NOIR & BLANC. UNE ESTHÉTIQUE DE LA PHOTOGRAPHIE (ouvrage collectif)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si le terme « noir et blanc » désigne aujourd’hui un moyen d’expression à part entière, ni cette terminologie ni à proprement parler les valeurs du noir et du blanc n’existaient aux premiers temps de la photographie. Sous la direction de Sylvie Aubenas, Héloïse Conesa, Flora Triebel, Dominique Versavel, ce n’est pas le moindre mérite du livre Noir & Blanc. Une esthétique de la photographie : Collection de la Bibliothèque nationale de France (RMN-Grand Palais et BNF Éditions, Paris, 2020) que de souligner ce paradoxe et de retracer l’histoire de ce qui, à partir d’une limite technique originelle, est devenu un choix esthétique et un genre photographique autonome. Ce livre devait accompagner une exposition au Grand Palais à partir de la fin de l'année 2020.

Orchestré par la Bibliothèque nationale de France à partir de ses collections, l’ouvrage ouvre ses pages sur les teintes bistre et sépia de la célèbre Grande Vague, Cette [Sète] (1857) de Gustave Le Gray et les six épreuves d’un même portrait de Denise et Jacques, les enfants d’Émile Zola, réalisées par l’écrivain en 1898. Des bleus profonds du cyanotype aux variations bistre-chocolat, grises ou jaunes, ces images révèlent qu’en jouant sur les bains de fixage ou sur les papiers utilisés, les photographes avaient à leur disposition une large palette de tonalités. Si la photographie est alors certes monochrome, elle n’est nullement encore en noir et blanc.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Armelle CANITROT, « NOIR & BLANC. UNE ESTHÉTIQUE DE LA PHOTOGRAPHIE (ouvrage collectif) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/noir-blanc-une-esthetique-de-la-photographie-ouvrage-collectif/