SAINT-MALO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située sur la côte nord de la Bretagne, dans l'actuel département d'Ille-et-Vilaine, Saint-Malo offre le curieux exemple de la création d'une capitale d'un petit pays en trois étapes. À la veille de la conquête romaine, la civitas des Coriosolites (dont la majeure partie a formé, par la suite, l'évêché de Saint-Malo) s'étend de la baie du Mont-Saint-Michel à celle de Saint-Brieuc, et s'enfonce dans l'intérieur des terres jusqu'à La Roche-Bernard. Ainsi, la civitas chevauche l'estuaire de la Rance. Sous le Haut-Empire, sa capitale est Corseul. Au moment des premières grandes invasions de la fin du iiie siècle, le rôle directeur passe à Aleth, plus facile à défendre, sur un site déjà occupé au ier siècle. Progressivement, Aleth, devenu le siège du praefectus militum Martensis Aleto, l'emporte et devient siège épiscopal. Il semble qu'au moment des invasions bretonnes (ve-vie s.) le diocèse d'Aleth soit largement resté gallo-romain, face à celui de Dol devenu breton. D'après l'hagiographie, le moine saint Malo se serait installé sur l'îlot d'Aaron, à proximité d'Aleth, pour mourir enfin à Saintes, d'où ses reliques auraient été rapportées au viiie siècle. La légende traduit ainsi le relais progressif pris par l'agglomération constituée autour du monastère sur le siège épiscopal, plusieurs fois brûlé et pillé au cours des guerres et des invasions du viiie au xe siècle. L'îlot d'Aaron, mieux protégé qu'Aleth, devient Saint-Malo. Au début du xie siècle, l'ancien terroir des Coriosolites a été amputé à l'ouest du diocèse de Saint-Brieuc, et Saint-Malo a remplacé Aleth et Corseul. Le diocèse de Saint-Malo, qui subsiste jusqu'en 1789, est l'un des plus importants de Bretagne.

Bretagne : carte administrative

Carte : Bretagne : carte administrative

Carte administrative de la région Bretagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le site contribue beaucoup au développement de la cité et explique, en particulier, la semi-indépendance de fait dont elle jouit longtemps. L'îlot d'Aaron était isolé du continent par l'interruption de la flèche littorale du « Sillon ». Tournée vers le nord et l'ouest, l'île commande l'entrée de la Rance, tandis qu'au sud une large baie, prolongée par des marais, l'isole de l'agglomération concurrente de Saint-Servan (l'ancienne Aleth). En outre, la remontée des eaux marines, au début de notre ère, a amélioré les qualités défensives du site, les courants de marée ayant rendu impraticables les gués qui assuraient le passage de la Rance. En 1509, une chaussée rattache Saint-Malo au Sillon, mais, depuis le Moyen Âge, le passage est surveillé par un château-donjon très puissant. Ainsi, l'histoire défensive de la ville se décompose en deux épisodes majeurs : celui du Moyen Âge avec la mise en place des premières enceintes et du château, et celui de la fin du xviie siècle. À ce moment, Vauban fortifie les îlots qui bordent la ville au nord, tandis que l'ingénieur militaire Garengeau construit pendant les guerres de la fin du règne de Louis XIV l'enceinte actuelle, financée, en partie, par les capitaux malouins privés.

Très tôt, ce site attire non seulement des populations locales, mais aussi une immigration importante d'étrangers, principalement des Normands (Granville), et, dès le xive siècle, des Espagnols. Ces immigrés donnent à la ville un dynamisme économique et démographique exceptionnel. On peut, en gros, schématiser l'évolution comme suit : quelque 2 000 habitants vers 1450, 20 000 au moment de l'apogée sous Louis XIV, 13 000 en 1939. Ces chiffres n'englobent pas ceux de Saint-Servan.

L'essor du grand commerce commence au xive siècle. Il prend, d'emblée, les caractères qui resteront les siens jusqu'au xixe siècle : double spécialisation vers la course et la piraterie, orientation du grand commerce vers les pays du Nord et, plus encore, vers la péninsule Ibérique. Les grains, le sel et les toiles bretonnes forment la base des cargaisons de la navigation de Cadix, dont on rapporte les vins méditerranéens. Dès le début du xve siècle, Saint-Malo compte parmi les grands ports bretons. Les Malouins profitent de la guerre de Cent Ans pour mener une savante politique de bascule entre le roi de France, le duc de Bretagne et l'Angleterre, ce qui leur vaut pourtant des attaques répétées. Finalement, le roi de France s'empare de Saint-Malo en 1488 avec la complicité des grands négociants. Si les passages de François Ier et de Charles IX sont l'occasion d'« e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes
  • : professeur à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification

Autres références

«  SAINT-MALO  » est également traité dans :

BRETAGNE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER, 
  • Jean OLLIVRO
  •  • 6 672 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vocation commerciale »  : […] Le blé, le vin et le sel, fondement du commerce médiéval, représentent le principal des transactions qui s'opèrent à Nantes, grand marché national, lieu d'attraction pour le négoce espagnol et hollandais. Mais le commerce nantais se développe entre 1640 et 1680 en direction des Antilles, bien plus tard que Saint-Malo. Pêche à la morue, découvertes canadiennes de Jacques Cartier provoquent au xvi e […] Lire la suite

CARTIER JACQUES (1491-1557)

  • Écrit par 
  • André VACHON
  •  • 1 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le notable malouin »  : […] Né à Saint-Malo, Cartier est, dès sa jeunesse, influencé par l'atmosphère héroïque qui baigne les côtes bretonnes à l'époque de Livourne, de Navarin et de Lépante. Lui-même a dû naviguer assez tôt, mais on n'a aucune preuve qu'il ait fait, avant 1534, le voyage de Terre-Neuve ; il est probable, toutefois, qu'il ait vu le Brésil, auquel il fait allusion dans sa relation canadienne – il était du re […] Lire la suite

CORSAIRES

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 1 142 mots

Dans le chapitre « Le phénomène de la course »  : […] La course est une arme de faibles, créant une « forme supplétive » de la grande guerre d'escadre, de type « inférieur », à la fois indispensable et gênante pour l'État qui l'avoue ou la tolère. À la différence de la piraterie, elle est affaire collective, menée pour l'essentiel par des villes-États plus ou moins autonomes. Elle crée de véritables villes neuves, comme La Valette, reconstruite en 15 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean MEYER, Jean OLLIVRO, « SAINT-MALO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-malo/