Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RUBÉOLE

Agent pathogène, diagnostic, épidémiologie

L'agent responsable de la rubéole a été isolé, en 1962, aux États-Unis : c'est un virus à acide ribonucléique (ARN), enveloppé, de la famille des Togaviridés. Fragile, il ne peut se conserver dans la nature et se transmet d'homme à homme par voie respiratoire.

Le virus agglutine in vitro les globules rouges de poussin ; cette propriété, découverte en 1966, permet de rechercher, chez les sujets, les anticorps spécifiques inhibant l'hémagglutination. C'est encore aujourd'hui la réaction sérologique la plus commode en pratique. Elle rend possible le diagnostic de laboratoire de l'affection. Elle permet aussi de distinguer les sujets sensibles à la maladie de ceux qui sont protégés par une maladie antérieure, apparente ou inapparente.

En France, environ 90 p. 100 des adultes sont naturellement protégés, et la rubéole congénitale est rare. Ceci n'était pas le cas aux États-Unis autrefois : en 1964-1965 en effet, une importante épidémie chez l'adulte avait entraîné la naissance d'un grand nombre d'enfants malformés. La situation a bien évolué depuis, la vaccination ayant bouleversé l'épidémiologie.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en médecine, professeur de microbiologie à l'École nationale de la santé publique

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CALENDRIER VACCINAL

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 2 597 mots
    • 1 média
    ...hospitalisation des patients. Une couverture vaccinale insuffisante a ainsi été responsable d’épidémies de rougeole en 2011 puis en 2017. La vaccination contre la rubéole, quant à elle, vise moins l’enfant, chez qui la maladie est bénigne, que les risques de malformation fœtale encourus chez les femmes enceintes...
  • ÉRUPTIVES MALADIES

    • Écrit par Didier LAVERGNE
    • 595 mots

    On qualifie de maladies éruptives des maladies infectieuses accompagnées — et caractérisées — par un exanthème, c'est-à-dire une érubescence cutanée plus ou moins durable.

    Cette rougeur initiale affecte parfois des zones très localisées du corps, mais elle peut aussi apparaître sur...

  • EXANTHÈME

    • Écrit par Didier LAVERGNE
    • 194 mots

    Manifestation caractéristique d'infections, en général fébriles, dont le déroulement provoque, au niveau de la peau, l'apparition d'une « éruption » cutanée. La confusion est facile avec des éruptions résultant d'intoxications (en général médicamenteuses) qui ont reçu le nom de...

  • MALFORMATIONS CONGÉNITALES

    • Écrit par Jean de GROUCHY
    • 2 930 mots
    • 1 média
    Des infections virales (rubéole, cytomégalovirus) et parasitaires (toxoplasmose), enfin, peuvent être cause d'embryopathies. Le fait est acquis dans le cas de la rubéole qui peut provoquer cécité, cardiopathie congénitale et surdité.

Voir aussi