Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SCÈNE PRIMITIVE

Freud a donné le nom de scène primitive ou scène originaire (Urszene) à celle où l'enfant se voit assister à des rapports sexuels de ses parents, soit qu'il les ait observés réellement, soit qu'il se les soit représentés sur un mode fantasmatique. À côté du traumatisme de la séduction, du complexe de castration, la scène primitive constitue un des fantasmes primordiaux qui interviennent dans le développement et la genèse de la névrose et de ses symptômes. La représentation de cette scène, saisie comme un affrontement, un combat entre les parents, où le père jouerait un rôle sadique, plutôt que comme un rapport amoureux, s'oppose, par son vécu et par l'effroi qu'elle provoque, aux théories sexuelles par lesquelles les enfants tentent de maîtriser les « mystères » de la procréation et de la vie amoureuse : l'enfant, témoin réel ou imaginaire du coït parental, se trouve alors complètement exclu, impuissant et menacé de perdre l'amour de ses parents ; il n'a d'autre issue que de refouler ou de tenter de maîtriser ces fantasmes par de nouvelles théories sexuelles.

Dans l'analyse du rêve de « l'Homme aux loups », le point décisif fut, pour Freud, la mise au jour de cette scène primitive ; celui-ci ouvrit alors un débat avec Jung pour savoir si cette scène est réelle ou si elle fait partie des fantasmes primordiaux. Freud, en fait, ne tranche pas et oscille entre deux thèses qui sont complémentaires : d'une part, il reconstruit comme événement historique la réalité de la scène primitive, bien qu'il mette l'accent sur le fait que ce n'est qu'« après coup » qu'elle est comprise ou interprétée par l'enfant ; d'autre part, il insiste sur l'effet de la scène primitive en tant que fantasme rétroactif, tout en indiquant que le réel fournit au moins des indices.

En tant que représentant le complexe d'Œdipe, la scène primitive constitue la représentation à la fois de l'interdit de l'inceste et de sa transgression par identification aux partenaires.

— Jean-Claude SEMPÉ

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • FANTASME, psychanalyse

    • Écrit par Carlos MAFFI
    • 1 287 mots

    Le fantasme peut se définir comme une production imaginaire qui représente le sujet dans un scénario déterminé, à la manière d'un rêve, et figure, d'une manière plus ou moins voilée, un désir. Le mot français « fantasme », qui correspond au mot allemand Phantasie utilisé par...

  • HOMME AUX LOUPS L'

    • Écrit par Pamela TYTELL
    • 1 106 mots

    Un des plus célèbres patients de Sigmund Freud, Sergeï Petrov-Pankieff, est mort à Vienne, la ville même où exerça son plus grand thérapeute et d'où partit cette nouvelle science qu'est la psychanalyse et sans laquelle, répétait Sergeï, « je n'aurais jamais pu supporter ce que la...

  • INITIATION

    • Écrit par Roger BASTIDE
    • 7 153 mots
    • 1 média
    ...psychanalystes ont insisté sur la nature compensatoire du rituel : une chose est retirée (l'initié sera soumis à des tabous), mais une autre chose est donnée (« la scène primitive », c'est-à-dire l'union sexuelle du père et de la mère, dont la vision était interdite à l'enfant, est révélée lors de l'octroi du ...
  • PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

    • Écrit par Émile JALLEY
    • 14 048 mots
    ... infirme comme son père, processus pouvant comporter aussi bien un « sens positif ». Il reproduirait alors l'expiration bruyante du père pendant la scène primitive. Dans ce cas, ce n'est plus un même élément représentatif, mais la même conduite qui peut comporter deux significations contraires. En...

Voir aussi