ROUBLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la limite du xiiie et du xive siècle, le rouble apparaît en Russie, à Novgorod. À une époque où le pays ignorait la frappe de la monnaie, ce terme semble avoir désigné les lingots d'argent, appelés aussi grivny, qui servaient aux paiements importants. À Moscou et en Russie centrale, au moment où reprend la frappe de la monnaie d'argent dans toutes les principautés (à Moscou, sous le règne de Dimitri Donskoï, mort en 1389), le rouble apparaît comme unité de compte, dont la valeur est d'ailleurs discutée par les spécialistes. D'après certains travaux (I. G. Spasski), il semblerait que le rouble moscovite ait valu, dès la fin du xive siècle, et non pas seulement au xve, 200 pièces d'argent (denga, plur. dengi), le rouble novgorodien équivalant alors à 216 pièces. La Moscovie étant devenue, depuis 1517, le seul État souverain de la Russie, on procède en 1534 (sous la régence d'Hélène Glinskaïa) à la centralisation de la frappe monétaire : cette monnaie désormais unique est le kopek (kopeïka), pièce deux fois plus lourde que l'ancienne denga moscovite.

Après le Temps des troubles, la monnaie se trouva sensiblement dépréciée — le poids d'un kopek était passé de 0,68 à 0,48 g d'argent —, aussi le rouble d'argent, fabriqué avec des thalers allemands mis en circulation en 1654 et remplacé en 1655 par l'efimok, avait-il tout juste la valeur de 64 kopeks anciens. Toutefois, l'initiative la plus importante du gouvernement d'Alexis Mikhaïlovitch est la frappe, la même année, de kopeks en cuivre. Leur dévaluation rapide provoqua le soulèvement de 1662 devant lequel le gouvernement dut retirer ces pièces de la circulation. Cela n'empêcha guère la dévaluation de la monnaie d'argent : en 1698, 10 kopeks valaient 1 thaler, soit de 25 à 26 grammes d'argent pur. Cette parité fut respectée lors de l'émission par Pierre le Grand de roubles d'argent — le rouble cessant alors d'être une simple unité de compte — et de kopeks en cuivre ; cent kopeks valent toujours un rouble (1704). En 1755, Élisabeth définit une valeur or du rouble.

À partir de 1769, l'émission des assignats — rendue nécessaire par la politique coûteuse de Catherine II — bouleverse le système monétaire : pratiquement, la Russie se servait de deux monnaies, l'une en argent, l'autre en cuivre et en papier. L'unité monétaire ne fut rétablie qu'en 1843 par la réforme de Kankrine qui fixa la parité des billets de banque et des pièces d'argent. Mais rapidement, et surtout après la guerre de Crimée (1853-1856), le rouble-papier se dévalua (jusqu'à 20 p. 100 au-dessous de sa parité argent).

L'importante réforme de Witte (1897) consista à mettre en circulation des pièces d'or et à indexer sur ce métal le rouble-papier, préalablement dévalué. Ce système résista aux difficultés politiques de la Russie jusqu'au début de la Première Guerre mondiale, où l'on assiste à une nouvelle dévaluation du rouble-papier.

Les années de la révolution et, encore plus, de la guerre civile sont caractérisées par un incroyable désordre monétaire, chaque pouvoir, si éphémère fût-il, ayant émis sa propre monnaie (en papier). Après l'essai d'un système amonétaire de 1918 à 1920, le gouvernement soviétique restaure la monnaie en 1921 et substitue au rouble le tchervonets, pour reconvertir ce dernier en rouble soviétique en 1924, à raison de 10 roubles contre 1 tchervonets. En 1937, le rouble est défini en dollars à raison de 5,30 roubles pour 1 dollar.

L'inflation due à la Seconde Guerre mondiale aboutit à la création d'un nouveau rouble (1 contre 10 anciens) en 1947. Réévaluée en 1950 au taux de 4 roubles pour 1 dollar, la monnaie soviétique l'est une fois de plus en 1961 par la création d'un second nouveau rouble, le dollar correspondant alors à 90 kopeks, soit neuf dixièmes de rouble et le rouble équivalent à 0,987 412 g d'or. Monnaie non convertible, le rouble n'est pas négocié sur le marché international des changes. La création, en 1963, de la B.I.C.E. (Banque internationale de coopération économique) s'accompagne de celle du rouble transférable, unité de compte des membres du Comecon entre eux.

Avec la disparition de l'U.R.S.S. en 1991 s'ouvre une période de transition au cours de laquelle le rouble soviétique est maintenu aux côtés du nouveau rouble russe de la Fédération de Russie ; qui devient l'unité monétaire officielle en 1998. La Biélorussie est le seul État indépendant issu de l'ancienne fédération soviétique a avoir adopté une monnaie nationale du même nom, en 1993.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : licencié en droit, diplômé de l'École nationale des langues orientales vivantes, professeur à la faculté libre, autonome et cogérée d'économie et de droit, Paris
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  ROUBLE  » est également traité dans :

C.E.I. (Communauté des États indépendants)

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 3 634 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les mouvements de capitaux »  : […] Après la disparition de l'U.R.S.S., tant le F.M.I. que les experts indépendants pensaient que la meilleure solution était de conserver à l'espace ex-soviétique une monnaie commune, qui serait le rouble. La crise monétaire en Russie et les initiatives prises par certains États pour instituer une monnaie propre conduisirent à un changement radical. Le F.M.I. recommanda en 1993 une monnaie séparée po […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Russie, victime de sa dépendance aux hydrocarbures  »  : […] La Russie est très affectée par la baisse de plus de 10 p. 100 de la demande mondiale de gaz, dont elle est le premier producteur (20 p. 100 de la production mondiale), et de pétrole (troisième derrière les États-Unis et l’Arabie Saoudite), pour lequel la baisse des prix se conjugue avec une baisse des volumes. Le budget fédéral, dont les prélèvements sur les hydrocarbures représentent 40 p. 100 […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2000 : vers un rééquilibrage de la croissance mondiale ?

