ROI DIVIN, anthropologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Afrique, terre des « rois divins »

Les exemples africains cités par Frazer ne sont pas plus nombreux que ceux qu'il tire de l'histoire de l'Antiquité ou de celle des peuples européens, mais ils retiennent l'attention pour deux raisons. Ils illustrent un moment crucial de l'évolution : dans les sociétés africaines, « où, dit Frazer, la dignité de chef et de roi atteint son plein développement, les épreuves sont relativement abondantes pour montrer le passage du magicien et plus particulièrement du faiseur de pluie au rang de chef » (Le Roi magicien, I). Ils ont, de plus, l'avantage de provenir de sociétés vivantes et les analyses qu'en présente l'auteur du Rameau d'or ne reposent pas sur de fragiles reconstitutions historiques : c'est ainsi que le roi des Shillouk, le reth, sera un cas exemplaire de roi divin.

Par la suite, ce sont les études des sociétés africaines qui raviveront l'intérêt porté aux thèses de Frazer, par ailleurs mises en question ou ignorées.

Dans la première moitié du xixe siècle, l'intérêt des africanistes pour la royauté divine est venu du rôle attribué à l'Égypte dans l'histoire du passé africain. Pour Seligman, la présence de rois divins en Afrique orientale s'explique par les migrations des populations dites hamitiques, apparentées aux occupants de l'Égypte prédynastique. Pour C. K. Meek, qui consacre une importante étude au royaume jukun situé dans la vallée de la Bénoué, au Nigeria, les similitudes entre les institutions monarchiques des jukun et celle de l'Égypte pharaonique sont la preuve de l'extension des influences égyptiennes dans l'ouest de l'Afrique.

Le roi jukun est, selon Meek, « l'image terrestre de la pluralité des dieux ; il aurait peut-être autrefois été identifié avec le Soleil et la Lune ». Détenteur de pouvoirs sur les vents, la pluie, tenu d'assurer de bonnes récoltes – la population l'appelle « notre mil » –, il était mis à mort en cas de catastrophes naturelles ; son règne ne durait que sept ans, après quoi il était étranglé. Une cérémonie, brièvement évoquée par Meek, qui n'hésite p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages





Écrit par :

  • : président de l'École pratique des hautes études, directeur d'études à la section des sciences religieuses

Classification


Autres références

«  ROI DIVIN, anthropologie  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Prêtres et rois sacrés »  : […] Si dans la possession tout individu peut éventuellement être l'instrument pratique des dieux qui s'incarnent en lui, la relation des hommes avec les puissances n'est pas toujours aussi directe ni individualisée. Certes, en Afrique, tout homme peut, à quelque moment de son existence, être prêtre en ce qu'une grande partie des rites accomplis partent du niveau familial pour s'élever progressivement […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 141 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une tradition du portrait »  : […] Dans les sociétés africaines, le roi est un être sacré. Des énergies cosmiques siègent dans sa personne, souvent d'origine divine, dans la mesure où les généalogies dynastiques remontent fréquemment à un fondateur divin. Il est le garant du bien-être du royaume et de ses sujets et de l'équilibre du monde. En conséquence, l'ensemble de ses actes, le déroulement de son existence et même ses émotions […] Lire la suite

BANTOU

  • Écrit par 
  • Luc de HEUSCH
  •  • 8 088 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire et mythe »  : […] Les ethnohistoriens ont produit, depuis le milieu des années soixante, d'importantes monographies régionales précises qui éclairent l'histoire des peuples bantous au cours des derniers siècles. Ils se sont intéressés principalement à la formation des grands royaumes qui se sont développés dans la savane qui borde la lisière méridionale de la forêt ou dans la région montagneuse des Grands Lacs. On […] Lire la suite

BÉNIN ROYAUME DU

  • Écrit par 
  • Paul MERCIER
  •  • 2 908 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un roi-dieu »  : […] Ce qui a d'abord impressionné, c'est le roi, « chef du monde des vivants et du monde des morts », à la fois homme et dieu, tête d'un État fortement centralisé, au moins dans sa partie la plus ancienne. Il paraissait en public, la tête, la poitrine, les bras et les chevilles couverts de lourdes filières de corail, et l'on devait le soutenir dans sa marche ; il était immobile, hiératique. Il ne sort […] Lire la suite

