ROI DIVIN, anthropologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'usage du modèle et ses principes

On peut se demander si le choix de Richards est fondé, ne serait-ce qu'en raison de la nature des sollicitations religieuses qui visent le bien-être de la population. L'existence, chez les souverains, d'une double source de pouvoirs, l'une constituée par la détention de forces personnelles ou de moyens magiques, l'autre par un recours aux ancêtres et aux dieux, pose un problème : quelle part chacune de ces sources a-t-elle, en effet, dans la prospérité du pays ? La magie même ne paraît-elle pas impuissante sans la pratique sacrificielle ? On se demande si, dans les cas considérés, on n'a pas forcé l'usage du modèle frazérien en ne retenant que les faits correspondant aux critères précisés par Seligman ? Ces difficultés relatives à l'usage du modèle de Frazer ne conduisent-elles pas à une mise en cause de la conception de celui-ci ?

La définition élaborée par Frazer du roi divin repose sur deux propositions : une opposition magie/religion et une conjonction homme/dieu. L'auteur du Rameau d'or s'est fondé, pour cela, sur des séquences historiques qu'il croyait pouvoir dégager des faits à sa disposition, et qui l'ont conduit à sa conception de l'homme-dieu. Le modèle est, pourrait-on dire, marqué, si ce n'est vicié, au départ par des catégories liées à un ordre historique dont l'artificialité est manifeste.

On conçoit, dès lors, qu'il soit difficile de rencontrer, dans les sociétés africaines, des figures répondant à une conjonction homme-dieu ou roi-dieu. Rien ne permet d'assimiler la reine des Lovedu à ses ancêtres morts ; comment, en effet, se confondrait-elle avec des éléments qu'elle sollicite ? La situation nyoro est plus complexe encore, puisque, entre les ancêtres et le dieu suprême se situent les Bachwezi, consultés et propitiés au nom du roi. Aucune réduction entre les hommes et les dieux ne peut être faite au sein d'un système de croyances à partir de critères extérieurs, et il appartient à chaque société de dire si elle trace ou non une limite entre les hommes vivants, les morts et la divinité.

Le statut royal, si singulier soit-il, n'abolit pas les classifications implicites ou explicites des croyances d'un peuple. L'identification d'un souverain régnant avec ses prédécesseurs, à la suite de la transmission de composantes de la personne de chacun de ceux-ci, ne supprime pas pour autant la différence entre les vivants et les morts : elle marque la continuité du pouvoir, confère au chef désigné les éléments de son charisme, hausse celui-ci au-dessus du reste de la communauté, mais il ne prendra qu'après sa mort place parmi les ancêtres qu'il sollicite. Cela se lit clairement dans le rôle religieux du souverain. On ne peut davantage prendre à la lettre le langage des cours et la rhétorique des adresses au roi – selon lesquels il est tour à tour une plante, un animal, un éternel vainqueur, un dieu – sans être familiarisé avec les procédés du discours du lieu. L'expérience montre qu'il existe une image du souverain qui est élaborée pour le public et qui a une fonction politique et une image privée qui appartient à son entourage et à ses femmes.

Le statut royal institue, au sein de la société des vivants, une différence, qui permet à l'ordre politique de fonctionner. On ne peut, sans qu'il y ait d'indication en ce sens, abolir la différence entre les rois et les dieux – ceux-ci ne seraient-ils que des ancêtres du moment que les chefs politiques ont précisément leurs recours dans ces dieux.

On peut souligner que quelques rares auteurs ont fait un usage raisonné de l'expression « roi divin » lorsque, en lui conservant le sens défini par Seligman, ils s'en sont servi pour qualifier les souverains dont ils s'occupaient. Mais en examinant attentivement les faits africains, on constate que cela ne s'est fait que dans l'ignorance de la complexité des rôles royaux. Le modèle même de Frazer repose sur une axiomatique irrecevable aujourd'hui. L'expression de roi divin n'a donc pas de propriété classificatoire.

L'usage lâche qui a été fait par ailleurs de l'expression a conduit à l'appliquer à des souverains qui ne partagent avec les rois divins que des caractères secondaires, concernant le statut, l'étiquette, l'importance des rôles rituels. Il n'y a plus dès lors, dans un tel usage, qu'une commodité, marquée d'ethnocentrisme et visant à distinguer, à propos des chefs, des sociétés où la séparation naturel/surnaturel n'est pas faite et des sociétés où elle l'est.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : président de l'École pratique des hautes études, directeur d'études à la section des sciences religieuses

