RODOLPHE II (1552-1612) empereur germanique (1576-1612)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Empereur germanique (1576-1612), né le 18 juillet 1552 à Vienne, mort le 20 janvier 1612 à Prague.

Fils aîné survivant de l'empereur Maximilien II et de Marie, fille de Charles Quint, Rodolphe est couronné roi de Hongrie en 1572 (sous le titre Rodolphe Ier), puis de Bohême en 1575 (Rodolphe II). Il succède à son père en tant qu'empereur et archiduc d'Autriche (Rodolphe V) le 12 octobre 1576.

Sujet à de violents accès de dépression, Rodolphe se retire bientôt au château du Hradčany à Prague, où il vit en solitaire, se passionnant pour les arts et les sciences. Durant les vingt premières années de son règne, les différends opposants catholiques et protestants vont paralyser les institutions politiques de l'empire. En Autriche, Rodolphe, favorable à la Contre-Réforme, abandonne la tolérance religieuse instaurée par son père et tente de limiter les privilèges politiques des notables protestants. Il sera cependant forcé de leur concéder en 1609 une lettre de majesté leur accordant certaines libertés. Il sera ainsi incapable de réprimer les dissensions religieuses qui mèneront à la guerre de Trente Ans (1618-1648).

L'instabilité mentale de l'empereur s'aggrave à partir de 1598. En 1605, les archiducs habsbourgeois, mécontents depuis longtemps de son incompétence politique, l'obligent à confier la gestion de la Hongrie à son frère Mathias. En 1606, ils reconnaissent ce dernier comme chef de l'État et en font leur candidat à la succession de Rodolphe. Deux ans plus tard, l'empereur est contraint de céder la Hongrie, l'Autriche et la Moravie à Mathias et de lui promettre la Bohême à sa mort. Les troupes impériales rebelles conduites par l'archiduc Léopold-Guillaume ravagent cependant la Bohême avec le soutien de Rodolphe en 1611. Les États de Bohême font alors appel à Mathias, dont l'armée retient pratiquement Rodolphe prisonnier à Prague jusqu'à ce que dernier lui cède la Bohême en mai. Rodolphe parvient à empêcher Mathias de se faire élire roi des Romains (successeur désigné de l'empire), mais ce dernier s'empare du trône impérial cinq mois après la mort de Rodolphe.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  RODOLPHE II (1552-1612) empereur germanique (1576-1612)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 499 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les luttes religieuses et l'évolution politique »  : […] Protestants et catholiques n'acceptent la paix d'Augsbourg que comme une trève : seul l'Empereur peut la faire respecter. Ferdinand I er (1556-1564) n'hésite pas à faire des concessions aux protestants quand les intérêts de l'Empire l'exigent. Maximilien II (1564-1576) ressemble à son père. Il est l'ami de plusieurs grands princes catholiques ou protestants et semble se rapprocher d'un christian […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-du-xvie-et-du-xviie-s/#i_9448

ARCIMBOLDO GIUSEPPE (1527 env.-1593)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 1 569 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La cour des Habsbourg »  : […] En 1562, Giuseppe Arcimboldo entre au service de l'empereur Ferdinand I er à Vienne en tant que portraitiste. Il est reconduit dans cette fonction deux ans plus tard par l'empereur Maximilien II, pour lequel il organise au début des années 1570 plusieurs festivités, en imaginant non seulement la scénographie, mais aussi les costumes et les masques. À partir de 1576, il est à Prague au service de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-arcimboldo/#i_9448

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Contre-Réforme »  : […] La politique des Habsbourg a consisté à s'assurer le loyalisme de ces ordres. Pourtant, ce modeste programme se révélera difficile à réaliser, car l'avènement des Habsbourg correspond, en Bohême et en Hongrie, à une période d'affaiblissement du pouvoir royal et d'exaltation de la puissance des États. Ce n'est pas par hasard que la diète hongroise réussit à imposer aux Jagellon, à la fin du xv e s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_9448

COLLECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Olivier BONFAIT
  •  • 11 958 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Kunst-und Wunderkammer »  : […] La tradition du trésor, réunion de naturalia et d' artificialia se retrouve dans le studiolo italien, qui apparaît autour de 1450 (palais de Belfiore, près de Ferrare, pour les Este), et que les humanistes justifient par la doctrine aristotélicienne de la munificence (par exemple le lettré Jacopo Pontano à la cour d'Alphonse d'Aragon à Naples). Le plus célèbre studiolo est celui de Frédéric I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collectionnisme/#i_9448