CHEFFERIE

  • Écrit par 
  • Henri LAVONDÈS, 
  • Jean-Claude PENRAD
  •  • 2 924 mots

Dans le chapitre « Système du « big man » et chefferie en Océanie »  : […] La réflexion sur les systèmes politiques océaniens reste dominée par un retentissant article de Marshall Sahlins (1963), qui, plusieurs fois republié et devenu un classique, oppose le système dit du big man , caractéristique de la Mélanésie, où le statut de chef s'acquiert par des efforts personnels, et la chefferie polynésienne, où la qualité de chef est déterminée à l'avance par l'hérédité et […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 245 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Persistance d'une civilisation brillante »  : […] À ce moment pourtant, le bilan de la civilisation égyptienne est extraordinaire. La structure politique avait créé une stabilité sans égale : le roi dieu, fils du Dieu créateur, a reçu l'empire universel sur la création de par son droit d'héritage. Il est maître du monde de jure et doit le devenir de facto. Mais il a le devoir, aussi, de rendre compte à son père de son gouvernement. Ce dernier vi […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 361 mots
  •  • 24 médias

Lorsque, en 384 de notre ère, l'édit de Théodose ordonna la fermeture des temples de la vallée du Nil, la religion égyptienne était vieille de plus de trois millénaires et demi. C'est donc l'une des plus longues expériences religieuses de l'humanité, pendant laquelle des hommes ont adoré les mêmes dieux, adhéré aux mêmes croyances funéraires, accompli les mêmes rites. Son ancienneté même explique […] Lire la suite

ÉGYPTE DES PHARAONS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 520 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Pharaon, homme-dieu »  : […] Roi d’Égypte, le pharaon est de nature humaine et divine. Au cours des cérémonies d’intronisation, ce « dieu parfait » reçoit une « titulature royale » composée de cinq noms : « Horus » (réincarnation du premier roi mythique unificateur de l’Égypte), « Deux déesses » (protectrices des royaumes du Nord et du Sud), « Horus d’Or » (il commémore la victoire d’Horus sur son oncle Seth l’usurpateur), «  […] Lire la suite

FRAZER JAMES GEORGE (1854-1941)

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 3 467 mots

Dans le chapitre « Le « Rameau d'or » »  : […] L'essentiel de la gloire dont a joui Frazer provient de son grand ouvrage Le Rameau d'or ( The Golden Bough ), qui révéla à un public nombreux une discipline encore jeune, l'anthropologie sociale, mais aussi et surtout l'univers étrange et fascinant des croyances, des coutumes, des rituels et des mythes des peuples primitifs. La genèse de l'œuvre s'étend sur presque toute la période productive de […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La divinisation des monarques »  : […] Il faut évoquer deux aspects de la religion hellénistique et gréco-romaine sur lesquels on a beaucoup insisté ce dernier demi-siècle, notamment quand on s'occupait des origines du christianisme : le culte des monarques divinisés et les religions à mystères. En maint ouvrage, on compare le roi ou empereur Soter et le Christ Sauveur ; on compare l'annonce de l'Évangile « Bonne Nouvelle » à cette «  […] Lire la suite

LOZI ou MALOZI

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 336 mots

Le peuple lozi est l'ethnie dominante de la région du Barotseland, dans l'ouest de la Zambie : avec environ 615 000 personnes, il représentait 5,5 p. 100 de la population zambienne en 2005. Les Lozi ou Malozi, nom d'origine assez récente, étaient anciennement connus sous le nom d'Aluyi ou de Barotse, nom de la tribu de leur roi. Selon la tradition orale lozi, qui recoupe la tradition orale lunda, […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Premiers panthéons

