FÉROÉ ÎLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Possession danoise située dans l'océan Atlantique, presque à mi-chemin entre l'Islande et la Grande-Bretagne, les îles Féroé (en danois, Færøerne) se composent d'une trentaine d'îles dont beaucoup sont inhabitées et dont la principale est Strømø ; l'ensemble couvre 1 400 kilomètres carrés. Chacune de ces îles est formée de lanières qui s'abaissent du nord-ouest, où elles tombent sur la mer par de hautes falaises, vers le sud-est. Elles sont constituées de laves basaltiques accumulées au Tertiaire ; au Quaternaire, les glaciers les ont recouvertes, creusant des cirques, élargissant les vallées en auge, donnant naissance à des fjords. Le climat est océanique avec une faible amplitude entre le mois le plus chaud (10,8 0C) et le mois le plus froid (3,2 0C). Les précipitations dépassent 1,50 m ; les brouillards sont fréquents, et les vents violents. Aussi les Féroé sont-elles surtout couvertes de prairies et de gazon tandis que les arbres sont rares. Colonisées au ixe siècle, ces îles, d'abord norvégiennes, sont sous la domination du Danemark, qui leur a accordé en 1948 l'autonomie locale. La population totale était de 48 400 habitants en 2004. L'agglomération de Thorshavn (environ 15 000 habitants), se trouve dans l'île de Strømø et comprend la capitale homonyme. Les cultures sont rares ; sur de petites exploitations, on pratique l'élevage, surtout ovin, qui a pour vocation de subvenir aux besoins de la population. Mais la principale activité est la pêche ; cette activité s'est modernisée pendant la Seconde Guerre mondiale, sous l'influence des Britanniques qui occupaient alors les îles.

Paysage des îles Féroé

Paysage des îles Féroé

photographie

La végétation des îles Féroé (Danemark) est basse, en raison des vents violents qui empêchent les arbres de croître. 

Crédits : Spumador/ Shutterstock

Afficher

La pêche s'est orientée vers une diversité plus grande , du fait de l'appauvrissement des mers en espèces autrefois abondantes, ce qui a entraîné la mise au goût du jour de poissons jusque-là négligés. Le colin, la morue, l'églefin (préparé en haddock) fournissent cependant la plus grosse partie des prises.

—  Georges CHABOT

Écrit par :

  • : directeur honoraire de l'Institut de géographie de l'université de Paris

Classification


Autres références

«  FÉROÉ ÎLES  » est également traité dans :

DANEMARK

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, 
  • Jean Maurice BIZIÈRE, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  • , Universalis
  •  • 19 538 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Territoire et villes »  : […] La superficie du Danemark proprement dit est de 43 094 kilomètres carrés. Il convient toutefois d'ajouter à celle-ci les deux territoires autonomes qui sont rattachés au royaume : le Groenland (2 166 000 km 2 , dont 410 000 km 2 libres de glace) et les îles Féroé (1 398 km 2 ). Sa superficie fait du Danemark le plus petit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danemark/#i_43899

SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Martin Edvard BLINDHEIM, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Nicole PÉRIN, 
  • Jean-Michel QUENARDEL
  •  • 22 094 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Fixation des langues nationales »  : […] L'époque littéraire, qui commence avec la christianisation du Nord (en gros, à partir de l'an mille), va assister à la fixation des langues scandinaves selon un double processus : d'un côté, la remarquable stabilité de l'islandais qui n'évoluera pour ainsi dire plus, sinon dans la prononciation ; de l'autre, la simplification accélérée du suédois et du danois, et, en conséquence, du norvégien, ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scandinavie/#i_43899

Pour citer l’article

Georges CHABOT, « FÉROÉ ÎLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/iles-feroe/