RUSSIE (Le territoire et les hommes)La Fédération de Russie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielFédération de Russie (RU)
Chef de l'ÉtatVladimir Poutine (depuis le 7 mai 2012)
Chef du gouvernementMikhaïl Michoustine (depuis le 16 janvier 2020)
CapitaleMoscou
Langue officiellerusse

La Fédération russe naît en 1991 avec la disparition de l'URSS. Elle doit alors s'inventer comme État-nation, qui plus est multiethnique, tâche d'autant plus ardue que le pays a été tout au long de son histoire à la tête d'un empire et que sa population vient de subir, avec la perestroïka, un traumatisme identitaire, la sensation d'être une superpuissance déchue venant s'ajouter à la perte des repères soviétiques. En peu de temps, la société a dû parcourir un chemin qui avait été ailleurs le fruit d'une maturation séculaire, tandis que le pouvoir opérait des transferts institutionnels en les greffant sur un corps social qui n'y était pas préparé. Le démantèlement du système soviétique ne s'est pas fait sans heurts... ni malheurs, tandis que le regard de l'Occident et ses critiques successives, d'abord du « chaos russe » puis du retour de l'ordre autoritaire, n'étaient pas sans influencer les évolutions intérieures.

Russie : carte administrative

Carte : Russie : carte administrative

Carte administrative de la Russie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Russie : drapeau

Dessin : Russie : drapeau

Russie (août 1991). Le drapeau de la nouvelle Fédération de Russie est un simple tricolore horizontal blanc-bleu-rouge. Ce n'est autre que le pavillon officiel de l'Empire de Russie (1699-1918), de même que le drapeau civil dudit Empire (1883-1914). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Transition et convulsions (1991-1993)

L'euphorie du triomphe de la démocratie après l'échec du putsch d'août 1991, image que l'Occident s'est forgée à la vue d'un fougueux Boris Eltsine, président récemment élu de la République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR), juché sur un des tanks qui encerclaient le siège du Parlement russe et haranguant ceux qui étaient venus défendre ce symbole des temps nouveaux contre la tentative de retour en arrière de la vieille garde communiste, fut en réalité aussi brève que localisée (essentiellement à Moscou et Saint-Pétersbourg). En fait, lassitude et désillusion sont alors les humeurs dominantes au sein d'une société qui aborde les futures mutations avec l'idée que « ça ne peut pas être pire » ; la perestroïka à laquelle la majeure partie des Russes attribue la pénurie et la désorganisation, plus grandes que jamais, n'apparaît déjà plus comme une libéralisation positive.

Boris Eltsine au moment du putsch de 1991

Photographie : Boris Eltsine au moment du putsch de 1991

Le 19 août 1991, Boris Eltsine brandit un poing vengeur à l'encontre des instigateurs du coup d'État qui ont tenté de renverser le régime. 

Crédits : S. Anipchenko/ Slava Katamidze Collection/ Getty Images

Afficher

La transition libérale : choc et thérapie

L'état de grâce dont va jouir le nouveau gouvernement est donc tout relatif. Présidée par Boris Eltsine, avec Guennadi Bourboulis comme vice-Premier ministre, la jeune équipe est très vite qualifiée de « gouvernement d'occupation » par ceux qui s'opposent aux réformes : Egor Gaïdar (à l'Économie et aux Finances avant de devenir Premier ministre au cours de l'été 1992), Anatoli Tchoubaïs (aux Privatisations) s'entourent en effet de conseillers américains (Jeffrey Sachs, Anders Aslund).

Le choc de la libéralisation des prix à partir de janvier 1992 est très dur. En un mois, les prix sont multipliés par quatre, certains augmenteront de 2 500 % sur l'année. Ils sont de plus désormais libellés massivement en dollars. L'inflation pénalise lourdement ceux qui n'ont d'autre revenu que l'argent que leur verse chichement l'État ; mendicité et vente à la sauvette de leur maigre patrimoine devient le lot de nombreux retraités ; pour certains la survie passe par la vente sur des étals de fortune des produits rapportés de leurs navettes avec la Turquie et la Chine. Une lamentation se généralise : « en guise de marché, on a le bazar ».

