ROI DIVIN, anthropologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nombreux sont les auteurs qui, aujourd'hui, n'emploient plus l'expression « roi divin » qu'en la mettant entre guillemets : précaution qui indique qu'ils ont quelques doutes sur la valeur de son usage.

Frazer est, semble-t-il, le premier à avoir parlé de « roi divin ». Dans l'édition de 1890 de son magistral ouvrage The Golden Bough (Le Rameau d'or), il désigne ainsi les chefs qui, dans un premier stade de l'évolution de l'humanité, passent pour détenir un pouvoir sur la nature et doivent mourir lorsque leur condition physique ne leur permet plus de remplir leur fonction. En trois quarts de siècle, on s'est sensiblement écarté de l'usage de Frazer : si l'on s'en tient au seul traitement des matériaux africains, exemplaires on le verra, on s'aperçoit que se trouvent qualifiés de rois divins des personnages aussi différents que les faiseurs de pluie des groupes de pasteurs du Soudan, les rois du Bénin au Nigeria ou l'Aga Khān, chef de la secte ismaélienne dont quelques milliers de membres vivent en Afrique orientale. L'historien et anthropologue J. Vansina n'hésite pas à appliquer l'expression à tous les monarques africains, qui, selon lui, présentent ces mêmes caractéristiques idéologiques.

Une telle extension du champ sémantique conduit à s'interroger sur la nature des faits dénotés par l'expression, sur l'histoire de son emploi et son utilité. C'est à partir de l'œuvre de Frazer qu'il faut chercher des réponses à ces questions.

La construction de Frazer

Frazer, qui distingue radicalement la magie de la religion (Le Roi magicien, I), fait d'abord passer l'humanité par un âge de la magie ; plus tard, après avoir découvert la fausseté intrinsèque de la magie, les hommes sont conduits à la pratique de la religion, en tentant de se concilier les puissances supérieures.

Au premier stade de son évolution, l'homme se croit en mesure d'agir sur la nature. De telles certitudes sont encore sous-jacentes aux obligations auxquelles sont soumis les chefs de certains royaumes, qui doivent s'unir sexuellement à une de leurs épouses pour stimuler la croissance de la végétation ; les fêtes de printemps et d'été de l'Europe ne seraient d'ailleurs que des traces lointaines de pareilles croyances (Le Roi magicien, II).

Dans les sociétés où de tels pouvoirs sont attribués aux hommes, ceux qui en possèdent le plus ont vocation au commandement. Tout en écartant l'idée que la magie aurait été l'unique voie d'accès au pouvoir, Frazer n'en écrit pas moins : « Ceux qui pratiquent cet art [la magie] doivent être des personnages d'importance et de grande influence dans toute société qui ajoute foi à leurs prétentions [...] ; de fait, les magiciens, semble-t-il, sont souvent devenus des chefs et des rois. »

Corrélative à de telles croyances, l'obligation s'est imposée de protéger les détenteurs d'un pouvoir réglant le cours de la nature et assurant l'existence du groupe. Cela s'est traduit dans la multiplicité des rites qui entourent la vie du souverain. Chez les Turcs, on purifie les ambassadeurs en les faisant passer à travers les flammes avant qu'ils ne soient admis en présence du sultan ; en Afrique, le roi de Loango ne peut être vu en train de boire ou de manger ni par les hommes, ni par les animaux, sous peine de mort pour eux ; les Indiens Muyscas de Colombie tournent le dos à leur chef lorsqu'ils doivent lui parler.

Ces interdictions et obligations, si diverses soient-elles, servent, pour Frazer, la même fin : « La personne divine est une source de danger autant que de bénédictions ; il ne faut pas seulement la défendre, il faut s'en défendre. Son organisme sacré, si délicat qu'un rien peut le déranger, est aussi, pour ainsi dire, chargé électriquement d'une dynamie magique ou spirituelle qui peut se décharger, avec un effet fatal dans tout ce qui entre en contact avec elle » (Tabou et les périls de l'âme). L'ambiguïté du pouvoir est donc affirmée ici, dégagée d'une analyse des rituels.

