FRANK ROBERT (1924-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expérience passionnelle du cinéma

La publication de The Americans est contemporaine des débuts de Robert Frank comme cinéaste, qui co-réalise Pull My Daisy en 1959 avec le peintre Alfred Leslie dans son atelier de la quatrième avenue à Manhattan. Tourné en 16 mm, sur une esquisse de scénario de Jack Kerouac, avec des chansons écrites par Neal Cassidy et David Amram, le film rassemble trois autres acteurs de la Beat Generation, Allen Ginsberg, Gregory Corso et Peter Orlovsky. Pull My Daisy remporte le premier prix au festival de San Francisco. Deux ans plus tard, un livre du même titre, illustré de 49 photogrammes, inaugure le long travail de Frank entre cinéma et image fixe. La réalisation la même année de Sin of Jesus, qu'il réalise seul, cette fois, comme les quelque 25 titres de sa filmographie, met en scène la fiction onirique d'un couple ordinaire, inspirée d'un conte d'Isaac Babel, et confirme l'influence de la Nouvelle Vague du cinéma français, bien accueillie par la jeune génération des artistes new-yorkais. OK End Here, tourné en 1963, recentre le travail de Frank sur le scénario d'une tragédie bourgeoise, servi par une syntaxe cinématographique élaborée.

Le cinéma devient alors la préoccupation majeure de Robert Frank. Cofondateur du New American Cinema Group en 1960, de la Film Maker Cooperative en 1962, il visite en photographe le festival de Venise de 1961. La réalisation de Me and My Brother (1969), long-métrage de 91 minutes interprété par Julius Orlovsky, le frère du poète et ami du cinéaste, demandera trois années de travail, consacrant la distance prise par Robert Frank avec la photographie. Le film, qui comporte quelques séquences en couleurs, développe sur le mode de la fiction une réflexion intime qu'on retrouve dans les courts-métrages Kaddish (1963-1964) et l'autobiographique Conversations in Vermont (1969), réalisé avec ses enfants Pablo et Andrea. En 1969, Robert Frank divorce d'avec Mary Lockspeiser pour vivre avec la sculptrice June Leaf, d'abord dans le quartier new-yorkais de Bowery, puis dans [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  FRANK ROBERT (1924-2019)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Vers le triomphe de l'art américain : l'expressionnisme abstrait »  : […] Pour tous les artistes, ceux qui déclarent leur intérêt exclusif pour ce qui se passe aux États-Unis comme ceux qui suivent avec attention les derniers développements de l'art européen, le déclenchement de la guerre sur le Vieux Continent, et plus encore l'entrée en guerre du pays en 1941 vont fondamentalement changer la situation. Le résultat le plus immédiat en est certes la fourniture d'images […] Lire la suite

GIBSON RALPH (1939- )

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 669 mots

Photographe remarqué pour ses recherches esthétiques, voire formelles, Ralph Gibson signe une œuvre au contraire riche et diverse, construite au gré d'une carrière peu linéaire. Né à Los Angeles le 16 janvier 1939, le fils unique de Carter Gibson, réalisateur appointé à la société Warner Bros d'Hollywood, grandit dans l'univers des studios d'Hollywood jusqu'au divorce de ses parents en 1954. Une […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le documentaire »  : […] La grande période du reportage, commencée avant la guerre (généralisation de l'appareil 24 × 36 mm, fondation de Life en 1936), se poursuit au lendemain du conflit (fondation de l'agence Magnum en 1947) avant que la télévision ne vienne gêner ses débouchés (disparition de Life en 1972). Le symbole et le héros en est Eugène Smith , dont les images puissamment expressives plaident pour des causes […] Lire la suite

TEGUIA TARIQ (1966- )

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 112 mots

Né le 12 décembre 1966 à Alger, Tariq Teguia est cinéaste, photographe et vidéaste. Il étudie d’abord la philosophie et les arts plastiques, et devient photographe-pigiste pour le quotidien Alger républicain en 1991. Il séjourne alors à Paris où il assiste, entre 1993 et 1995, le photographe Krzysztof Pruszkowski. Il coréalise en 1992, avec son frère Yacine, son premier court-métrage, Kech’mouve […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22-30 avril 1990 • Liban • Libération de deux otages américains.

Le 22, le Djihad islamique pour la libération de la Palestine libère Robert Polhill, un enseignant américain enlevé à Beyrouth le 24 janvier 1987. Les autorités iraniennes évoquaient depuis le mois de mars l'éventualité d'une prochaine libération des otages occidentaux au Liban. Le 30, un [...] Lire la suite

2 décembre 1986 • États-Unis • Poursuite du scandale irano-nicaraguayen

désigné le 19) et la mise en place de commissions spéciales d'enquêtes bipartites au Sénat et à la Chambre des représentants. Il nomme Frank Carlucci pour succéder à John Poindexter et être son conseiller pour les affaires de sécurité nationale. En attendant que les commissions spéciales du Congrès [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé LE GOFF, « FRANK ROBERT - (1924-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-frank/