La foi dans les vertus régulatrices de la monnaie, qui incite le gouvernement à interrompre le versement des subventions aux entreprises, entraîne une vague d'impayés qui affecte de proche en proche tout le système économique. Les agents recourent à des règlements non monétaires entre eux ; face au troc qui se développe, certains évoquent une « économie de l'âge des cavernes ».

Bref, les effets vertueux du marché qui avait été hâtivement envisagé comme « nouvel avenir radieux » ne sont guère perceptibles. Le pouvoir parle d'une thérapie de choc, la société d'un choc sans thérapie. Les libéraux convaincus ne sont pas plus satisfaits : ils déplorent les entorses qui sont faites à leur credo (dès l'été de 1992, la politique monétariste est assouplie). La rupture est finalement plus brutale que radicale.

La transition démocratique : les affrontements

Le dernier combat des soviets

Le ton monte entre ministres et députés, élus en 1990 avec des perspectives tout autres que celles qui s'imposent désormais. Certains n'hésitent pas à qualifier [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Russie : carte administrative

Russie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Russie : drapeau

Russie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Boris Eltsine au moment du putsch de 1991

Boris Eltsine au moment du putsch de 1991
Crédits : S. Anipchenko/ Slava Katamidze Collection/ Getty Images

photographie

Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev, 2012

Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev, 2012
Crédits : en.kremlin.ru ; CC-BY 4.0

photographie

Afficher les 6 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur en civilisation russe à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  RUSSIE  » est également traité dans :

RUSSIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 1 234 mots

L'hyperbole est d'usage dès qu'il s'agit de la Russie. La démesure y est montrée partout à l'œuvre, dans le territoire comme dans les passions individuelles et l'histoire collective. Au panthéon littéraire elle a légué des héros caractérisés par leurs excès, indolent Oblomov ou modèles exaltés de l'Homme révolté. Le flirt constant avec l'infini se dit jusque dans la conquête de l'espace : les Russ […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Pascal MARCHAND
  •  • 8 556 mots
  •  • 11 médias

En 1985, Mikhaïl Gorbatchev engageait l'U.R.S.S. dans la perestroïka, nouvelle politique qui se transforma bien vite en séisme géopolitique pour le continent européen.Après l'effondrement des démocraties populaires en 1989, l'implosion de l'U.R.S.S. en 1991 laissait la place à quinze républiqu […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 260 mots
  •  • 27 médias

L'histoire de la Russie est celle de la formation d'un vaste empire qui, du xe au xxe siècle, s'est peu à peu étendu, à partir des plaines de l'Europe orientale aux rives du Pacifique et aux montagnes d'Asie centrale. Le mot « Russie » désigne un domaine où se sont rassemblés des peuples divers, en grosse […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Julien VERCUEIL
  •  • 5 353 mots
  •  • 6 médias

L’histoire de l’économie russe à partir de la disparition de l’URSS en 1991 est symptomatique des enjeux de la « transition » qu’a connue toute l’Europe de l’Est à la fin du xxe siècle et au début du xxie : le passage d’un système économique de type soviétique à un système de type capitaliste. Les grandes […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 903 mots
  •  • 22 médias

Par art russe ancien les historiens de l'art désignent la période d'activité artistique qui débute en Russie par l'adoption du christianisme, en l'an 988, et se poursuit jusqu'à la réforme de Pierre le Grand, au début du xviiie siècle, moment où l'art religieux d'inspiration byzantine est remplacé par un art profane qui participera à tous les grands c […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 104 mots
  •  • 7 médias

