ROGERS RICHARD (1933- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Centre Georges-Pompidou

Centre Georges-Pompidou
Crédits : C. Sappa/ De Agostini

photographie

Siège du Lloyd's, Londres

Siège du Lloyd's, Londres
Crédits : Roger Last/ Bridgeman Images

photographie

Immeuble du Lloyd's

Immeuble du Lloyd's
Crédits : Janet Gill, Getty Images

photographie


Une architecture ouverte

Richard Rogers, auquel on doit quelques usines isolées de tout contexte, et deux créations urbaines assez violentes : Beaubourg et le Lloyd's, n'a jamais cessé de se réclamer de la continuité urbaine. Il prétend retrouver celle-ci par d'autres voies que celles de la tradition, et notamment par l'analyse exigeante des circulations et des rencontres au niveau de la rue, du trottoir plus précisément, par la pénétrabilité mutuelle des lieux publics et privés, par la mise en avant des structures et des réseaux, services dynamiques et modifiables dans le temps qui portent en eux, selon lui, une complexité capable d'enrichir le paysage de la ville, plus que les impassibles façades closes de la modernité classique et qui ménagent des silhouettes, des vues obliques, des échappées et surtout ce mouvement qui est, pour l'architecte, le « principal générateur de la forme ».

Et c'est ainsi que d'importants projets d'urbanisme étudiés pour Londres depuis le début des années 1980, peu connus du public, poursuivent cette recherche d'une architecture urbaine d'écriture moderniste, parfois teintée de science-fiction comme cet étrange Silver Mile qui devait lancer un pont sur la Tamise à partir d'une tour hérissée de mâts et de piliers, tendue de câbles et de haubans, amarrée à toutes sortes de pontons et de plates-formes, proposition qu'il offre à la ville à l'occasion d'une grande exposition de la Royal Academy, en 1986 : London as it could be.

Plus concret, et d'échelle plus réduite, le projet qu'il rend lors de la compétition pour l'extension de la National Gallery en 1982, dit Hampton Site, participe des mêmes préoccupations : flux piétons, fusion des lieux publics et privés, architecture d'emboîtements, de capsules, de creux marqués, de tours d'observation et de plates-formes, une incohérence très maîtrisée et volontaire, carrossée d'acier, au profil déchiqueté pour qu'il prenne sa place dans la silhouette mouvementée de Trafalgar.

Attaché à un petit nombre de principes idéologiques dont il ne se départit pa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROGERS RICHARD (1933- )  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 640 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le néo-productivisme »  : […] Le néo-productivisme, qu'il ne faut confondre ni avec le fonctionnalisme « blanc » du style international, ni avec le productivisme du mouvement constructiviste russe, est né, après la Seconde Guerre mondiale, essentiellement de l'œuvre de trois hommes : Ludwig Mies van der Rohe avec son culte ascétique du beinahe nichts , c'est-à-dire du « presque rien », R. Buckminster Ful […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-une-architecture-plurielle/#i_99032

CENTRE NATIONAL D'ART & DE CULTURE GEORGES-POMPIDOU

  • Écrit par 
  • Bernadette DUFRÊNE
  •  • 2 376 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Une grande idée logée » (Francis Ponge) : la pluridisciplinarité »  : […] Aux origines du Centre, un concours de circonstances a permis la réalisation d'une idée qui allait imposer une conception de la culture rompant avec les cloisonnements académiques hérités du xix e  siècle. La pluridisciplinarité du Centre telle que nous la connaissons, regroupant arts visuels, livre, spectacle vivant, s'est en effet construite pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/centre-national-d-art-et-de-culture-georges-pompidou/#i_99032

FOSTER NORMAN (1935- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 2 107 mots
  •  • 1 média

Souvent appelé high tech (de high technology ), un courant très particulier de l'architecture contemporaine s'est développé, principalement en Grande-Bretagne, dans les années 1970. Il se distingue par la légèreté inaccoutumée de ses structures, l'élégance, le raff […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norman-foster/#i_99032

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 092 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'architecture urbaine »  : […] L'élection de Valéry Giscard d'Estaing à la présidence de la République, en 1974, marque la fin de la construction des tours dans Paris – entamés en 1970, les Orgues de Flandre ( xix e ) de Martin van Treeck sont néanmoins achevés en 1978. L'inauguration, en 1977, du Centre national Georges-Pompidou ( iv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paris/#i_99032

PIANO RENZO (1937- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN, 
  • Universalis
  •  • 1 571 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La réhabilitation »  : […] Pour la réalisation de plusieurs usines, de son bureau et de pavillons à la Triennale de Milan et à l'exposition d'Ōsaka (1969), il met au point des solutions techniques légères, d'une grande élégance. Il bâtit à Gênes un quartier de logements formé d'éléments cellulaires en béton armé. Puis à Novedrate, en Lombardie, les bureaux des fabricants de meubles B & B (1973) : portiques tridimensionnels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renzo-piano/#i_99032

Voir aussi

Pour citer l’article

François CHASLIN, « ROGERS RICHARD (1933- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-rogers/