SÉLECTION NATURELLE, biologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La sélection naturelle après Darwin

Laredécouverte des lois de l'hérédité mendélienne, au début du xxe siècle, vient compléter le principal point faible du darwinisme en proposant un mécanisme de transmission des caractères. Le néo-darwinisme, ou théorie synthétique de l'évolution, qui inclut darwinisme et génétique, permet alors une formalisation mathématique des effets de la sélection naturelle. Avec cette nouvelle théorie, élaborée dans les années 1940, deux débats importants voient le jour.

Le premier concerne la clarification de la relation entre sélection naturelle et optimisation. L'intuition amène à penser que la sélection naturelle devrait conserver les meilleurs individus et, donc, maximiser le nombre de descendants produits dans un milieu donné : elle aurait alors un effet positif sur la survie de l'espèce. Cependant, un caractère biologique n'est pas intrinsèquement favorable ou défavorable : il peut être sélectionné alors même qu'il correspond à une utilisation non optimale des ressources, voire une sorte de « gaspillage » s'il conduit à diminuer l'accessibilité des ressources pour les autres organismes. En outre, toute espèce interagit avec de nombreuses autres, coévolue plutôt qu'elle n'évolue. Il n'y a donc pas d'adaptation dans l'absolu mais une adaptation à un environnement qui évolue.

Le second débat est celui des unités de sélection. La sélection naturelle darwinienne était centrée sur les individus et leurs capacités de survie ou de reproduction variables. La synthèse néodarwinienne met l'accent sur les unités transmises, les allèles (gènes occupant la même place sur une paire de chromosomes). Ces derniers, différents selon les individus, déterminent des variations de valeurs sélectives (survie ou fécondité) qui, en retour, diminuent ou augmentent les fréquences des allèles. En poussant plus loin cette logique, R. Dawkins a proposé, dans Le Gène égoïste (1976), que les entités sélectionnées sont en réalité les gènes, des entités [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'université de Montpellier-II

Classification


Autres références

«  SÉLECTION NATURELLE, biologie  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation biologique

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 1 372 mots

Dans le chapitre « Trois acceptions de l'adaptation des êtres vivants »  : […] Selon une première interprétation, l'adaptation recouvre un ensemble de constatations structuro-fonctionnelles propres aux êtres vivants et rendant compte de leur survie dans un environnement donné. Cette acception statique de l'adaptation correspond à la notion développée par Georges Cuvier (1769-1832) sous le nom de « conditions d'existence ». Elle est illustrée par tout le travail d'analyse ré […] Lire la suite

ANTIBIOTIQUES

  • Écrit par 
  • Patrice COURVALIN, 
  • François DENIS, 
  • Marie-Cécile PLOY, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Patrick TRIEU-CUOT
  • , Universalis
  •  • 6 938 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Utilisation croissante et inappropriée des antibiotiques en médecine humaine »  : […] Alexander Fleming mit très tôt l'accent sur la nécessité de traitements menés à leur terme et du respect des posologies, estimant que les prises inadéquates de pénicilline et des doses trop faibles étaient susceptibles de sélectionner des bactéries résistantes. Il était très inquiet des conséquences possibles de l'automédication par les antibiotiques. Ce danger était réel, puisque la pénicilline é […] Lire la suite

BALDWIN JAMES MARK (1861-1934)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 490 mots

Philosophe et psychologue de formation, James Baldwin a joué, dans le développement de la psychologie scientifique, un rôle important en introduisant dans celle-ci des concepts empruntés à la théorie de l'évolution. Après une année d'études à Berlin et à Leipzig, avec Wundt, il enseigna et dirigea des recherches psychologiques successivement à Toronto, Princeton (1893-1903), Baltimore (1903-1909), […] Lire la suite

BIODIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 4 698 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un potentiel de ressources renouvelables précieux »  : […] La prodigieuse diversité des espèces (diversité génétique comprise) est une source encore largement inexplorée de produits alimentaires, de matériaux (papier, vêtements, bois, fibres...) et de ressources pharmaceutiques. L'agronomie ne cesse de tirer profit de cette diversité, non seulement des rares espèces effectivement exploitées à une échelle industrielle (riz, blé, maïs...) mais aussi de qua […] Lire la suite

