Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RWANDA

Nom officiel

République rwandaise (RW)

    Chef de l'État et du gouvernement

    Paul Kagame (depuis le 24 mars 2000). Premier ministre : Edouard Ngirente (depuis le 30 août 2017)

      Chef de l'État et du gouvernement

      Paul Kagame (depuis le 24 mars 2000). Premier ministre : Edouard Ngirente (depuis le 30 août 2017)

        Capitale

        Kigali

          Langues officielles

          Anglais, français, kinyarwanda, swahili

            Unité monétaire

            Franc rwandais (RWF)

              Population (estim.) 14 482 000 (2023)
                Superficie 26 338 km²

                  L'évolution politique depuis l'indépendance

                  De la « Révolution sociale » (1959-1961) au génocide (1994)

                  En novembre 1959, la Belgique met en route un processus d'autonomie interne. Mais la tension est montée au Rwanda depuis la mort subite de Mutara, en juillet précédent : un nouveau mwami, Kigeri Ndahindurwa, a été intronisé par les milieux les plus traditionalistes ; des partis politiques sont nés : le Parmehutu (Parti du mouvement de l'émancipation des Hutu) et l'Aprosoma (Association pour la promotion sociale de la masse) d'un côté, l'Unar (Union nationale rwandaise) et le Rader (Rassemblement démocratique rwandais) de l'autre ; à la Toussaint, des émeutiers coordonnés par le Parmehutu brûlent des milliers d'enclos tutsi ; en rétorsion, des jeunes proches de l'Unar assassinent des militants hutu.

                  Le pays est placé sous un régime militaire, géré par le colonel Guy Logiest, nommé résident spécial. Il remplace la moitié des autorités locales tutsi par des Hutu et organise les élections communales de juin 1960, qui donnent une majorité écrasante au Parmehutu. Le 28 janvier 1961, à Gitarama (au centre du pays), Grégoire Kayibanda, chef du gouvernement autonome créé en octobre 1960, fait proclamer la République par les nouveaux bourgmestres élus. Le mwami s'enfuit. Les élections législatives et le référendum de septembre 1961 entérinent le changement de régime et la prise de pouvoir du Parmehutu, avant même l'indépendance, qui intervient en juillet 1962, avec l'accord de l'ONU. La « démocratie du menu peuple » instaurée est celle des « 85 % de Hutu ».

                  Près de la moitié des Tutsi (environ 150 000) ont fui dans les pays voisins pour échapper aux violences. La mention de leur « ethnie » étant spécifiée sur leurs papiers d'identité, ceux qui sont restés dans le pays deviennent les boucs émissaires à chaque difficulté du régime. À la Noël de 1963, une attaque de réfugiés, qualifiés de cafards (inyenzi), dans le sud-est du pays, déclenche des milliers de morts en représailles, notamment dans la préfecture de Gikongoro. Dès cette époque, des observateurs parlent de « génocide » et le président Kayibanda menace la « race tutsi » de « fin totale et précipitée ». En février 1973, une nouvelle chasse aux sorcières conduit à l'épuration des administrations et des écoles et provoque une nouvelle vague de réfugiés tutsi.

                  En juillet suivant, un coup d'État militaire porte au pouvoir le général Juvénal Habyarimana. Des « nordistes » de Gisenyi et de Ruhengeri remplacent les leaders de Gitarama. Le MRND (Mouvement révolutionnaire national pour la démocratie), créé en 1975, devient en 1978 le parti unique, dans le cadre de la Constitution de la IIe République. Le régime insiste sur le développement rural et, considéré comme honnête et « modéré », il bénéficie de nombreuses aides étrangères, publiques et privées. Il a le soutien de l'Église, il met en scène des apparitions mariales à Kibeho en 1981-1983 et l'archevêque de Kigali, Vincent Nsengiyumva, fait partie du comité central du parti.

                  Mais la société change : le Rwanda devient un carrefour commercial entre le Congo et l'Est africain, le réseau routier s'étoffe, les affaires se développent, Kigali connaît un essor remarquable, les nouvelles élites adhèrent moins aux vieux schémas raciaux, notamment dans le sud du pays, où les relations de toutes sortes entre Hutu et Tutsi sont nombreuses. Pourtant, la propagande officielle entretient la logique ethniste et un système de quota limite à 9 % (taux officiel de leur part dans la population) l'accès des Tutsi aux écoles et aux emplois.

                  Ce décalage entre la société et le régime éclate à la fin des années 1980, alors que le pays est frappé par une crise économique. La contestation[...]

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  • : professeur à l'université de Bordeaux-III-Michel-de-Montaigne
                  • : directeur de recherche émérite au C.N.R.S.
                  • : consultant à l'U.N.E.S.C.O.
                  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Rwanda : carte physique

                  Rwanda : carte physique

                  Rwanda : drapeau

                  Rwanda : drapeau

                  Rwanda: paysage rural

                  Rwanda: paysage rural

                  Autres références

                  • RWANDA, chronologie contemporaine

                    • Écrit par Universalis
                  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

                    • Écrit par Roland POURTIER
                    • 21 496 mots
                    • 29 médias
                    ...aptitudes supposées, au risque de faire naître ou d'exacerber des antagonismes, préparant les violences qui se sont déchaînées après les indépendances. La tragédie rwandaise en témoigne : la construction de l'image du Tutsi, pasteur d'origine nilotique, grand, au port altier, alliant les critères de...
                  • BANTOU

                    • Écrit par Luc de HEUSCH
                    • 8 112 mots
                    • 4 médias
                    ...anciennement habitée par des populations de métallurgistes, plusieurs royaumes d'importance différente se sont développés au cours des cinq derniers siècles. Le Rwanda, qui avait deux millions d'habitants au début du xxe siècle, ou le Burundi contrastent par leur taille avec les petits royaumes de Bunyoro...
                  • CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU

                    • Écrit par Universalis, Jules GÉRARD-LIBOIS, Henri NICOLAÏ, Patrick QUANTIN, Benoît VERHAEGEN, Crawford YOUNG
                    • 24 917 mots
                    • 13 médias
                    Depuis 1994, environ un million et demi de Rwandais, fuyant les forces du Front patriotique rwandais (F.P.R.) qui a pris le pouvoir à Kigali, sont réfugiés au Zaïre. Dans l'est du pays, au Kivu, ils sont entassés dans des camps comptant plusieurs centaines de milliers d'habitants organisés autour...
                  • DANS LE NU DE LA VIE. RÉCITS DES MARAIS RWANDAIS (J. Hatzfeld)

                    • Écrit par Mona CHOLLET
                    • 995 mots

                    « En 1994, entre le lundi 11 avril à 11 heures et le samedi 14 mai à 14 heures, environ 50 000 Tutsi, sur une population d'environ 59 000, ont été massacrés à la machette, tous les jours de la semaine, de 9 h 30 à 16 heures, par des miliciens et voisins hutu, sur les collines...

                  • Afficher les 24 références

                  Voir aussi