SAFAVIDES ou SÉFÉVIDES ou SAFAWIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vie socio-économique et culturelle

Bien qu'ayant conservé des habitudes nomades, les Safavides encouragent le développement de la vie sédentaire (agriculture, commerce, artisanat) ; les tribus se confédèrent (Bakhtiyārī, Qashqay). Dans les villes, au factionnalisme entre rites sunnites se substituent les luttes de factions shī‘ites regroupées en organisations corporatives. Une dichotomie existe entre shī‘ites et sunnites, et les minorités qui ont tant contribué à la grandeur de la dynastie sont de plus en plus persécutées. Cette société disparate est en partie unifiée dans ses comportements (interprétés par certains comme l'expression de la renaissance d'un sentiment iranien national et racial). La montée des Safavides coïncide avec la découverte de la route du Cap. Au xvie siècle, les Portugais monopolisent le commerce dans le golfe Persique. Au xviie siècle, Anglais et Hollandais établissent en Perse fabriques et comptoirs commerçant avec l'Europe et l'Inde. Continuateurs de la politique étrangère des Moutons-Blancs, les Safavides reçoivent non seulement d'Europe mais aussi d'Orient des ambassades de plus en plus nombreuses. Inaugurées sous ‘Abbās Ier, les relations franco-persanes amènent l'établissement de missions (Capucins, Carmes, Jésuites). Malgré l'échange d'ambassades et la signature de deux traités, la tentative d'implantation de la Compagnie des Indes orientales est un échec. C'est néanmoins aux voyageurs français que l'on doit les meilleures descriptions de la Perse au xviie siècle.

L'opinion associant la période safavide à une renaissance culturelle iranienne culminant sous ‘Abbās Ier est à réviser ; l'Europe influence de plus en plus cette culture en déclin et la littérature classique brille surtout en Inde où l'arrivée de poètes persans avec les troupes envoyées par Ṭahmāsp Ier pour restaurer le fugitif Humāyūn est une vraie invasion culturelle. Mais, si ces rois turcophones négligent les belles-lettres et encouragent la composition de traités shī‘ites en arabe, ils favorisent aussi l'éclosion d'une littérature de caractère populaire. Hors du cadre de la théologie officielle, l'école d'Ispahan opère un renouveau en théosophie shī‘ite. Parmi les productions de prestige, l'architecture, la peinture et l'art du tapis gardent leur éclat. La tourmente de l'invasion afghane brisa la brillante enveloppe de cette civilisation et jeta la société iranienne dans une profonde décadence ; le xviiie siècle, si fécond en Europe, est la période la plus sombre de l'histoire culturelle de l'Iran.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  SAFAVIDES ou SÉFÉVIDES ou SAFAWIDES  » est également traité dans :

ARCHITECTURE SÉFÉVIDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 451 mots

1501 Shāh Isma'il prend le pouvoir en Azerbaïdjan et fonde la dynastie séfévide, qui prétend descendre de Shaykh Safī al-Dīn (1234-1252), fondateur d'un ordre de derviches à Ardabil. La nouvelle dynastie appartient au shī'isme duodécimain qui devient dès lors religion d'État et qui contribue à créer un sentiment national encore vivace aujourd'hui. […] Lire la suite

BAYÉZID ou BAJAZET II (1447-1512) sultan ottoman (1481-1512)

  • Écrit par 
  • V. J. PARRY
  • , Universalis
  •  • 697 mots

Sultan ottoman né vers 1447 à Demotika (auj. Dhidhimotikhon) en Thrace, mort le 26 mai 1512 à Demotika. Fils aîné du sultan Mehmed II, Bayézid II, surnommé Adlī (« le Juste »), règne de 1481 à 1512. À la mort de son père en 1481, son frère Djem conteste la succession au trône mais Bayézid réussit à s'emparer du pouvoir grâce à l'appui d'une faction puissante de fonctionnaires de cour. Djem se ré […] Lire la suite

