SAUVAGES & SAUVAGERIE

Comme elle trouve son expression dans les actions effectuées par les sauvages, la sauvagerie est tributaire des aléas idéologiques de cette dernière notion au cours des siècles. De même que la barbarie fut une réaction pertinente de la culture gréco-latine (comme antithèse meurtrière de la civilisation), la sauvagerie est une invention de la Renaissance européenne. Les sauvages font leur entrée dans la littérature avec les grandes découvertes, en particulier celle du continent américain. On construit alors leur image en développant vis-à-vis d'eux plusieurs attitudes : tout d'abord, la convoitise envers leurs richesses aurifères et une admiration pour leur organisation sociale ; puis, négativement, le mépris envers leur paganisme. Il fallut donc les soumettre par le baptême ou la mort et le pillage. Ce qui fut fait, au nom de Dieu.

Au xviiie siècle, la sauvagerie est redécouverte à travers les récits des voyageurs : c'est un état proche de la nature, une nature paradisiaque. Le sauvage y évolue parfaitement à l'aise, sans aucun des problèmes qui commencent à préoccuper la civilisation occidentale du moment. Les auteurs de ce siècle louent la virginité innocente du sauvage nord-américain totalement intégré à un monde merveilleux empli de chants d'oiseaux et de couchers de soleil. Jean-Jacques Rousseau pousse l'émerveillement jusqu'à instituer la sauvagerie en doctrine révolutionnaire : « L'homme est né bon, la société le déprave. » Ainsi, « le corps de l'homme sauvage étant le seul instrument qu'il connaisse, il l'emploie à divers usages, dont, par le défaut d'exercice, les nôtres sont incapables ; et c'est notre industrie qui nous ôte la force et l'agilité que la nécessité l'oblige d'acquérir. S'il avait eu une hache, son poignet romprait-il de si fortes branches ? S'il avait eu une fronde, lancerait-il de la main une pierre avec tant de raideur ? S'il avait eu une échelle, grimperait-il si légèrement sur un arbre ? S'il avait eu un cheval, serait-il si vite à la course ? » (Discours sur l'origine de l'inégalité parmi les hommes). Jamais le progrès ne fut nié avec autant d'évidence ni le retour à la terre prêché [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  SAUVAGES & SAUVAGERIE  » est également traité dans :

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « La pensée sauvage et l'inconscient collectif »  : […] Claude Lévi-Strauss refuse le terme de mentalité archaïque et préfère parler de « pensée sauvage » pour caractériser une manière de penser qui est, dans son principe, guidée par la même logique que la nôtre, mais qui s'épanouit sans contrainte. La pensée sauvage ne diffère pas de la pensée scientifique par une plus grande compromission avec l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mentalite-archaique/#i_15929

DISCOURS SUR L'ORIGINE ET LES FONDEMENTS DE L'INÉGALITÉ PARMI LES HOMMES (J.-J. Rousseau) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 159 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la nature à la société »  : […] un animal, que caractérise pourtant un don d'imitation et surtout la « perfectibilité ». Cet homme sauvage, « dispersé » parmi les animaux et limité à la seule sensation, subvient seul à ses besoins auxquels pourvoit la nature ; son être physique détermine son être moral. La terre appartient à tous : point d'agriculture, point de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/discours-sur-l-origine-et-les-fondements-de-l-inegalite-parmi-les-hommes-livre-de-j-j-rousseau/#i_15929

ETHNOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 1 744 mots

Dans le chapitre « Nier l'humanité de l'autre  »  : […] une réduction de l'humanité à la seule hellénité. De même, plus tard, la qualification de « sauvage » (l'adjectif latin silvester désigne tout ce qui est « de la forêt ») rejette dans une catégorie de l'infrahumain des individus et des sociétés auxquelles on attribue un genre de vie qui les rapproche plus de la vie animale que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnocentrisme/#i_15929

ETHNOCIDE

  • Écrit par 
  • Pierre CLASTRES
  •  • 4 681 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Ethnocide et christianisme »  : […] . Aussi bien s'agit-il du résultat recherché : conduire l'indigène, par le chemin de la vraie foi, de la sauvagerie à la civilisation. L'ethnocide s'exerce pour le bien du sauvage. Le discours laïque ne dit pas autre chose lorsqu'il énonce, par exemple, la doctrine officielle du gouvernement brésilien quant à la politique indigéniste. « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnocide/#i_15929

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 637 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la Renaissance à la révolution industrielle »  : […] intellectuel va donner naissance au projet scientifique de l'anthropologie. Les sauvages et les barbares, contemporains lointains mais synchrones de l'Européen, vont être situés dans une histoire universelle. À partir de Lafitau, l'un des premiers à systématiser la comparaison entre le sauvage et les Anciens (1724), le sauvage devient un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-histoire/#i_15929

ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 2 776 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme radical »  : […] Le point de départ de l'évolution sociale telle que la conçoit Morgan est donc la sauvagerie, c'est-à-dire ce qu'on appelle le Paléolithique, où régnerait, selon lui, comme selon J. J. Bachofen et J. F. Mac Lennan, la promiscuité, l'absence de régulation dans les unions, en même temps qu'une sorte de communisme primitif. La sauvagerie ancienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolutionnisme-culturel-et-social/#i_15929

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 223 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire du folklore comme discipline »  : […] C'est à la fin du xixe siècle que les « sauvages » et les « barbares » perdent leur caractère de curiosités exotiques, tandis que leurs sociétés deviennent un sujet d'étude systématique pour les ethnographes et les ethnologues. À travers une histoire longue de quatre siècles restent constants l'un des fondements et l'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folklore/#i_15929

MORGAN LEWIS HENRY (1818-1881)

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 3 677 mots

Dans le chapitre « Le fondateur de la science anthropologique »  : […] to Civilization, où il montrait la marche nécessaire de l'humanité à travers les stades successifs de la sauvagerie, de la barbarie et de la civilisation. L'analyse des institutions sociales des Indiens d'Amérique, parce qu'elles correspondaient à celles du stade de la barbarie, offrait à la science le moyen de comprendre la marche de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-henry-morgan/#i_15929

RACE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Universalis
  •  • 4 633 mots

Dans le chapitre « Le siècle des Lumières »  : […] car elle cherche à rendre compte de l'existence, récemment découverte, des nations sauvages, pour mieux l'opposer à celle du monde européen civilisé. Ce qui intéresse les philosophes, c'est de découvrir le sens des nations européennes. Ce faisant, ils confondent les apparences « raciales » et les « productions sociologiques et psychologiques des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/race/#i_15929

Pour citer l’article

Claude LEFORT, « SAUVAGES & SAUVAGERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sauvages-et-sauvagerie/