BIOLOGISME

  • Écrit par 
  • Sébastien LEMERLE, 
  • Carole REYNAUD-PALIGOT
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Quelques repères historiques »  : […] Les xviii e et xix e  siècles se caractérisent par un essor de la pensée scientifique, certaines sciences telles que la médecine et les sciences naturelles connaissent un grand dynamisme. À une époque où les explications rationnelles sont préférées aux préceptes religieux, ces sciences incarnent la modernité et acquièrent une incontestable autorité. Certaines notions « scientifiques » circulent, […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement reproducteur

  • Écrit par 
  • Marc THÉRY
  •  • 3 827 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De la sélection naturelle à la sélection sexuelle »  : […] Dans les années 1870, c'est Charles Darwin qui a développé le concept de sélection sexuelle pour expliquer l'évolution de certains traits dimorphiques qui sont le plus souvent uniquement présents chez les mâles, comme la traîne du paon. Pour la plupart, ces traits morphologiques ne procurent à leurs porteurs aucun avantage en termes de survie des individus ou de défense contre les prédateurs, mai […] Lire la suite

DARWIN CHARLES ROBERT (1809-1882)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Universalis
  •  • 3 130 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La sélection naturelle »  : […] Pendant ce temps progressaient lentement, depuis 1837, avec cette patience que Darwin montrait dans toutes ses recherches, les idées qui devaient le conduire à son œuvre capitale. « Pendant le voyage du Beagle , j'avais été profondément frappé d'abord en découvrant dans les couches pampéennes de grands animaux fossiles recouverts d'une armure semblable à celle des tatous actuels ; puis, par l'ordr […] Lire la suite

DARWIN (C. R.) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 405 mots

1809 Naissance, le 12 février, de Charles Robert Darwin à Shrewsbury dans le Shropshire en Angleterre. Cette même année paraît la Philosophie zoologique de Lamarck. 1825-1827 Il suit des études de médecine à l'université d'Édimbourg. 1828-1831 Il poursuit ses études à l'université de Cambridge en vue de devenir pasteur. 1831 Il embarque, le 27 décembre, sur le H.M.S. Beagle en qualité de nat […] Lire la suite

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 494 mots

Dans le chapitre « Signification de la « révolution darwinienne » »  : […] Une fois définies ces cinq thèses, qu'est-ce qu'être darwinien ? Le gradualisme de Darwin a souvent été contesté. Ainsi, Stephen Jay Gould (1941-2002), quoique antigradualiste, ne s'en déclare pas moins profondément darwinien. Peut-on s'accorder autour du couple variation et sélection ? Ou bien le darwinisme est-il non une théorie particulière (réfutable) mais une simple « conception du monde » ( […] Lire la suite

DOBZHANSKY THÉODOSIUS (1900-1975)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 897 mots

Généticien et évolutionniste américano-russe dont l'œuvre a eu une grande influence sur l'interprétation scientifique et les recherches concernant la théorie évolutionniste. Né à Nemirov (Ukraine) en 1900, fils d'un professeur de mathématiques, Théodosius Grigorievitch Dobzhansky a suivi les cours de l'université de Kiev de 1917 à 1921. Il y enseigna ensuite, puis vint à Leningrad (aujourd'hui Sai […] Lire la suite

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 598 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Formation des biocénoses et coévolution »  : […] L'augmentation du nombre des espèces d'une biocénose est liée en premier lieu à l'existence d'autres espèces vivant dans d'autres milieux, en second lieu à la possibilité pour ces espèces d'émigrer vers la biocénose considérée, en troisième lieu à leur possibilité de s'insérer durablement dans le réseau trophique tout en y provoquant nécessairement une redistribution du flux de matière et d'énergi […] Lire la suite

ÉPIGÉNÉTIQUE ET THÉORIE DE L'ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON, 
  • Francesca MERLIN
  •  • 3 641 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Hérédité épigénétique et théorie synthétique de l’évolution »  : […] On vient de voir que, pour des raisons épistémologiques et théoriques, l’épigénétique moderne ne conduit pas au lamarckisme. L’hérédité épigénétique est-elle pour autant sans incidence sur la théorie synthétique ? Cette question est, cette fois-ci, largement ouverte et extrêmement débattue. Il y a au moins deux manières complémentaires de l’aborder. La première consiste à se placer sur le terrai […] Lire la suite

ÉTHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Odile PETIT
  •  • 2 517 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De la théorie de l'évolution à l'émergence de l'éthologie »  : […] On ne peut envisager l'épistémologie de l'éthologie sans remonter aux tenants du transformisme et à Charles Darwin (1809-1882) puisque les notions d' évolution des espèces et de leurs comportements sont intimement liées (cf. encadré). Ses observations, notamment aux îles Galápagos, l'avaient convaincu de la variabilité des espèces. Il rapprocha cette variabilité de celle que l'on observe chez les […] Lire la suite

EUGÉNISME

  • Écrit par 
  • André PICHOT, 
  • Jacques TESTART
  • , Universalis
  •  • 4 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un produit idéologique du XIXe siècle »  : […] Au xix e  siècle, l'urbanisation et la prolétarisation inhérentes à la révolution industrielle avaient multiplié différents maux tenant à la paupérisation de certaines couches de la population, à leur rassemblement et leur promiscuité dans de mauvaises conditions d'hygiène au sein des villes. D'où un accroissement (mais aussi une plus forte visibilité, du fait de leur concentration) des maladies […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La critique du « panadaptationnisme » »  : […] Dans un article célèbre inspiré par un exemple de contrainte architecturale, « Les pendentifs de la basilique Saint-Marc de Venise » (« The Spandrels of San Marco and the panglossian paradigm. A critique of the adaptationist program », 1979), Stephen J. Gould et Richard Lewontin ont voulu montrer qu'un « pan-adaptationnisme » exagéré avait infiltré la mise en œuvre de la théorie synthétique en fai […] Lire la suite

FINALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond RUYER
  •  • 6 602 mots

Dans le chapitre « Nécessité d'un sélecteur »  : […] L'action finaliste suppose une dualité fondamentale chez l'agent, dualité d'un « matériel fortuit » et d'un « sélecteur », d'un hasard et d'un anti-hasard, de l'agent dans l'espace et le temps (comme multiplicité et zone de rencontres fortuites) et de l'agent comme possesseur de thèmes de sélection signifiante hors du domaine d'espace-temps survolé. Dans l'exemple classique du singe dactylographe […] Lire la suite

GAYON JEAN (1949-2018)

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON
  •  • 1 256 mots
  •  • 1 média

Les travaux de Jean Gayon portent sur l’histoire et la philosophie des sciences du vivant. Depuis le mitan des années 1980, ils ont donné lieu à plus de trois cents publications préférentiellement consacrées à la théorie de l’évolution et à la génétique. Son champ de recherche premier a été et est demeuré le sillon darwinien de la théorie de l’évolution, depuis les premiers travaux de Darwin jus […] Lire la suite

LAMARCK JEAN-BAPTISTE DE MONET chevalier DE (1744-1829)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Pietro CORSI
  •  • 3 180 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Lamarck avant le lamarckisme »  : […] Ignorées et méprisées souvent par la science officielle, en raison de leurs présupposés et de leurs implications matérialistes, les idées de Lamarck, qui définiront ce que l'on appellera bien plus tard le lamarckisme, se sont diffusées progressivement en Europe lors des premières décennies du xix e  siècle. Des résumés, souvent critiques, des doctrines de Lamarck étaient disponibles dans différent […] Lire la suite

LÉTALITÉ GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Denis BUICAN
  •  • 980 mots

Sensibilisé aux problèmes de l'hérédité par la lecture de Zola et notamment par le personnage du docteur Pascal, comme le montre une lettre adressée à l'écrivain en 1894, le zoologiste Lucien Cuénot présenta à l'Académie des sciences, en 1902, une note où il vérifie les lois de Mendel sur des croisements de souris. Ceux-ci lui ont permis de constater la dominance de la couleur grise en première gé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard GODELLE, « SÉLECTION NATURELLE, biologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/selection-naturelle-biologie/