ROMANS ANTIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au milieu du xiie siècle, l'avènement du genre romanesque est scellé par les romans antiques (qu'il vaudrait mieux appeler « romans d'Antiquité »). Ils constituent une trilogie : le Roman de Thèbes (1152-1154), le Roman d'Énéas (1156) et le Roman de Troie (1160-1165) de Benoît de Sainte-Maure ; ils tirent leur nom du fait qu'ils conquièrent à la langue romane — la langue de « cil qui n'entendent pas la letre » (le latin), pour reprendre la formule de Benoît de Sainte-Maure — quelques grands textes épiques de l'Antiquité : le premier la Thébaïde de Stace, le deuxième l'Énéide de Virgile et le dernier des compilations latines tardives d'Homère, essentiellement le De excidio Trojae historia de Darès de Phrygie et l'Ephemeris belli Trojani de Dictys de Crète. Ils participent de ce mouvement « humaniste », qu'on a appelé la « Renaissance du xiie siècle », qui sécularise progressivement la culture en la faisant sortir du monastère et de l'école cathédrale pour atteindre les couches les plus favorisées de l'aristocratie.

Rédigés dans l'idiome littéraire utilisé en Normandie, les romans antiques recourent à l'octosyllabe à rimes plates, le vers traditionnel de la poésie narrative et didactique de la cour d'Angleterre. Il est probable qu'ils ont vu le jour dans l'entourage immédiat d'Henri II Plantagenêt (époux d'Aliénor d'Aquitaine depuis 1152), dans un de ces ateliers de clercs travaillant pour ce roi que la chronique du temps dit fort cultivé. Benoît de Sainte-Maure, seul auteur qui nous soit connu, fut d'ailleurs invité par le roi à rédiger la vaste Chronique des ducs de Normandie. On est fondé à penser que la mariage qui, dans l'Énéas, permet au héros troyen de monter sur le trône n'est pas sans rapport avec le mariage qui fit du Plantagenêt un vassal plus puissant que son suzerain, le roi de France Louis VII, premier époux d'Aliénor.

Le nombre des manuscrits (copiés aux xiiie

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : inspecteur de l'Éducation nationale, chargé d'enseignement de littérature médiévale à l'université de Paris-VIII

Classification


Autres références

«  ROMANS ANTIQUES  » est également traité dans :

BENOÎT DE SAINTE-MAURE (fin XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 178 mots

Auteur du Roman de Troie , poème de 30 000 octosyllabes, où se mêlent la légende et l'histoire des Grecs. Il ignorait le grec et utilisa deux narrations latines du siège de Troie, tenues pour véridiques ; l'une, composée au vi e siècle, était attribuée à un Phrygien, Darès, l'autre, datant du iv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benoit-de-sainte-maure/#i_92749

HEINRICH VON VELDEKE (1140-1190)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 169 mots

Le principal ouvrage de Heinrich von Veldeke, originaire du Limbourg (sud des Pays-Bas et nord-est de la Belgique), est l' Énéide ( Eneit ) considéré par Wolfram d'Eschenbach et Gottfried de Strasbourg comme un modèle sur le plan formel (la rime s'y affirmait et remplaçait l'assonance utilisée jusqu'alors). Inspirée directement du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-veldeke/#i_92749

ROMAN DE TROIE, Benoît de Sainte-Maure - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 928 mots

Composé à la suite du Roman de Thèbes (vers 1150) et en même temps ou peu s'en faut que le Roman d'Énéas (vers 1160) , le Roman de Troie (vers 1165 au plus tard) de Benoît de Sainte-Maure (seconde moitié du xii e  siècle) s'inscrit dans le mouvement de reto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-troie/#i_92749

Pour citer l’article

Jean-Charles HUCHET, « ROMANS ANTIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/romans-antiques/