RITES DE GUÉRISON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce n'est pas un hasard si le terme « salut » désigne aussi bien le salut physique, la santé, que le salut moral et religieux, la délivrance procurée par un sauveur. Bien plus, dans de nombreux cas, le sauveur divin (Asclépios, par exemple, ou même Apollon) est d'abord un sauveteur, un guérisseur, un thaumaturge. Même les sotériologies les plus tardives gardent en elles un élément médicinal, rappelant l'époque où soins de l'âme et soins du corps, péché et maladie relevaient ensemble d'une thérapeutique qui traitait l'homme comme un tout. C'est pourquoi il serait dérisoire d'aborder les rites de guérison comme des vestiges de magie ou de les référer seulement à la figure du sorcier de village, du medecineman, du soigneur à la fois ingénieux et superstitieux, dévoué à l'écoute et prompt à appliquer ses recettes miracles. Assurément, les rites de guérison dérivent en partie du savoir-faire magique (qui mêlait d'ailleurs connaissances naturelles et formules d'incantation). Mais leur signification déborde largement cet aspect ; elle se dégage du sens que les religions accordent à la souffrance, au mal physique, au mal moral et plus spécialement à l'état de malade, à l'usage des maladies, valorisées en situation d'épreuve, de purification, de conversion. En particulier, pour le christianisme, la guérison implorée réserve expressément la priorité de la cure spirituelle.

Avec les progrès de l'hygiène, de la médecine, de la chirurgie, de la protection sociale, tout un secteur de la détresse humaine s'est laïcisé : la religion n'est plus que d'intériorité. Il reste aux croyants une axiologie et une psychologie du souffrir qui ne sont pas forcément masochistes et dont il n'est pas sûr, si elles ne sont ni préventives ni curatives, qu'elles ne puissent être bénéfiques.

—  Henry DUMÉRY

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  RITES DE GUÉRISON  » est également traité dans :

BHAIṢAJYAGURU

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 318 mots

Buddha siégeant dans un univers oriental appelé Vaidūryanirbhāsa, Bhaiṣajyaguru (le Maître des remèdes), grand guérisseur, est très populaire en Chine et au Japon. Il est célèbre non seulement par ses talents de guérisseur et par l'ambition qu'il a de dépasser l'éclat du soleil, mais aussi par le vœu qu'il a fait de changer les femmes en hommes, de mettre tous les fidèles sur le chemin de la bodhi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bhaisajyaguru/#i_24844

ÉCROUELLES TOUCHER DES

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 491 mots

La tradition du toucher des malades scrofuleux remonte, selon Marc Bloch ( Les Rois thaumaturges ), à Robert le Pieux pour la France et à Henri I er pour l'Angleterre. Son adoption plus tardive dans ce dernier pays semble prouver que le roi anglais, conscient du surcroît de prestige apporté par le rite guérisseur, aurait imité son voisin, tout en prétendant s'appuyer sur l'exemple de son saint pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toucher-des-ecrouelles/#i_24844

ÉPIDAURE

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 442 mots

La ville d'Épidaure, sur la côte nord-est du Péloponnèse, doit sa célébrité au sanctuaire d'Asclépios qui se trouvait à quelques kilomètres de la cité. Selon la tradition, le dieu guérisseur vint s'installer dans ce vallon vers la fin du ~ vi e siècle en s'associant à Apollon, déjà établi dans ses fonctions avec le héros Maléatas, dont il prit le nom comme épithète. Au ~ iv e  siècle, le sanctuai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epidaure/#i_24844

HIPPOCRATE DE COS (460-env. 370 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacques JOUANNA
  •  • 6 889 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La pensée hippocratique »  : […] L'une des caractéristiques de la pensée hippocratique est le souci de l'observation. Tout ce qu'il est possible de percevoir par les sens est consigné avec minutie, car le moindre détail peut avoir la valeur d'un signe ; le pronostic, comme le diagnostic, ne peuvent résulter que d'un ensemble de signes. Certaines observations cliniques sont restées justement célèbres, comme le « faciès hippocratiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hippocrate-de-cos/#i_24844

MARABOUTISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 140 mots

Dans le chapitre « Islamisation des anciens cultes »  : […] Dans l'évolution du maraboutisme, l'influence des vieilles croyances et pratiques berbères est considérable. Fondamentalement, il faut noter la croyance aux génies : ils se tiennent près des sources, dans les arbres et les grottes, prennent la forme d'animaux, s'attachent aux pierres. Nombreux sont, au Maghreb, les tas de pierres ( kerkour ) qui inspirent encore des sentiments de vénération ou de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maraboutisme/#i_24844

MASQUES - Le masque en Amérique

  • Écrit par 
  • Christian DUVERGER
  •  • 3 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ethnologie du masque en Amérique »  : […] Si le masque-instrument de transfiguration n'a apparemment connu qu'une modeste implication rituelle ou festive dans l'univers précolombien, il est, en revanche, largement répandu actuellement dans les communautés indigènes d'Amérique. De l'Alaska à la Terre de Feu, la quasi-totalité des groupes ethniques utilisent des masques lors de fêtes coutumières et traditionnelles. La plus grande variété p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masques-le-masque-en-amerique/#i_24844

PÉAN

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 254 mots

Chant choral grec, généralement accompagné de lyre ou de flûte, caractérisé par le retour du cri Iô paian en refrain. Il est dédié par excellence à Apollon, le dieu guérisseur, dont péan est aussi l'épithète (cf. Péan, le nom du médecin d'entre les dieux, dans l' Iliade ). Un péan demande la délivrance d'un mal : ainsi les Achéens apaisaient, tout le jour « chantant le beau péan », le dieu qui le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pean/#i_24844

PÈLERINAGES & LIEUX SACRÉS

  • Écrit par 
  • Alphonse DUPRONT
  •  • 22 742 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les rites de participation »  : […] Le baisement d'entrée introduit tout naturellement aux rites de participation. Quatre catégories d'actes expriment le plus fréquemment cette réalité subtile. L'un, quasi instinctif, est l'attouchement de l'objet sacral. Aussi n'y a-t-il presque pas de pèlerinage sans attouchement physique. Toucher de la main ou avec un chapelet ou baiser le rocher de l'apparition, poser ses lèvres sur le reliquair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelerinages-et-lieux-sacres/#i_24844

POSSESSION

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU, 
  • André PAUL, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 514 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cultes institutionnalisés »  : […] La possession est souvent intégrée dans un cadre institutionnel fixe, et les individus « affligés », considérés comme possédés, sont initiés à des cultes de possession qui fonctionnent à la manière de processus curatifs. Alfred Métraux en a étudié un exemple fameux, le vaudou haïtien, qui procède des cultes vodun fon du Bénin. Ceux-ci, toutefois, diffèrent de leur avatar haïtien ou brésilien (l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/possession/#i_24844

PSYCHIATRIE COMPARÉE

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 5 771 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Médecine et traditions »  : […] Il y a quelques années, en Afrique, il n'y avait pas une seule consultation à l'hôpital qui ne s'accompagnât parallèlement de consultations auprès de guérisseurs-devins. Pourquoi ? Parce que le problème de la « maladie » est aussi celui de l'anxiété humaine et que la réponse à l'anxiété n'est pas seulement médicale mais aussi traditionnellement religieuse. Il faut entendre ici par « religion » que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie-comparee/#i_24844

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre en Afrique noire

  • Écrit par 
  • Pierre ICHAC
  •  • 4 150 mots

Dans le chapitre « Le théâtre des ethnologues »  : […] Ces éléments de la définition d'Aristote, on les retrouverait, plus ou moins complets, plus ou moins lisibles, dans le spectacle de nombreuses cérémonies africaines. Les fêtes de funérailles sont souvent conçues autour d'un scénario où revivent les principaux épisodes de la biographie du défunt : la chasse ou la guerre pour l'homme, le travail des champs ou les tâches ménagères pour la femme ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-le-theatre-en-afrique-noire/#i_24844

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « RITES DE GUÉRISON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rites-de-guerison/