ÉCROUELLES TOUCHER DES

La tradition du toucher des malades scrofuleux remonte, selon Marc Bloch (Les Rois thaumaturges), à Robert le Pieux pour la France et à Henri Ier pour l'Angleterre. Son adoption plus tardive dans ce dernier pays semble prouver que le roi anglais, conscient du surcroît de prestige apporté par le rite guérisseur, aurait imité son voisin, tout en prétendant s'appuyer sur l'exemple de son saint prédécesseur, Édouard le Confesseur. Quoi qu'il en soit, les rois de France et d'Angleterre furent à peu près les seuls souverains européens à pratiquer le toucher du « mal royal », et cela malgré l'essai infructueux d'autres monarchies pour s'imposer comme thaumaturges. Le cérémonial français se déroulait à des intervalles plus ou moins réguliers ; à partir du xvie siècle, il avait lieu généralement aux grandes fêtes religieuses et attirait parfois jusqu'à deux mille malades, dont certains venaient d'au-delà des frontières. Après avoir communié sous les deux espèces, le roi touchait chaque malade à l'endroit des plaies en traçant un signe de croix et prononçait la formule rituelle : « Le roi te touche, Dieu te guérit » ; puis avait lieu une distribution d'aumônes.

La croyance en un pouvoir guérisseur des rois est liée à la représentation que les peuples se faisaient de la royauté. Elle prend sa source dans la vieille mentalité germanique, attribuant à certaines familles, nées pour régner, une vertu sacrée, un pouvoir quasi divin ; à cette croyance qui avait poussé la dynastie normande à se rattacher aux rois saxons et les Capétiens à se réclamer d'une filiation carolingienne était venu s'ajouter le cérémonial du sacre, véritable sacrement pour les théoriciens du pouvoir royal, qui faisait du nouveau souverain l'égal des évêques.

La légende de l'origine miraculeuse du saint chrême, celle non moins merveilleuse de l'apparition des fleurs de lys et tant d'autres, fruits de l'imagination populaire ou de celle des propagandistes de la monarchie, renforcèrent la croyance dans le caractère surnaturel des rois. La réaction grégorienne du xi

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉCROUELLES TOUCHER DES  » est également traité dans :

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roi, représentant de Dieu »  : […] subsiste, mais ses rites s'enrichissent. Le roi sacré est dans un état voisin du sacerdoce, il jouit de grâces d'état qui lui permettent d'obtenir la guérison miraculeuse des écrouelles (humeurs froides). Ce caractère religieux de la monarchie française subsistera jusqu'à Charles X, sacré en 1825, qui procède au dernier toucher des écrouelles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-l-etat-monarchique/#i_10277

PHILIPPE IV LE BEL (1268-1314) roi de France (1285-1314)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 5 052 mots

Dans le chapitre « « D'une race royale et très sainte » »  : […] et en exerça les pouvoirs thaumaturgiques reconnus au roi de France : guérison des écrouelles, ou scrofules, « mal royal » qui désignait l'adénite tuberculeuse. Les comptes de l'hôtel royal en 1307-1308 mentionnent les malades venus se faire « toucher » par le roi des régions les plus éloignées du royaume et de l'étranger. Le cardinal Jean le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-iv-le-bel/#i_10277

TUBERCULOSE

  • Écrit par 
  • Jean BRETEY, 
  • Charles COURY
  •  • 10 011 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des « écrouelles » et « scrofules » aux tuberculoses extrapulmonaires »  : […] les ganglions cervicaux et répondaient à la maladie que l'on appelait « écrouelles » ou « scrofules ». Elles étaient très répandues au Moyen Âge, si l'on en juge par l'affluence des malades au « toucher du roi ». Au même titre que la phtisie, elles n'ont jamais cessé de stimuler l'imagination des médecins, comme le prouve la multiplicité des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tuberculose/#i_10277

Pour citer l’article

Solange MARIN, « ÉCROUELLES TOUCHER DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/toucher-des-ecrouelles/