Produit d'une société dont l'histoire est caractérisée par une suite de ruptures brutales, la littérature russe est née de la première de ces ruptures, celle qui, dans les dernières années du premier millénaire, fait de la Russie païenne évangélisée par Byzance l'un des grands États de la chrétienté médiévale. Une seconde rupture, provoquée à l'aube du xviii […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN, 
  • Nicole ZAND
  •  • 8 636 mots

L'année 1898 est une des grandes dates de l'histoire du théâtre européen. Elle marque la fondation du Théâtre d'art de Moscou, en réaction contre l'académisme, le vedettariat, le bas niveau du répertoire et le caractère commercial de la scène russe de l'époque. C'est sur les planches du Théâtre d'art que se produit la rencontre des deux figur […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Michel-Rostislav HOFMANN
  •  • 3 034 mots
  •  • 4 médias

« C'est le peuple qui crée la musique, et nous sommes des « arrangeurs » à son service », déclarait Glinka qui, même s'il eut quelques précurseurs, tel A. Verstovski, fut bel et bien le « père » de la musique russe, le fondateur d'une école nationale, durant la première moitié du xixe siècle. Et Glinka écrit enc […] Lire la suite

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 172 mots
  •  • 6 médias

Le cinéma soviétique naît officiellement du décret de nationalisation signé par Lénine le 27 août 1919. Pendant soixante-dix ans, ce cinéma va être affaire d'État, pour le meilleur et pour le pire. Pour le meilleur : par l'indifférence à peu près constante aux questions de rentabilité, qui en fait un cas unique, ouvert à de très nombreuses expérimentations. P […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

Le 28 toujours, la Fédération internationale de football association (FIFA) et l’Union européenne des associations de football (UEFA) décident d’exclure la sélection nationale et les clubs russes de toutes les compétitions jusqu’à nouvel ordre. […] Lire la suite

7-26 août 2008 Géorgie – Russie. Offensive militaire géorgienne contre l'Ossétie du Sud et riposte russe

Comme au début des années 1990, il s'agit pour Tbilissi de tenter de reprendre le contrôle de cette ex-région autonome de la République soviétique de Géorgie, dont le régime sécessionniste et indépendant de fait est soutenu par Moscou, tout comme celui de l'Abkhazie, autre territoire séparatiste géorgien frontalier de la Fédération de Russie. Désireuse de rejoindre l'O. […] Lire la suite

14-20 août 2008 Pologne – États-Unis. Accord sur l'implantation du bouclier antimissile américain

Le 15, le président russe Dmitri Medvedev déclare que « le déploiement de nouvelles forces antimissiles a pour objectif la Fédération de Russie ».  […] Lire la suite

22-29 janvier 2006 Géorgie – Russie. Attentats contre les voies d'approvisionnement en énergie provenant de Russie

Le 22, deux explosions criminelles survenues sur le territoire de l'Ossétie du Nord, en Russie, endommagent le gazoduc qui alimente la Géorgie et l'Arménie en gaz russe. Un autre attentat vise la ligne qui achemine vers la Géorgie l'électricité produite en Russie. Le président pro-occidental géorgien, Mikheïl Saakachvili, dénonce le « grave sabotage » qu'aurait perpétré la fédération de Russie en vue de faire pression sur Tbilissi au moment où la Géorgie négocie avec le groupe russe Gazprom la forte augmentation du prix du gaz imposée par ce dernier. […] Lire la suite

7-18 mai 2000 Russie. Premières décisions du président Vladimir Poutine

Le 13, le président Poutine signe un oukase qui prévoit la création de sept grands districts couvrant le territoire de la Russie, avec, à leur tête, des « super-préfets », en vue de « renforcer le pouvoir vertical » face à l'autonomisation progressive des régions et des républiques de la Fédération. Cinq des sept représentants spéciaux du Kremlin, nommés le 18, appartiennent à l'armée, au F. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Myriam DÉSERT, « RUSSIE (Le territoire et les hommes) - La Fédération de Russie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-la-federation-de-russie/