ASCLÈPIOS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mentionné deux fois dans L'Iliade (II, 731 et IV, 194 sqq.) comme le père des deux plus habiles médecins du camp grec, Machaon et Podalirios, Asclèpios n'est pas un héros parmi d'autres et, s'il n'a plus aujourd'hui de sanctuaire comme il en eut jadis à Épidaure puis à Athènes, il n'est pas dit qu'il ne continue pas à inspirer aux mortels une secrète ferveur. La version la plus répandue de sa légende fait de lui le fils d'Apollon et de Coronis, fille du roi des Lapithes, Phlégyas. Celle-ci, dont le nom est sans doute une altération du mot grec qui désigne la corneille, aurait cédé aux avances d'un mortel, nommé Ischys, alors qu'elle était enceinte des œuvres du dieu. Bien mal lui en prit, car ce dernier, immédiatement averti par la corneille qu'il avait laissée auprès d'elle, la tua. Selon une autre version, Apollon aurait été prévenu par son don de divination et se serait vengé non seulement de Coronis, mais aussi de la corneille — qui avait trop attendu — en faisant d'elle, de blanche qu'elle était, l'oiseau noir qu'elle est restée depuis. Quoi qu'il en soit, le dieu ne laissa pas périr son fils et l'arracha aux entrailles de sa mère avant que celle-ci ne fût consumée sur le bûcher funéraire.

S'il existe d'autres traditions relatives à la naissance d'Asclèpios, il est néanmoins beaucoup plus plaisant de penser que le héros de la médecine est venu au monde grâce à une césarienne, avant terme. Comme beaucoup d'enfants ainsi très tôt soustraits à la douce chaleur maternelle, Asclèpios fut confié aux soins attentifs du centaure Chiron, le plus grand pédagogue du monde hellénique, qui l'initia dans l'art où il devait s'immortaliser. Bien entendu, il lui fallut mourir avant de connaître cette apothéose, mourir en raison même du pouvoir qu'il avait reçu d'Athèna de ressusciter les morts avec le sang des veines du côté droit de la Gorgone et, peut-être aussi, de donner la mort avec le sang du côté gauche. Qu'Asclèpios ait largement fait usage du remède – en faveur notamment de Glaucos, le fils de Minos, et d'Hippolyte, le fils de Thésée – et n'ait pas du tout usé du poison ne change rien au fait que, du point de vue de Zeus, un point de vue qui, on le remarquera, est loin d'être insensé, il menaçait l'ordre de l'Univers. La foudre vint donc mettre fin à la carrière terrestre du héros, qui alla rejoindre les cieux où il réapparaît désormais chaque nuit sous la forme du Serpentaire, constellation aussi appelée Ophiuchus (« Qui tient le serpent »), ou encore Esculape, nom latin d'Asclèpios. L'attribut le plus connu de l'ancêtre des médecins est en effet constitué par des serpents enroulés autour d'un bâton : un caducée en quelque sorte, mais qui n'a évidemment aucun rapport avec celui du dieu Hermès. Enfin, l'étymologie supposée de son nom ne manque pas d'intérêt : Asclèpios serait un composé de Aiglè (surnom de Coronis, qui, comme nom commun, désigne la blancheur éclatante du soleil — on le rapproche aussi d'aiguis, c'est-à-dire l'égide au centre de laquelle se trouve la terrible tête de la Gorgone) et de èpios (« doux, favorable »).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : enseignant en littérature générale et comparée à l'université de Paris-VIII, poète et traducteur

Classification

Autres références

«  ASCLÈPIOS  » est également traité dans :

ÉPIDAURE

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 442 mots

La ville d'Épidaure, sur la côte nord-est du Péloponnèse, doit sa célébrité au sanctuaire d'Asclépios qui se trouvait à quelques kilomètres de la cité. Selon la tradition, le dieu guérisseur vint s'installer dans ce vallon vers la fin du ~ vi e siècle en s'associant à Apollon, déjà établi dans ses fonctions avec le héros Maléatas, dont il prit le nom comme épithète. Au ~ iv e  siècle, le sanctuai […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Vers une religion nouvelle »  : […] À partir de 430 environ, l'inquiétude étreint les consciences. D'une part, la réflexion des sophistes ruine la croyance traditionnelle aux dieux en menant à leurs limites le rationalisme et l'esprit de libre examen. Remettant en question tout ce qui n'était fondé que sur l'autorité du passé, ils exercent une influence profonde, bien visible si l'on compare Euripide à Sophocle et Thucydide à Hérod […] Lire la suite

ORACLE

  • Écrit par 
  • Marie DELCOURT
  •  • 1 954 mots

Dans le chapitre « Lieux oraculaires »  : […] Lorsqu'une seule méthode a cours dans les lieux oraculaires, c'est l'incubation ; elle semble avoir partout ailleurs coexisté avec les autres. Le consultant va dormir dans un lieu saint (souvent consacré à un héros chthonien, Trophonios à Lébadée, Amphiaraos à Thèbes) et y reçoit un rêve qui comporte un conseil. Introduit à Épidaure, puis à Athènes au v e  siècle avant notre ère, à Rome au ii e  s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert DAVREU, « ASCLÈPIOS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/asclepios/