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le shī‘isme iranien, des Safavides à la Constitution de 1906 »  : […] En plus de sa dimension théosophique, le shī‘isme a une dimension historique originale sur laquelle la Révolution islamique iranienne a attiré l'attention du monde entier. La théologie shī‘ite entretient, en effet, un rapport particulier avec le pouvoir politique puisque, pendant l'Occultation du XII e  Imām, seul souverain légitime de la communauté, tout pouvoir politique peut être un jour qualif […] Lire la suite

IRAN - Société et cultures

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER
  •  • 8 913 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Aux sources de la révolution et de la République islamiques »  : […] La crise révolutionnaire des années 1978-1979 a tout d'abord consacré l'échec d'un système de développement. En vingt-cinq ans, depuis le coup d'État de 1953 rétablissant l'autorité du shah, l'Iran a été le théâtre de mutations radicales affectant de proche en proche toutes les couches de la société. Lors du premier recensement national, en 1956, l'Iran compte 19 millions d'habitants dont 69 p.  […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'art des empires des XVIe-XVIIe siècles »  : […] Au début de l'« ère moderne » (mais cette notion n'a guère de sens dans le contexte islamique), trois empires dominent la scène islamique. Les Ottomans, depuis leurs capitales successives, exportent leur art – un art de cour – jusque dans les provinces les plus lointaines ; les Séfévides érigent un premier État national iranien dont l'art est largement tributaire de celui des Timourides et des Il […] Lire la suite

ISMĀ‘ĪL Ier (1487-1524) shāh séfévide de Perse (1501-1524)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 269 mots

Fondateur de la dynastie séfévide, Shāh Esmā'il I er (Ismā‘īl) régna de 1501 à 1524. Réunificateur de l'entité iranienne, il évita que ne se concrétise la menace des Ottomans d'absorber l'Iran dans leur vaste empire. C'est pourquoi certains historiens considèrent l'État qu'il créa comme un véritable « État national » renouant pour la première fois depuis la conquête arabe du vii e siècle avec le […] Lire la suite

ISPAHAN

  • Écrit par 
  • Jean AUBIN, 
  • Universalis
  •  • 2 728 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le dépeuplement »  : […] En 1387 Tamerlan fait châtier exemplairement la ville, qui s'est rebellée contre ses collecteurs d'impôts. La troupe reçut l'ordre de massacrer toute la population mâle et de construire des tours de têtes coupées. L'opération fut soigneusement planifiée. Tandis que des détachements isolaient quelques demeures de privilégiés, chaque unité eut à présenter un nombre de têtes déterminé aux comptables […] Lire la suite

KHĀN ou CARAVANSÉRAIL

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF
  •  • 771 mots
  •  • 1 média

Le khān ou caravansérail est une institution en relation avec l'organisation commerciale dans les pays islamiques. On en connaît fort mal l'évolution, car les khāns sont situés bien souvent loin des routes actuelles. Le khān naquit du besoin de se protéger contre le pillage dans des régions où nomades et montagnards faisaient régner l'insécurité. Distants en général d'une journée de marche, les kh […] Lire la suite

MOSQUÉE DU SHĀH, Ispahan (Iran)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 294 mots
  •  • 1 média

Édifiée par Shāh 'Abbās le Grand entre 1611 et 1628, et achevée sous le règne de son successeur Shāh Safi vers 1630 (les lambris de marbre ayant été définitivement installés en 1638 seulement), cette mosquée constitue l'élément majeur du Maydān-i Shāh, la place monumentale (512 mètres × 159 mètres) de l'Isfahan (Ispahan) safavide. Symbole de pouvoir à la fois royal et spirituel, cette mosquée sédu […] Lire la suite

MOUTONS-BLANCS ou AK KOYUNLU

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 447 mots

Fédération de tribus turkmènes dont le nom se réfère soit à un totem commun, éponyme, soit au fait que les membres de ces tribus élevaient des moutons blancs. L'un des clans de ces tribus, les Bayundur, donna naissance à des chefs qui prirent le pouvoir et l'initiative d'organiser cette fédération. La première mention historique des Bayundur remonte à la chronique byzantine de 1340, dans laquelle […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CALMARD, « SAFAVIDES ou SÉFÉVIDES ou SAFAWIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/safavides-sefevides-safawides/