Autre corrélation : la nécessité, pour la société, de se prémunir contre la perte de force de son souverain : « Nulle précaution, nul soin n'empêcheront l'homme-dieu de vieillir, de s'affaiblir et enfin de mourir [...]. Le danger est effroyable ; car, si le cours de la nature dépend de la vie du dieu, à quelle catastrophe ne doit-on pas s'attendre par suite de l'affaiblissement graduel de ses forces, et de leur anéantissement final dans la mort ? Il n'existe qu'un seul moyen d'écarter le danger, c'est de tuer le dieu-homme dès qu'apparaissent des symptômes que ses forces commencent à décliner ; et, avant que l'affaiblissement menaçant ne l'ait sérieusement atteint, il faut transmettre son âme à un successeur vigoureux » (Le Dieu qui meurt). Nombreuses sont, en effet, les traditions mentionnant la mort rituelle des rois. Celle-ci intervient tantôt lorsqu'ils donnent des signes de vieillissement ou sont frappés de quelque infirmité, tantôt au terme d'un nombre défini d'années de règne.

Signalons une précaution de Frazer : il se soucie de bien distinguer les morts rituelles commandées par l'affaiblissement du roi des rites d'expulsion et de purification au cours desquels une population élimine un porteur d'éléments maléfiques. Il arrive, en effet, que, dans certaines sociétés, le roi mis à mort fasse aussi figure de bouc émissaire. Il y a là, écrit Frazer, « un mélange de deux coutumes qui étaient autrefois distinctes et indépendantes » (Le Bouc émissaire).

La construction élaborée par Frazer est présentée dans une œuvre d'une ampleur exceptionnelle : les douze volumes du Cycle du Rameau d'or. Elle progresse selon une double voie : un ensemble de propositions théoriques, logiquement articulées les unes avec les autres ; une accumulation de faits qui les illustrent et les fondent, souvent isolés de leur contexte culturel et cités sans que les sources aient été l'objet d'un examen critique. On a porté au crédit de Frazer la théorie du roi divin, oubliant peut-être un peu vite, on le verra, le caractère évolutionniste de sa reconstitution historique.

L'œuvre de Frazer est toutefois touffue et il appartint à C. G. Seligman – qui lui avait fourni un de ses plus beaux exemples de roi divin, celui du chef d'une population du haut Nil, les Shillouk – de donner de ce genre de souverain une définition ramassée, précise, aisée à utiliser. Dans la « Frazer Lecture » de 1933, il indique en quatre points ce qu'est le modèle frazérien : le roi divin détient un pouvoir sur la nature ; il est le centre dynamique de l'univers ; ses actes et le cours de son existence doivent être soigneusement ordonnés ; il doit être mis à mort ou invité à se suicider à l'approche de la sénescence ou après un certai [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : président de l'École pratique des hautes études, directeur d'études à la section des sciences religieuses

Classification

Autres références

«  ROI DIVIN, anthropologie  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Prêtres et rois sacrés »  : […] Si dans la possession tout individu peut éventuellement être l'instrument pratique des dieux qui s'incarnent en lui, la relation des hommes avec les puissances n'est pas toujours aussi directe ni individualisée. Certes, en Afrique, tout homme peut, à quelque moment de son existence, être prêtre en ce qu'une grande partie des rites accomplis partent du niveau familial pour s'élever progressivement […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une tradition du portrait »  : […] Dans les sociétés africaines, le roi est un être sacré. Des énergies cosmiques siègent dans sa personne, souvent d'origine divine, dans la mesure où les généalogies dynastiques remontent fréquemment à un fondateur divin. Il est le garant du bien-être du royaume et de ses sujets et de l'équilibre du monde. En conséquence, l'ensemble de ses actes, le déroulement de son existence et même ses émotions […] Lire la suite