  • Écrit par 
  • Jacques ADDA
  •  • 3 037 mots

Dans le chapitre « Situation contrastée dans les autres régions en développement »  : […] L'Europe de l'Est a globalement réussi, elle aussi, à émerger de la récession provoquée par la crise financière de 1998. Dans le cas de la Russie, l'impact de la dépréciation du rouble a été renforcé par le doublement (en moyenne annuelle) du prix du pétrole, qui a propulsé l'excédent courant à des sommets et permis d'assainir substantiellement les finances publiques. La reprise de l'économie rus […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1998 : fin d'un cycle, début d'une nouvelle ère

  • Écrit par 
  • Jacques ADDA
  •  • 3 387 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Crise locale, crise globale »  : […] À cet effet de contagion monétaire s'ajoute un effet de contagion financière, les pertes enregistrées dans un pays à la suite d'une dévaluation encourageant les opérateurs à se désengager des marchés perçus comme les plus exposés au risque de change. Auto-entretenue par les comportements mimétiques des agents, la fuite des capitaux provoque l'effondrement des réserves de change, qui entraîne celui […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1997 : la crise asiatique

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 706 mots

Dans le chapitre « L'Europe de l'Est renoue avec la croissance »  : […] Dans son rapport annuel sur la Transition, publié au début de novembre, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (B.E.R.D.) a estimé que, pour la première fois depuis l'effondrement du communisme en 1989, les pays de l'ancien bloc communiste ont enregistré globalement une croissance. La zone composée des pays d'Europe centrale et orientale (P.E.C.O.), de la Communauté des É […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 260 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La révolution industrielle »  : […] La Russie ne put entrer vraiment dans l'ère industrielle que par l'intervention de l'État et l'emprunt de capitaux à l'étranger. Les changements profonds de ses structures économiques sont un fait tardif, postérieur à 1880. La faiblesse du marché de consommation paysan qui s'élargissait trop lentement, autant que le manque de capitaux privés, a contraint le gouvernement à devenir, par la voie des […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Julien VERCUEIL
  •  • 5 353 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L’économie russe après la crise financière mondiale de 2008 »  : […] Pour l’économie russe, la crise financière de 2008 est un coup dur, car elle fait baisser à la fois la demande extérieure et les prix des exportations. À la Bourse de Moscou, les valeurs chutent de 70 p. 100, ce qui contraint les autorités à la fermer temporairement. Les flux de capitaux s’inversent et les financements extérieurs s’interrompent : les grands combinats exportateurs doivent brader l […] Lire la suite

ZONE MONÉTAIRE

  • Écrit par 
  • P. SCHAEFER
  •  • 947 mots

Espace constitué par les pays qui adoptent entre eux un étalon de change-devise. Les pays qui utilisent cet étalon établissent une relation fixe entre leur monnaie et une devise (monnaie centre) considérée comme un moyen international de règlement. La gestion des réserves de change des différents pays membres est alors assurée par le pays centre. Le système exige la convertibilité et la transférab […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-18 décembre 2014 Russie. Aggravation de la crise économique et financière

rouble – celui-ci perdra le quart de sa valeur par rapport au dollar au cours du mois. Le 4, Vladimir Poutine, dans son adresse à la nation, fustige les sanctions infligées par les États-Unis et l'Union européenne dans le seul but – selon lui – d'« endiguer les possibilités croissantes de la Russie ». Il vante les mérites de l'armée russe et défend […] Lire la suite

7-31 août 2014 Ukraine. Contre-offensive séparatiste et surenchère russe

rouble, la fuite des capitaux et la défiance des investisseurs. Le 7 également, le secrétaire général de l'O.T.A.N. Anders Fogh Rasmussen, en visite à Kiev, réitère son soutien à l'Ukraine et dénonce le progrès « en intensité et en sophistication » de l'aide russe aux séparatistes ainsi que l'augmentation du nombre de soldats russes massés derrière […] Lire la suite

28-29 juillet 1999 Russie. Reprise des relations du F.M.I. et de la Banque mondiale avec Moscou

rouble, en août 1998. La reprise de ses relations avec la Russie est subordonnée à la publication de deux audits sur la gestion d'une partie des réserves monétaires russes par une société offshore basée à Jersey, la Fimaco, ainsi que sur l'affectation réelle de la tranche de 4,8 milliards de dollars versée par le F.M.I. en juillet 1998. Le 29, la Banque […] Lire la suite

1er-24 septembre 1998 Russie. Difficile installation du gouvernement d'Evgueni Primakov

rouble, en août, Evgueni Primakov, qui peine à achever la formation de son gouvernement, présente certains éléments de son programme économique. Il annonce le renforcement du contrôle des changes, le rétablissement d'un monopole d'État sur la production et la vente des alcools forts, le versement régulier, à compter d'octobre, des salaires et des retraites […] Lire la suite

17-31 août 1998 Russie. Dévaluation du rouble et limogeage du Premier ministre Sergueï Kirienko

rouble se poursuivent, le Premier ministre Sergueï Kirienko déclare que la crise financière « ne fait que commencer » en Russie. La Douma adopte à une large majorité une résolution critiquant l'inaction du président Eltsine et demandant sa démission ainsi que celle du gouvernement. Le 23, Boris Eltsine limoge Sergueï Kirienko, Premier ministre depuis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BLUMBERG, Wladimir VODOFF, « ROUBLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rouble/