  • Écrit par 
  • Jean BOTTERO, 
  • Yvan KOENIG, 
  • Dimitri MEEKS
  • , Universalis
  •  • 6 981 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La société des dieux »  : […] Inaccessibles à l'homme, les dieux sont toutefois vulnérables et peuvent être atteints par les dommages qu'ils se causent mutuellement. Dans les conflits qui les opposent, ils peuvent être mutilés, mais cette mutilation n'est guère permanente : les mythes sont là pour expliquer la perte et la régénérescence de telle partie du corps. Lorsqu'elle est définitive, la mutilation punit une faute grave, […] Lire la suite

NGUNI ET SOTHO

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 525 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le royaume sotho-nguni des Swazi »  : […] Au xviii e siècle, le clan nguni nommé Nkosi Dlamini, dirigé par Sobhuza, entra en conflit au sujet de droits fonciers avec son puissant voisin Zwide, du clan des Ndwandwe. Plutôt que de combattre un adversaire redoutable, Sobhuza et ses parents préférèrent s'éloigner vers le nord. Ils s'établirent finalement au pied des monts Mdzimba, en pays déjà occupé par des Nguni et des Sotho. Sobhuza obti […] Lire la suite

NILOTIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 637 mots

Dans le chapitre « Les Shilluk et la royauté sacrée »  : […] Au début du xx e siècle, lorsqu'ils furent étudiés par C. G. et Brenda Z. Seligman, les Shilluk occupaient une bande sur la rive occidentale du Nil vers le 10 e parallèle nord. Pays plat et herbeux, aride pendant la saison sèche et marécageux pendant la saison humide, cette région convient à l'élevage et à l'agriculture que pratiquent les quelque 110 000 Shilluk. Selon l'opinion actuellement la […] Lire la suite

PHARAON

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 2 586 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une nature divine et humaine »  : […] Pharaon est à la fois dieu et roi humain . Ces deux aspects de sa personnalité sont inextricablement mêlés. Dieu, souvent désigné par l'expression neter nefer , le « dieu parfait », est le fils charnel d'une divinité : à haute époque, du dieu-soleil Rê, d'Héliopolis, la plus ancienne capitale d'Égypte, et, à partir de la XVIII e  dynastie, du dieu Amon de Thèbes. À l'Ancien Empire, la filiation d […] Lire la suite

RITES DE PASSAGE

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 038 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rituels collectifs »  : […] Les rituels centrés sur le destin social de l'individu peuvent, grâce au modèle de Van Gennep, être apparentés à des rituels qui relèvent d'un autre niveau de l'organisation sociale et dans lesquels prédomine la dimension collective. Ainsi, les rituels cycliques des sociétés agraires ont fréquemment la structure des rites de passage. Tel est le cas, par exemple, des rituels qui marquent le changem […] Lire la suite

RWANDA

  • Écrit par 
  • François BART, 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN, 
  • Marcel KABANDA
  •  • 11 934 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les fondements de la royauté : mythes d'origines, cultes et clans »  : […] Le Rwanda est le produit d'une construction historique progressive et mouvementée, mais aussi d'une identification culturelle autour d'un imaginaire partagé qui s'est cristallisé dans des récits mythiques fondateurs, des liens claniques et des rituels associant la santé et le pouvoir. Une tradition orale officielle avait été entretenue autour de la dynastie royale des Nyiginya, notamment la « forg […] Lire la suite

SHILLUK

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 187 mots

Installés principalement près de la ville de Malakal, au Soudan du Sud, sur les rives du Nil Blanc, les Shilluk sont estimés à 50 000 environ dans les années 1990. Leur nombre actuel est inconnu en raison de l'incertitude des données sur les provinces méridionales du Soudan (Soudan du Sud aujourd'hui), ravagées à la suite de la rébellion de 1983 contre l'autorité du gouvernement de Khartoum, qui a […] Lire la suite

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 824 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Signification du Bon »  : […] Ce que l'on sait des croyances religieuses prébouddhiques au Tibet se limite aux références contenues dans la littérature postérieure et à l'existence de croyances et de pratiques antérieures au bouddhisme, qui, au cours des siècles, n'ont cessé de faire partie de la religion tibétaine générale. La tradition bouddhique postérieure désigne toute croyance, toute pratique religieuse non bouddhique a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude TARDITS, « ROI DIVIN, anthropologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roi-divin-anthropologie/