SCANDINAVISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès les xviie et xviiie siècles, des hommes d'État tels que les Danois H. Sehested, P. Griffenfeld et J. von Bernstorff, le Suédois J. Gyllenstierna conseillent la réconciliation entre les États nordiques. Cela n'aboutit qu'à de précaires ligues dynastiques de neutralité en Baltique pour la défense du commerce et de la navigation. Ce mouvement de solidarité scandinave fondé sur des souvenirs et des intérêts identiques, d'abord cosmopolite et littéraire au xviiie siècle, se répand chez les étudiants, après des visites entre les universités de Copenhague et de Lund (1837-1838) et se traduit par cinq congrès scandinavistes, de 1843 à 1864, animés par les écrivains A. G. Oehlenschlaeger et E. Tegner. Fortement influencé par le romantisme, l'« esprit du Nord » marque une poussée du nationalisme dans une Europe où les nationalités s'éveillent et prend un caractère libéral, puis politique, vers 1856.

La Scandinavie, pour briser son isolement, prétend unir les peuples frères ; c'est aussi un réflexe de défense contre l'Allemagne et la Russie menaçantes. Nourrie du mythe gothique magnifié chez l'historien danois Saxo Grammaticus ou chez Rudbeck, elle entend défendre sa langue. Si la majorité des habitants du Holstein parlent l'allemand, ceux du Slesvig se partagent entre l'allemand et le danois. La lutte linguistique s'engage vers 1840 à l'université de Kiel. Christian VIII, prétendant rattacher le Slesvig à l'administration danoise, déclenche la réaction pangermaniste qui se manifeste au congrès de Lübeck de 1847.

Oscar Ier envoie en 1848 un corps de troupe pour aider le Danemark de Frédéric VII dans l'affaire des duchés. La Suède-Norvège, ainsi que la Grande-Bretagne, la France et la Russie garantissent le statu quo (traité de Londres de 1852).

La guerre de Crimée donne une nouvelle impulsion au scandinavisme, mais les Norvégiens ne veulent pas seconder les projets antirusses d'Oscar Ier, soutenus pa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCANDINAVISME  » est également traité dans :

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 720 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Réalisme et naturalisme (1850-1890) »  : […] L'époque qui suit voit d'importants changements économiques et sociaux. Il en résulte de vives luttes politiques, paysans et classe moyenne fortement nationalistes s'opposant à une droite royaliste et unioniste. En 1884, la gauche accède au pouvoir et introduit le parlementarisme dans les mœurs. C'est aussi le moment où la Norvège s'ouvre aux influences extérieures. Positivisme, rationalisme, util […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norvege/#i_43647

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 810 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le retour à la paix et la naissance de la Suède moderne (1809-1914) »  : […] Le désir de paix avait contribué au succès du coup d'État de mars 1809. Mais le traité que la Suède dut signer avec la Russie à Fredrikshamn le 17 septembre 1809 fut très dur, et ses conséquences ne devaient cesser de peser sur les relations entre les deux voisins : la Suède était amputée de la Finlande, de l'archipel d' å land et de certains territoires de l'extrême Nord (Västerbotten). L'ensembl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suede/#i_43647

Pour citer l’article

Claude NORDMANN, « SCANDINAVISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/scandinavisme/