ÉPIDAURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La ville d'Épidaure, sur la côte nord-est du Péloponnèse, doit sa célébrité au sanctuaire d'Asclépios qui se trouvait à quelques kilomètres de la cité. Selon la tradition, le dieu guérisseur vint s'installer dans ce vallon vers la fin du ~ vie siècle en s'associant à Apollon, déjà établi dans ses fonctions avec le héros Maléatas, dont il prit le nom comme épithète. Au ~ ive siècle, le sanctuaire connut un extraordinaire succès et dut fonder de nombreuses succursales, en particulier en Crète et à Pergame. Quelques édifices ont fait la gloire du sanctuaire et permettent de connaître les rites pratiqués pour obtenir les guérisons miraculeuses. Une série de textes épigraphiques, ex-voto gravés en témoignage de reconnaissance, évoquent les pratiques du dieu qui apparaît à ses fidèles au cours de leur sommeil, pendant la nuit qu'ils passent dans le dortoir des malades, vaste portique d'incubation ; toutes les maladies reçoivent leur traitement, parfois par intervention vigoureuse du dieu ou de ses aides : tumeurs enlevées, accouchements difficiles, cécité guérie par attouchement du dieu ou de son serpent familier, plaies guéries par application d'onguents ou par intervention des chiens sacrés qui lèchent le mal, etc. Le temple d'Asclépios fut construit entre ~ 380 et ~ 375 par Théodotos. Le théâtre, l'un des mieux conservés de Grèce, le plus harmonieux à coup sûr, fut construit par Polyclète le Jeune, architecte-sculpteur de la grande famille des Polyclète d'Argos qui donneront à la Grèce, pendant deux siècles, des sculpteurs et des architectes. L'un des édifices les plus fameux du sanctuaire est la thymélè ou tholos, construite aussi par Polyclète le Jeune. L'édifice, de plan circulaire, dont la construction s'échelonne de ~ 360 à ~ 330 avant J.-C., est entouré d'une colonnade dorique. De proportions grandioses (diamètre extérieur : 21,68 m), il est richement décoré de motifs sculptés, véritable répertoire des thèmes végétaux et floraux utilisés dans le décor architectural ; la colonnade intérieure était corinthienne (quatorze colonnes), et elle marque le début du grand succès de cet ordre dans l'architecture hellénistique et romaine. Le plafond de bois portait deux tableaux de Pausias, peintre de l'école de Sicyone, encore visibles au iie siècle (Pausanias, II, 27, 3). À cette date, le sanctuaire était devenu un lieu de cure et de détente célèbre, fréquenté par les intellectuels fatigués.

—  Roland MARTIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉPIDAURE  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Vers une religion nouvelle »  : […] À partir de 430 environ, l'inquiétude étreint les consciences. D'une part, la réflexion des sophistes ruine la croyance traditionnelle aux dieux en menant à leurs limites le rationalisme et l'esprit de libre examen. Remettant en question tout ce qui n'était fondé que sur l'autorité du passé, ils exercent une influence profonde, bien visible si l'on compare Euripide à Sophocle et Thucydide à Hérod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-religion-grecque/#i_35226

KAVVADHIÁS PANAGHIÓTIS (1849-1928)

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 262 mots

Archéologue grec, originaire de l'île de Céphalonie. Après avoir séjourné en Allemagne, où il fit ses études, Kavvadhiás fut nommé directeur général des Antiquités et des musées de Grèce, obtint le titre de professeur et occupa une chaire à l'université d'Athènes. À la tête de la Société archéologique grecque, il dirigea les fouilles de nombreux sites, en particulier Épidaure, où il identifia dès […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/panaghiotis-kavvadhias/#i_35226

TIMOTHÉOS (1re moitié IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 340 mots

Sculpteur grec, actif durant la première moitié du iv e  siècle avant J.-C., Timothéos prolonge et diffuse le maniérisme attique, issu de la virtuosité acquise au Parthénon dans le travail du marbre. Sa participation prépondérante au décor sculpté du temple d'Asclépios à Épidaure (~ 375-~ 370) est attestée par l'inscription consignant la comptabil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/timotheos/#i_35226

Pour citer l’article

Roland MARTIN, « ÉPIDAURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/epidaure/