BANTOU

  • Écrit par 
  • Luc de HEUSCH
  •  • 8 090 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire et mythe »  : […] Les ethnohistoriens ont produit, depuis le milieu des années soixante, d'importantes monographies régionales précises qui éclairent l'histoire des peuples bantous au cours des derniers siècles. Ils se sont intéressés principalement à la formation des grands royaumes qui se sont développés dans la savane qui borde la lisière méridionale de la forêt ou dans la région montagneuse des Grands Lacs. On […] Lire la suite

BÉNIN ROYAUME DU

  • Écrit par 
  • Paul MERCIER
  •  • 2 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un roi-dieu »  : […] Ce qui a d'abord impressionné, c'est le roi, « chef du monde des vivants et du monde des morts », à la fois homme et dieu, tête d'un État fortement centralisé, au moins dans sa partie la plus ancienne. Il paraissait en public, la tête, la poitrine, les bras et les chevilles couverts de lourdes filières de corail, et l'on devait le soutenir dans sa marche ; il était immobile, hiératique. Il ne sort […] Lire la suite

CHEFFERIE

  • Écrit par 
  • Henri LAVONDÈS, 
  • Jean-Claude PENRAD
  •  • 2 924 mots

Dans le chapitre « Système du « big man » et chefferie en Océanie »  : […] La réflexion sur les systèmes politiques océaniens reste dominée par un retentissant article de Marshall Sahlins (1963), qui, plusieurs fois republié et devenu un classique, oppose le système dit du big man , caractéristique de la Mélanésie, où le statut de chef s'acquiert par des efforts personnels, et la chefferie polynésienne, où la qualité de chef est déterminée à l'avance par l'hérédité et […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 253 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Persistance d'une civilisation brillante »  : […] À ce moment pourtant, le bilan de la civilisation égyptienne est extraordinaire. La structure politique avait créé une stabilité sans égale : le roi dieu, fils du Dieu créateur, a reçu l'empire universel sur la création de par son droit d'héritage. Il est maître du monde de jure et doit le devenir de facto. Mais il a le devoir, aussi, de rendre compte à son père de son gouvernement. Ce dernier vi […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 373 mots
  •  • 24 médias

Lorsque, en 384 de notre ère, l'édit de Théodose ordonna la fermeture des temples de la vallée du Nil, la religion égyptienne était vieille de plus de trois millénaires et demi. C'est donc l'une des plus longues expériences religieuses de l'humanité, pendant laquelle des hommes ont adoré les mêmes dieux, adhéré aux mêmes croyances funéraires, accompli les mêmes rites. Son ancienneté même explique […] Lire la suite

ÉGYPTE DES PHARAONS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 526 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Pharaon, homme-dieu »  : […] Roi d’Égypte, le pharaon est de nature humaine et divine. Au cours des cérémonies d’intronisation, ce « dieu parfait » reçoit une « titulature royale » composée de cinq noms : « Horus » (réincarnation du premier roi mythique unificateur de l’Égypte), « Deux déesses » (protectrices des royaumes du Nord et du Sud), « Horus d’Or » (il commémore la victoire d’Horus sur son oncle Seth l’usurpateur), «  […] Lire la suite

FRAZER JAMES GEORGE (1854-1941)

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 3 467 mots

Dans le chapitre « Le « Rameau d'or » »  : […] L'essentiel de la gloire dont a joui Frazer provient de son grand ouvrage Le Rameau d'or ( The Golden Bough ), qui révéla à un public nombreux une discipline encore jeune, l'anthropologie sociale, mais aussi et surtout l'univers étrange et fascinant des croyances, des coutumes, des rituels et des mythes des peuples primitifs. La genèse de l'œuvre s'étend sur presque toute la période productive de […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La divinisation des monarques »  : […] Il faut évoquer deux aspects de la religion hellénistique et gréco-romaine sur lesquels on a beaucoup insisté ce dernier demi-siècle, notamment quand on s'occupait des origines du christianisme : le culte des monarques divinisés et les religions à mystères. En maint ouvrage, on compare le roi ou empereur Soter et le Christ Sauveur ; on compare l'annonce de l'Évangile « Bonne Nouvelle » à cette «  […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude TARDITS, « ROI DIVIN, anthropologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roi-divin-anthropologie/