HABYARIMANA JUVENAL (1937-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Général et homme d'État rwandais, né en 1937 à Gasizi, dans la province du Gisenyi (Ruanda-Urundi, act. Rwanda), mort le 6 avril 1994 près de Kigali.

Juvénal Habyarimana étudie au Congo belge (act. République démocratique du Congo), d'abord les sciences humaines et les mathématiques au collège Saint-Paul, puis la médecine à l'université Lovanium. Après son retour au Rwanda en 1960, il s'engage dans la garde nationale à Kigali. Bien qu'il appartienne à la majorité hutu, il fait preuve de professionnalisme face à des insurgés hutu et tutsi. De promotion en promotion, il accède rapidement au poste de chef d'état-major (1963-1965), puis de ministre de la Défense et de chef d'état-major de la police (1965-1973). En avril 1973, il est promu général. Trois mois plus tard (le 5 juillet), à la tête d'un groupe d'officiers mécontents, il renverse le président Grégoire Kayibanda. Dans les premiers temps, Juvénal Habyarimana dirige seul le pays et interdit toute activité politique. En 1975, il lance le Mouvement révolutionnaire national pour le développement (M.R.N.D.), parti unique. Cependant, en 1991, la nouvelle Constitution instaure le multipartisme. Le M.R.N.D. devient le M.R.N.D.D. (Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement) et les partis d'opposition se multiplient. Juvénal Habyarimana accorde de plus en plus de libertés civiles et, après la première élection pluraliste de 1992, est amené à déléguer certains pouvoirs au Premier ministre tutsi Dismas Nsengiyaremye. Le 6 avril 1994, Juvénal Habyarimana et le président burundais hutu Cyprien Ntaryamira, reviennent d'un sommet en Tanzanie lorsqu'un attentat est perpétré contre leur avion. La mort des deux dirigeants dans des circonstances troubles ravive les tensions sous-jacentes entre Hutu et Tutsi. Dès le lendemain commencent au Rwanda des massacres de masse, qui dureront jusqu'en juillet, provoquant l'exode de deux millions de personnes.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  HABYARIMANA JUVENAL (1937-1994)  » est également traité dans :

KAYIBANDA GRÉGOIRE (1924-1976)

  • Écrit par 
  • Jean ZIEGLER
  •  • 602 mots

Le premier président de la République du Rwanda, Grégoire Kayibanda, a accédé à ce poste en octobre 1961. La République elle-même était pratiquement née le 28 janvier 1961, lorsque le mwami Kigeri V, dernier seigneur d'un royaume qui paraissait être, peu de temps auparavant, un des plus solides d'Afrique, fut déclaré déchu de son trône. Grégoire Kayibanda s'installa à Kigali, dans un palais prési […] Lire la suite

RWANDA

  • Écrit par 
  • François BART, 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN, 
  • Marcel KABANDA
  •  • 11 937 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « De la « Révolution sociale » (1959-1961) au génocide (1994) »  : […] En novembre 1959, la Belgique met en route un processus d'autonomie interne. Mais la tension est montée au Rwanda depuis la mort subite de Mutara, en juillet précédent : un nouveau mwami, Kigeri Ndahindurwa, a été intronisé par les milieux les plus traditionalistes ; des partis politiques sont nés : le Parmehutu (Parti du mouvement de l'émancipation des Hutu) et l'Aprosoma (Association pour la pr […] Lire la suite

TUTSI GÉNOCIDE DES

  • Écrit par 
  • Marcel KABANDA
  •  • 7 457 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le déclenchement du génocide »  : […] Le 6 avril 1994 au soir, le président Habyarimana est tué dans un attentat contre l'avion qui le ramène d'une réunion en Tanzanie. On ne connaît pas encore aujourd'hui les auteurs de l'attentat. Deux thèses sont formulées. Pour les uns, l'avion aurait été abattu par les soldats du F.P.R. Pour d'autres, le président Habyarimana aurait été assassiné par les extrémistes de son propre camp, qui lui r […] Lire la suite

Les derniers événements

26 mars 2021 France – Rwanda. Remise du rapport sur le rôle de la France dans le génocide rwandais.

Le rapport pointe l’implication personnelle du président François Mitterrand, soucieux de défendre son homologue Juvénal Habyarimana, la francophonie et la zone d’influence française. Il dénonce le rôle exorbitant joué par l’état-major particulier de la présidence, « au moyen de pratiques irrégulières […] marginalisant de fait les institutions légalement en charge du commandement opérationnel ». […] Lire la suite

3 juillet 2020 France – Rwanda. Confirmation du non-lieu dans l'enquête sur l'assassinat du président rwandais Juvénal Habyarimana.

La confirmation par la cour d’appel de Paris de la décision de non-lieu rendu en décembre 2018 par les juges d’instruction du pôle antiterroriste de Paris referme l’enquête sur la mort du président rwandais Juvénal Habyarimana, en avril 1994, qui avait entraîné le massacre de quelque huit cent mille Tutsi et Hutu modérés. Les poursuites contre neuf proches de l’actuel président Paul Kagame sont définitivement abandonnées. […] Lire la suite

21 décembre 2018 France – Rwanda. Non-lieu en faveur des suspects rwandais dans l'affaire de l'attentat contre l'avion de Juvénal Habyarimana.

Vingt ans après l’ouverture d’une information judiciaire, les juges d’instruction du pôle antiterroriste de Paris rendent une ordonnance de non-lieu dans l’affaire de la destruction, en avril 1994, au-dessus de Kigali, de l’avion qui transportait le président rwandais Juvénal Habyarimana et son homologue burundais Cyprien Ntaryamira. L’attentat avait été suivi de trois mois de massacres au cours desquels huit cent mille Rwandais, en grande majorité des Tutsi ainsi que des opposants hutu, avaient été tués. […] Lire la suite

10 janvier 2012 Rwanda – France. Retournement dans l'enquête sur l'attentat contre le président Juvénal Habyarimana

Le juge français Marc Trévidic, chargé d'instruire le dossier de l'attentat qui a coûté la vie au président rwandais, le Hutu Juvénal Habyarimana, en avril 1994 et a entraîné le génocide des Tutsi, publie un rapport d'expertise qui contredit les conclusions de son prédécesseur Jean-Louis Bruguière. La localisation des tirs qui ont abattu l'avion présidentiel disculpe de toute responsabilité les rebelles du Front populaire rwandais (F. […] Lire la suite

7 janvier 2010 France – Rwanda. Visite du chef de la diplomatie française à Kigali

Celles-ci avaient été rompues en novembre 2006 à la suite de la publication par le juge d'instruction Jean-Louis Bruguière d'une ordonnance mettant en cause l'actuel président rwandais Paul Kagame dans l'attentat qui avait coûté la vie à son prédécesseur Juvénal Habyarimana, en avril 1994, et déclenché le génocide des Tutsi et des Hutu modérés. Le 7 également est publié à Kigali le rapport d'un « comité indépendant d'experts » qui dément la thèse du juge Bruguière attribuant la responsabilité de l'attentat à « des politiciens et officiers extrémistes appartenant à la faction Hutu power » opposés au partage du pouvoir prévu par les accords d'Arusha d'août 1993. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« HABYARIMANA JUVENAL - (1937-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/juvenal-habyarimana/