Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SCHLESWIG-HOLSTEIN

Allemagne : carte administrative

Allemagne : carte administrative

Le Schleswig-Holstein est un Land allemand comptant 2,9 millions d’habitants en 2019 pour 15 799 kilomètres carrés. Porte de l’Allemagne vers la Scandinavie et notamment vers le Danemark frontalier, il est bordé à la fois par la mer du Nord et par la mer Baltique. Sa fonction de « pont » a été théorisée par Björn Engholm, ministre-président de 1988 à 1992, qui souhaitait l’ériger en relais d’une « nouvelle Hanse ». Constitué de onze arrondissements (Landkreise) et de quatre villes-arrondissements (kreisfreieStädte), il compte deux grandes villes, Kiel – la capitale politique – et Lübeck, ainsi qu’un tissu de villes moyennes comme Flensburg, Neumünster ou Norderstedt.

Le Land est composé de deux entités historiques, les anciens duchés de Schleswig au nord et de Holstein au sud, séparés à hauteur du canal de Kiel, qui constitue encore aujourd’hui l’une des routes maritimes les plus empruntées du nord de l’Europe. Sa topographie est un héritage de la glaciation quaternaire. Les paysages sont relativement zonés d’ouest en est : des Marschen(marais asséchés), des Geestland (terrains vallonnés et sableux), des sandr proglaciaires, puis des collines morainiques (dont la Suisse du Holstein, autour de Plön). Son histoire est marquée par sa situation géographique entre les deux mers et par la lutte d’influence entre Danois et Allemands. Les Anglo-Saxons envahissent l’Angleterre à partir de cette région vers 450, laissant l’espace à des tribus slaves, à des peuples germaniques et aux Danois. En 811, le fleuve Eider est défini par le traité de Heiligen signé entre Charlemagne et le roi Hemming comme la frontière entre les empires carolingien et danois. Le privilège confirmé par l’empereur Frédéric Barberousse à la ville de Lübeck en 1188 sert de base à son ascension comme capitale de la Hanse au Moyen Âge. Russes, Suédois et Norvégiens entre autres peuvent désormais bénéficier d’un accès libre dans la ville, avec exemption complète de droits d’entrée, de douane et de tout impôt. Au début du xiiie siècle, le roi danois tente d’intégrer le Holstein à son empire. Lors du traité de Ribe, en 1460, le Schleswig-Holstein est définitivement constitué comme entité (« qu’ils restent à jamais inséparables ») sous l’égide de Christian Ier, roi de Danemark et de Norvège, qui devient duc de Schleswig et comte de Holstein (duc de Holstein à partir de 1474). Le duché de Schleswig demeure cependant un fief royal danois, tandis que le duché de Holstein appartient au Saint Empire romain germanique. Si les Danois affirment leur suzeraineté sur l’ensemble du territoire jusqu’à son rattachement définitif en 1806 à la couronne danoise, leur politique de « danisation » forcée provoque ensuite une insurrection en 1848, puis l’intervention de la Prusse et de l’Autriche en 1864. Le traité de Vienne (30 octobre 1864), par lequel le Danemark renonce à ses droits sur les duchés, reste un véritable traumatisme dans le pays. Deux ans plus tard, le Schleswig-Holstein devient une province à part entière de la Prusse et ne retrouve son autonomie qu’en 1949, après la dissolution de cette dernière en 1947 et la fin de la zone d’occupation britannique. La Seconde Guerre mondiale a non seulement causé l’anéantissement d’une partie importante du patrimoine de Kiel et de Lübeck mais a aussi modifié la structure de la population régionale. Près d’un million de réfugiés provenant des provinces de l’est du Reich – soit plus d’un tiers de la population – se sont installés dans le Land après 1945. Les relations avec les Danois se sont progressivement détendues après que la frontière germano-danoise a été définitivement tracée consécutivement au référendum de 1920, puis que le traité d’État entre la République fédérale d’Allemagne et le Danemark a été signé en 1955. Plus de 50 000 Danois vivent aujourd’hui dans la région, principalement[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences à l'Institut d'études politiques, Rennes

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Allemagne : carte administrative

Allemagne : carte administrative

Autres références

  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

    • Écrit par Pierre-Roger GAUSSIN
    • 14 136 mots
    • 7 médias
    ...siècle, de nouvelles conditions de pénétration allemande se précisèrent, avec un effort nouveau de christianisation, notamment en Poméranie et dans le Holstein, où l'évangélisation alla de pair avec l'arrivée des colons allemands. On parla dès lors de croisade, pour laquelle saint Bernard autorisa les...
  • DANEMARK

    • Écrit par Marc AUCHET, Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, Jean Maurice BIZIÈRE, Régis BOYER, Georges CHABOT, Universalis, Lucien MUSSET, Claude NORDMANN
    • 19 519 mots
    • 14 médias
    ...leur temps fut absorbé par la tâche impossible de maintenir les Suédois dans l'obéissance (la fidélité norvégienne ne soulevait pas tant de difficultés). Dans le Sud, ils durent tolérer la réunion, sous des comtes allemands, du Holstein et du Jutland méridional (Slesvig, en allemand Schleswig), origine d'un...
  • FRÉDÉRIC Ier (1471-1533) roi de Danemark et de Norvège (1523-1533)

    • Écrit par Universalis
    • 359 mots

    Roi de Danemark (1523-1533) et de Norvège (1524-1533), né le 7 octobre 1471 au Danemark, mort le 10 avril 1533 au château de Gottorp à Schleswig (auj. en Allemagne), partisan du luthéranisme qui réussit à maintenir un équilibre entre protestants et catholiques pendant son règne.

    En 1490,...

  • FRÉDÉRIC IV (1671-1730) roi de Danemark et de Norvège (1699-1730)

    • Écrit par Claude NORDMANN
    • 269 mots

    Fils de Christian V et de Charlotte-Amélie de Hesse-Cassel, ayant succédé à son père, Frédéric IV se ligue avec le tsar Pierre Ier et l'Électeur Auguste de Saxe contre le roi de Suède Charles XII, mais il est bientôt contraint de conclure la paix de Travendal (août 1700) reconnaissant...

  • Afficher les 9 références

Voir aussi