Classification

Autres références

«  ROI DIVIN, anthropologie  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Prêtres et rois sacrés »  : […] Si dans la possession tout individu peut éventuellement être l'instrument pratique des dieux qui s'incarnent en lui, la relation des hommes avec les puissances n'est pas toujours aussi directe ni individualisée. Certes, en Afrique, tout homme peut, à quelque moment de son existence, être prêtre en ce qu'une grande partie des rites accomplis partent du niveau familial pour s'élever progressivement […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une tradition du portrait »  : […] Dans les sociétés africaines, le roi est un être sacré. Des énergies cosmiques siègent dans sa personne, souvent d'origine divine, dans la mesure où les généalogies dynastiques remontent fréquemment à un fondateur divin. Il est le garant du bien-être du royaume et de ses sujets et de l'équilibre du monde. En conséquence, l'ensemble de ses actes, le déroulement de son existence et même ses émotions […] Lire la suite

BANTOU

  • Écrit par 
  • Luc de HEUSCH
  •  • 8 090 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire et mythe »  : […] Les ethnohistoriens ont produit, depuis le milieu des années soixante, d'importantes monographies régionales précises qui éclairent l'histoire des peuples bantous au cours des derniers siècles. Ils se sont intéressés principalement à la formation des grands royaumes qui se sont développés dans la savane qui borde la lisière méridionale de la forêt ou dans la région montagneuse des Grands Lacs. On […] Lire la suite

BÉNIN ROYAUME DU

  • Écrit par 
  • Paul MERCIER
  •  • 2 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un roi-dieu »  : […] Ce qui a d'abord impressionné, c'est le roi, « chef du monde des vivants et du monde des morts », à la fois homme et dieu, tête d'un État fortement centralisé, au moins dans sa partie la plus ancienne. Il paraissait en public, la tête, la poitrine, les bras et les chevilles couverts de lourdes filières de corail, et l'on devait le soutenir dans sa marche ; il était immobile, hiératique. Il ne sort […] Lire la suite

CHEFFERIE

  • Écrit par 
  • Henri LAVONDÈS, 
  • Jean-Claude PENRAD
  •  • 2 924 mots

Dans le chapitre « Système du « big man » et chefferie en Océanie »  : […] La réflexion sur les systèmes politiques océaniens reste dominée par un retentissant article de Marshall Sahlins (1963), qui, plusieurs fois republié et devenu un classique, oppose le système dit du big man , caractéristique de la Mélanésie, où le statut de chef s'acquiert par des efforts personnels, et la chefferie polynésienne, où la qualité de chef est déterminée à l'avance par l'hérédité et […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 253 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Persistance d'une civilisation brillante »  : […] À ce moment pourtant, le bilan de la civilisation égyptienne est extraordinaire. La structure politique avait créé une stabilité sans égale : le roi dieu, fils du Dieu créateur, a reçu l'empire universel sur la création de par son droit d'héritage. Il est maître du monde de jure et doit le devenir de facto. Mais il a le devoir, aussi, de rendre compte à son père de son gouvernement. Ce dernier vi […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 373 mots
  •  • 24 médias

Lorsque, en 384 de notre ère, l'édit de Théodose ordonna la fermeture des temples de la vallée du Nil, la religion égyptienne était vieille de plus de trois millénaires et demi. C'est donc l'une des plus longues expériences religieuses de l'humanité, pendant laquelle des hommes ont adoré les mêmes dieux, adhéré aux mêmes croyances funéraires, accompli les mêmes rites. Son ancienneté même explique […] Lire la suite

ÉGYPTE DES PHARAONS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 526 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Pharaon, homme-dieu »  : […] Roi d’Égypte, le pharaon est de nature humaine et divine. Au cours des cérémonies d’intronisation, ce « dieu parfait » reçoit une « titulature royale » composée de cinq noms : « Horus » (réincarnation du premier roi mythique unificateur de l’Égypte), « Deux déesses » (protectrices des royaumes du Nord et du Sud), « Horus d’Or » (il commémore la victoire d’Horus sur son oncle Seth l’usurpateur), «  […] Lire la suite

FRAZER JAMES GEORGE (1854-1941)

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 3 467 mots

Dans le chapitre « Le « Rameau d'or » »  : […] L'essentiel de la gloire dont a joui Frazer provient de son grand ouvrage Le Rameau d'or ( The Golden Bough ), qui révéla à un public nombreux une discipline encore jeune, l'anthropologie sociale, mais aussi et surtout l'univers étrange et fascinant des croyances, des coutumes, des rituels et des mythes des peuples primitifs. La genèse de l'œuvre s'étend sur presque toute la période productive de […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La divinisation des monarques »  : […] Il faut évoquer deux aspects de la religion hellénistique et gréco-romaine sur lesquels on a beaucoup insisté ce dernier demi-siècle, notamment quand on s'occupait des origines du christianisme : le culte des monarques divinisés et les religions à mystères. En maint ouvrage, on compare le roi ou empereur Soter et le Christ Sauveur ; on compare l'annonce de l'Évangile « Bonne Nouvelle » à cette «  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude TARDITS, « ROI DIVIN, anthropologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roi-divin-anthropologie/