Écrit par 
  • François MACÉ
  •  • 191 mots

Selon sa Préface, le Kojiki (Récit des temps anciens) fut offert en 712 à l'impératrice Gemmyō (661-721). Il rapporte les événements fondateurs du Japon et de sa dynastie depuis le temps des dieux dans un récit continu fortement marqué par la pensée mythique. Rédigé en parallèle avec le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/presentation-du-kojiki/#i_24532

Voir aussi

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « SHINTŌ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/shinto/