HRADČANY, quartier de Prague

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 695 mots

Un trait majeur de la beauté et de l'originalité du site de Prague provient de l'ensemble architectural qui domine la ville, à quelque distance du fleuve, et où se groupent palais et églises tandis que de vastes jardins le séparent des autres quartiers. Ce sont les Hradčany (all. Hradschin ), dont le nom rappelle le rôle de forteresse que jouait la colline. Au nord subsistent encore d'anciens remp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hradcany/#i_9448

LETTRE DE MAJESTÉ (1609)

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 197 mots

Document concédé aux protestants de Bohême par l'empereur Rodolphe II de Habsbourg, roi de Bohême. La lettre de Majesté proclame le principe de la liberté religieuse, rétablit comme organe directeur de la nouvelle Église de la confession tchèque le Consistoire d'en bas (dans la ville de Prague), charge l'Université de fournir maîtres et pasteurs. Les députés protestants siégeant dans les trois éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettre-de-majeste/#i_9448

LOEB RABBI, dit LE MAHARAL DE PRAGUE (1512-1609)

  • Écrit par 
  • André NEHER
  •  • 2 091 mots

Dans le chapitre « Un rabbin humaniste »  : […] Né à Posen, en Pologne, Yehouda ben Bezalel Loeb est érudit privé dans sa ville natale, avant d'occuper, de 1553 à 1573, les fonctions officielles de rabbin de la province de Moravie, à Nikolsburg. À l'âge de soixante ans, il s'installe à Prague, mais encore à titre privé, et dirige la petite synagogue-école de la « Klaus », méditant et mûrissant une œuvre littéraire dont il commencera la rédacti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loeb-le-maharal-de-prague/#i_9448

MATHIAS (1557-1619) empereur germanique (1612-1619)

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 247 mots

Troisième fils de l'empereur Maximilien II et de Marie d'Espagne, l'archiduc Mathias a tenté d'abord de trouver dans les Pays-Bas révoltés contre l'Espagne une principauté. Il échoue et retourne à Vienne en 1581. En 1593, son frère, l'empereur Rodolphe II, lui donne le gouvernement de l'Autriche et le reconnaît pour son héritier. En 1605, face à la débilité de Rodolphe, il est désigné comme chef d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mathias/#i_9448

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Une période de transition »  : […] Au tournant du siècle, un art nouveau naît en Europe : Caravage, Carrache, Elsheimer, Rubens... Dès que l'art du xvii e  siècle prend vie, il se libère complètement du passé. Ce passé peut être résumé en un seul mot : maniérisme. Certes, l'art « officiel » des peintres d'histoire, inspiré par les Italiens, mérite ce nom. Juste avant la fin du xvi e  siècle, ce courant avait eu une arrière-saison […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_9448

PRAGUE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  • , Universalis
  •  • 5 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Du flamboyant au baroque »  : […] Prague, au tournant du siècle, avait retrouvé une grande puissance économique. Vingt-cinq mille habitants peuplaient ses trois villes (la Vieille Ville, la Nouvelle Ville, le Petit Côté au pied des Hradčany, chacune pourvue de son conseil). Les corporations d'artisans, d'où se dégageait un riche patriciat, animaient une production de textiles, de céramique et de ferronnerie. S'y ajoutaient changeu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prague/#i_9448

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 244 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le xvie siècle. Continuation du dualisme entre le roi et les ordres »  : […] Louis Jagellon est tué par les Turcs en 1526 à la bataille de Mohács, lors de leur première arrivée en Hongrie. La diète de Bohême élit roi Ferdinand I er de Habsbourg (1526-1564). Pendant près de quatre siècles, la dynastie de Habsbourg va régner sur les Pays tchèques, avec seulement deux brèves interruptions en 1619-1620 et 1741-1745. L'empereur Rodolphe II, roi de Bohême entre 1575 et 1611, t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_9448

Pour citer l’article

« RODOLPHE II (1552-1612) - empereur germanique (1576-1612) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rodolphe-ii-1552-1612-empereur-germanique-1576-1612/