HOMME AUX LOUPS L'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des plus célèbres patients de Sigmund Freud, Sergeï Petrov-Pankieff, est mort à Vienne, la ville même où exerça son plus grand thérapeute et d'où partit cette nouvelle science qu'est la psychanalyse et sans laquelle, répétait Sergeï, « je n'aurais jamais pu supporter ce que la vie m'a réservé ». Il avait commencé son traitement avec Freud à l'âge de vingt-six ans. Au cours de sa longue vie, il n'a guère cessé de recourir à cette thérapeutique que son cas, depuis longtemps, avait magistralement illustrée. Il continuait de se désigner par le nom que Freud lui avait donné : « l'Homme aux loups ».

Né à Kharkov, en Ukraine, le 6 janvier 1887 – plus précisément le soir de Noël 1886, selon le calendrier julien alors en usage –, il appartenait à une famille de l'aristocratie et fit ses études de droit à Saint-Pétersbourg. Atteint d'accès maniaco-dépressifs à la suite du suicide de sa sœur Anna, en 1906, et souffrant d'une blennorragie, il se fit soigner, sur le conseil d'un ami de sa famille nommé Wolf, à Munich par le docteur Emil Kraepelin, un des maîtres de la psychiatrie allemande, dont il allait épouser l'infirmière, Theresa. Kraepelin l'adressa finalement à Freud, avec qui il poursuivit, de 1910 à 1914, la psychanalyse dont celui-ci, avec l'autorisation du patient, publiera le récit en 1918 sous le titre Aus der Geschichte einer infantilen Neurose (« Extrait de l'histoire d'une névrose infantile : I'Homme aux loups », in Cinq Psychanalyses, P.U.F., 1954).

L'enfance de Sergeï se trouvera éclairée par cette cure et, comme il le dira plus tard dans ses Mémoires, sa rencontre avec Freud aura constitué l'élément central de son existence ; c'est elle qui lui permet de comprendre et d'organiser les éléments de son passé et de son avenir. Au cours de son analyse, Sergeï se rappelle avoir connu, dans sa petite enfance, divers symptômes tels qu'une phobie des loups : sa sœur aimait alors à le terroriser avec les images d'un loup dressé, une patte en avant, qui illustraient des contes d'enfants tels que Le Petit Chaperon rouge ou Le Loup et les sept chevreaux. De plus, le patient rapporte le fameux rêve qui devait réapparaître au cours du traitement à de multiples reprises. À l'âge de quatre ans, il avait rêvé que six ou sept loups blancs aux queues touffues comme des renards, les oreilles dressées comme celles des chiens, étaient assis immobiles sur les branches d'un noyer, face à la fenêtre, et le regardaient fixement. L'enfant s'était éveillé en proie à une grande frayeur. Le narrateur alors dessina – il devait par la suite s'adonner à la peinture – l'arbre et les loups à l'appui de sa description. Freud en déduisit que ce rêve rappelait « quelque chose » qui devait s'être passé à une époque plus reculée encore et que Sergeï n'avait compris qu'à quatre ans. Il devait s'agir d'une scène terrifiante que celui-ci avait vécue à l'âge de dix-huit mois, alors qu'il dormait dans la chambre de ses parents, à savoir la scène « originaire » ou « primitive » (Ursene) de ses parents faisant l'amour dans la position des bêtes : le père dressé, la mère accroupie. Les loups du rêve – ces loups dont l'image l'a poursuivi jusque dans les personnes qui ont compté dans sa vie (et qui étaient souvent des Wolf) – représentaient ainsi les parents, la cause de son angoisse.

Cet aristocrate russe, ruiné à la suite de la Première Guerre mondiale et de la révolution bolchevique, fut condamné à mener à Vienne une vie très pauvre et fut pris en charge par des psychanalystes, qui, pendant six années consécutives, organisèrent à son profit une collecte, tandis que Freud lui-même lui proposait en 1919 de reprendre une analyse gratuite. Mais une telle sollicitude eut pour effet de rendre l'Homme aux loups plus dépendant encore de la psychanalyse et du milieu des praticiens viennois, de le maintenir dans une sorte d'indifférence vis-à-vis de ce qui s'était passé ou se passait dans son pays natal ; il allait de même se montrer, en 1938, ignorant des raisons qui poussèrent au suicide sa femme Theresa, juive allemande épouvantée par la montée du nazisme.

Demeuré incurable mais sortant indemne de toutes les vicissitudes extérieures, toujours occupé par sa névrose et portant l'honneur d'avoir, par la célébrité de son cas, étayé la théorie freudienne, Sergeï a fini par appartenir au milieu psychanaly [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : Ph.D. de Columbia University, New York, docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Lille-III

Classification

Autres références

«  HOMME AUX LOUPS L'  » est également traité dans :

GARDINER MURIEL (1901-1985)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 175 mots

Amie de la famille Freud et de ce patient que Sigmund avait surnommé l'Homme aux loups, Muriel Gardiner a consacré sa vie et sa fortune à deux causes : la résistance antifasciste et le mouvement psychanalytique. Comme mécène de ce dernier, elle succéda, en quelque sorte, à la princesse Marie Bonaparte et à Dorothy « Tiffany » Burlingham. Helen Muriel Morris a connu l'enfance dorée d'une petite fil […] Lire la suite

NÉVROSE OBSESSIONNELLE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Octave MANNONI
  •  • 3 236 mots

Dans le chapitre « « L'Homme aux loups » »  : […] En 1912, Freud plaçait la différence qui sépare l'obsessionnel de l'hystérique, « non pas du côté des pulsions, mais dans le domaine de la psychologie ». Cette expression peu claire signifie à coup sûr : dans l'élaboration par l'obsessionnel du retour du refoulé. Cette remarque a deux issues. Il faut étudier cette élaboration pour elle-même, mais aussi il faut montrer que la névrose obsessionnell […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pamela TYTELL, « HOMME AUX LOUPS L' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-aux-loups/