DANS LE NU DE LA VIE. RÉCITS DES MARAIS RWANDAIS (J. Hatzfeld)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« En 1994, entre le lundi 11 avril à 11 heures et le samedi 14 mai à 14 heures, environ 50 000 Tutsi, sur une population d'environ 59 000, ont été massacrés à la machette, tous les jours de la semaine, de 9 h 30 à 16 heures, par des miliciens et voisins hutu, sur les collines de la commune de Nyamata, au Rwanda. » Ainsi débute Dans le nu de la vie (Seuil, Paris, 2001), de Jean Hatzfeld, qui rassemble des témoignages de rescapés du génocide rwandais. Ce qui frappe d'emblée, c'est ce « de 9 h 30 à 16 heures », cette sauvagerie inscrite dans le cadre strict d'un horaire de fonctionnaires. Comme le fait remarquer plus loin la rescapée Claudine Kayitesi : « À entendre les Blancs, le génocide est soi-disant une folie, mais ce n'est pas si vrai. C'était un travail minutieusement préparé et proprement accompli. »

Le génocide, on le sait, a été déclenché après l'explosion de l'avion qui transportait le président Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994. Dans la bourgade de Nyamata, ainsi que dans le hameau voisin de N'tarama, les Tutsi s'enfuient dans les collines et les marais. Pendant plus d'un mois, ils seront traqués par les interahamwe – les miliciens hutu. Ceux qui se font prendre sont laissés agonisants, bras et jambes coupés. À la nuit tombée, ceux qui ont survécu à la journée sortent de leur cachette. Ils se réfugient dans une école isolée, à flanc de colline. Ils tentent de se reposer, mangent toute la nourriture qu'ils ont pu dénicher, afin de prendre le plus de forces possible. Durant le jour, ils ne peuvent que boire l'eau des marais : « Elle était vitaminée, excusez-moi l'expression, du sang des cadavres. » À l'aube, les adultes cachent les enfants, puis se dissimulent eux-mêmes sous les papyrus. Les interahamwe s'annoncent par des chants, des sifflements, des coups de fusil tirés en l'air – alors même qu'ils refusent le luxe d'une balle à ceux qui les supplient, en leur proposant de l'argent, de les tuer sans les faire souffrir. Ainsi se met en pla [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Mona CHOLLET, « DANS LE NU DE LA VIE. RÉCITS DES MARAIS RWANDAIS (J. Hatzfeld) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dans-le-nu-de-la-vie-recits-des-marais-rwandais/