MOTOORI NORINAGA (1730-1801)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philologue et écrivain japonais, né et mort à Matsuzaka dans la province d'Ise. D'une famille de gros marchands de cotonnades, il perd à onze ans son père, à vingt-deux ans son beau-frère, à qui il succède à la tête des affaires de sa maison, mais il ne s'y intéresse guère. Aussi sa mère l'envoie-t-elle étudier la médecine à Kyōto, en 1752. Il entreprend parallèlement l'étude des classiques confucéens, puis de la littérature japonaise ancienne. Revenu à Matsuzaka en 1757, il y exerce la médecine, et en même temps fait des cycles de conférences sur le Genji-monogatari, le Man.yō-shū, le Kokin-shū, l'Ise-monogatari. En 1763 naît son fils Haruniwa, qui sera le continuateur de son œuvre. La même année, Norinaga rencontre l'illustre philologue Kamo no Mabuchi, dont il devient l'élève et qui l'oriente vers l'étude du Kojiki ; à cette étude il consacrera trente ans de sa vie, de 1764 à 1798. Entre-temps, il aura publié plusieurs dizaines d'autres ouvrages, commentaires et interprétation des grands classiques. Ses disciples, d'abord venus de la province d'Ise, puis de tout le pays, seront plus de cinq cents à sa mort. En dépit de son caractère plutôt casanier, il fera, dans les années 1790, des tournées de conférences, dont il rapporte autant de journaux de voyage. En avril 1801, il fait encore à Kyōto une série de leçons sur l'Engi-shiki (le Rituel de l'ère Engi, 927), que viennent entendre de nombreux dignitaires de la Cour. De retour à Matsuzaka, il meurt en octobre de la même année.

La production littéraire de Motoori Norinaga, qui a fait l'objet d'une édition d'œuvres complètes en onze volumes (Zōhō Motoori Norinaga zenshū, Tōkyō, 1926), comprend quatre-vingt-onze titres, en deux cent soixante livres. Citons : Kotoba no tama-no-o (1790, en sept livres), étude, d'un intérêt fondamental, des enclitiques, qui sont « le fil sur lequel s'enfilent les mots » ; Kokin-shū tō-kagami (1797, en six livres), commentaire avec traduction en langue moderne, première tentative du genre ; Genji-monogatari tama no ogushi (1799, en neuf livres), qui comprend une étude générale, une anno [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  MOTOORI NORINAGA (1730-1801)  » est également traité dans :

HIRATA ATSUTANE (1776-1843)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 579 mots

Philologue japonais, né à Akita, dans l'extrême nord du pays. À vingt ans, Hirata Atsutane quitte la clan d'Akita pour faire à Edo des études de littérature confucéenne, de stratégie et de médecine. La lecture de Motoori Norinaga l'amène à l'étude des classiques japonais. Il entre alors à l'école de Motoori Haruniwa, fils et successeur de Norinaga, dont il se dira le disciple posthume. Il se dégag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hirata/#i_39663

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Temps de la mémoire »  : […] Contre la logique de l'échec et de l'oubli que semblait imposer l'histoire, l'écriture pouvait être un recours. D'une manière paradoxale resurgit un genre auquel la littérature moderne n'avait assigné jusqu'alors qu'une importance secondaire : quoi de plus conformiste qu'une «  autobiographie » ! Certes, quelques auteurs avaient ébauché des projets ou produit des œuvres de cette sorte au cours des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/#i_39663

PRÉSENTATION DU KOJIKI À LA COUR

  • Écrit par 
  • François MACÉ
  •  • 191 mots

Selon sa Préface, le Kojiki (Récit des temps anciens) fut offert en 712 à l'impératrice Gemmyō (661-721). Il rapporte les événements fondateurs du Japon et de sa dynastie depuis le temps des dieux dans un récit continu fortement marqué par la pensée mythique. Rédigé en parallèle avec le Nihon shoki (achevé en 720), il ne fera l'objet d'aucun commentaire ni citation avant le xiii e  siècle. Les d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/presentation-du-kojiki/#i_39663

SHINTŌ

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 6 597 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le shintō politique »  : […] Ce mépris du bouddhisme, on le retrouvera chez les théoriciens officiels de l'État shōgunal des Tokugawa, et notamment chez Hayashi Razan (1583-1657), qui prône le retour au confucianisme : « Le confucianisme est vérité, le bouddhisme est mensonge ; entre mensonge et vérité, qui donc choisirait le mensonge et rejetterait la vérité ? » Quant au shintō , ils le présentent comme un approfondissement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shinto/#i_39663

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « MOTOORI NORINAGA (1730-1801) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/motoori/