Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RÉVOLUTION INDUSTRIELLE

L'opposition entre « pays industrialisés » et « Tiers Monde », caractéristique majeure du monde contemporain, est une conséquence de la révolution industrielle dont la première phase se déroule en Angleterre dans le dernier tiers du xviiie siècle.

Vers 1760, l'Angleterre est encore une société pré-industrielle. Elle doit à sa position dominante dans le grand commerce maritime et colonial les signes les plus visibles de sa prospérité. Mais la base de l'économie reste agricole et rurale. Il existe déjà des activités manufacturières développées, travaillant parfois pour des marchés étendus (proto-industrialisation), mais essentiellement sous des formes très dispersées et imbriquées au secteur agricole ; les grandes unités de production – manufactures – demeurent peu nombreuses, et le rôle des machines est marginal.

Vers 1840, le machinisme est déjà en voie de triompher dans les secteurs clés de la révolution industrielle anglaise. La transformation des structures économiques et sociales reste incomplète, mais l'essor des grands foyers d'industrie moderne, avec leurs concentrations ouvrières, annonce clairement le bouleversement des hiérarchies régionales et sectorielles. Les contemporains ont eu conscience de vivre une ère de mutations d'une violence sans précédent, comme l'exprime bien le terme de révolution industrielle (Friedrich Engels l'emploie dès 1845), transposé du vocabulaire politique. Et c'est aussi la révolution industrielle qui, en deux ou trois générations, a fait de la Grande-Bretagne – après sa victoire sur la France en 1815 – la superpuissance incontestée du xixe siècle.

Si le point de départ peut être daté des années 1760-1770 avec une précision insolite en histoire économique, la fixation d'un point terminal ne pourrait être que conventionnelle : car la révolution industrielle doit être conçue comme un processus ouvert. Elle déclenche une réaction en chaîne à travers laquelle les innovations de toute nature s'entraînent réciproquement et se diffusent à tous les secteurs. On distingue parfois une première révolution industrielle (axée sur les machines textiles, la métallurgie au coke et la machine à vapeur), une deuxième (celle de l'électricité et du moteur à explosion), puis une troisième (celle du nucléaire, de l'informatique et des biotechnologies), mais ce décompte ne va pas sans arbitraire et risque même de masquer la continuité des progrès. Il s'agit d'un processus ouvert également du point de vue spatial, puisque la percée réalisée en Angleterre a eu presque aussitôt un impact mondial. L'industrialisation progresse rapidement, au xixe siècle, au sein du monde occidental (Europe et Amérique du Nord), et plus difficilement, au xxe siècle, de la Russie et du Japon aux « nouveaux pays industriels ». Mais, au seuil du IIIe millénaire, le succès est encore loin d'être acquis partout dans le monde.

La percée initiale : la révolution industrielle anglaise (années 1770-1830)

« C'est en Angleterre, dans le dernier tiers du xviiie siècle, qu'est née la grande industrie. Dès le début, écrivait en 1906 Paul Mantoux, son essor fut si prompt et eut de telles conséquences qu'on a pu le comparer à une révolution. » Une conjonction d'avancées techniques réalisées dans deux branches pilotes, avec la mécanisation de la filature du coton et la maîtrise de la technologie de la houille acquise par la métallurgie anglaise au terme de longs tâtonnements, donne le signal des transformations décisives.

L'industrie cotonnière, premier foyer de la révolution industrielle anglaise

Le travail des textiles, omniprésent dans les campagnes en symbiose avec l'activité agricole, venait largement en tête des activités manufacturières dans l'Europe pré-industrielle. La Grande-Bretagne bénéficiait,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : correspondant de l'Institut, professeur émérite à l'université de Bordeaux-IV-Montesquieu

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Travail des enfants - crédits : Lewis Wickes Hine/ Library of Congress/ Corbis/ VCG/ Getty Images

Travail des enfants

Autres références

  • LES DEUX RÉVOLUTIONS INDUSTRIELLES DU XXe SIÈCLE (F. Caron)

    • Écrit par Pierre MOUGENOT
    • 1 075 mots

    Au seuil de cet ouvrage (Albin Michel, Paris, 1997), qui nous mène de la machine à vapeur à l'âge du vidéodisque numérique enregistrable (DVD), François Caron commence par dégager les concepts qui doivent rester présents à l'esprit durant tout ce parcours, tels que la cohérence et l'instabilité...

  • L'ÉCHELLE DU MONDE. ESSAI SUR L'INDUSTRIALISATION DE L'OCCIDENT (P. Verley)

    • Écrit par André THÉPOT
    • 1 149 mots

    À l'heure où le phénomène de la mondialisation fait prendre conscience à la fois de l'extrême complexité et de la globalisation du marché, le livre de Patrick Verley, L'Échelle du monde (Gallimard, Paris, 1998), venait nous rappeler que l'industrialisation de la fin du ...

  • INDUSTRIE - Industrialisation et formes de société

    • Écrit par Samir AMIN
    • 8 891 mots
    • 4 médias

    La prépondérance de l'industrie sur les formes traditionnelles de l'activité économique (agriculture et artisanat) apparaît avec la révolution industrielle, au cours de la seconde moitié du xviiie siècle en Angleterre et de la première moitié du xixe siècle en Europe continentale...

  • RÉVOLUTION AGRICOLE ET INDUSTRIELLE - (repères chronologiques)

    • Écrit par Francis DEMIER
    • 162 mots

    1709 Abraham Darby découvre la fabrication de la fonte au coke.

    1727 Multiplication des actes d'enclosures.

    1733 Navette volante de John Kay pour le métier à tisser.

    1765 Mise au point de la spinning jenny (métier à filer le coton) par Hargreaves.

    1768 Arkwright met au point le waterframe...

  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par Abel POITRINEAU, Gabriel WACKERMANN
    • 8 076 mots
    Si la révolution agricole marque lapériode industrielle et inversement, ses répercussions furent multiples : elles ont introduit la spécialisation en fonction des avantages offerts par les marchés nationaux, continentaux et transcontinentaux, eux-mêmes activés par la progression du libre-échange et,...
  • AGRICULTURE - Agriculture et industrialisation

    • Écrit par François PAPY
    • 7 421 mots
    • 3 médias

    L' agriculture a longtemps été la principale activité humaine à utiliser les ressources naturelles pour satisfaire des besoins humains, en particulier l'alimentation. Le présent article porte sur l'évolution des formes d'utilisation de ces ressources par l'activité agricole à partir du moment où apparaît...

  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

    • Écrit par Michel EUDE, Alfred GROSSER
    • 26 883 mots
    • 39 médias
    Dans le domaine social et économique, on ne saurait exagérer l'importance des années 1850-1870 : elles marquent pour l'Allemagne, comme pour l'Europe occidentale et centrale, l'avènement de l'ère industrielle et, à ce titre, le début d'une transformation profonde de la société.
  • ALPES

    • Écrit par Jean AUBOUIN, Bernard DEBARBIEUX, Paul OZENDA, Thomas SCHEURER
    • 13 214 mots
    • 11 médias
    La révolution industrielle change la donne et introduit de profonds contrastes intra-alpins. Les principaux couloirs dotés de routes romaines, médiévales ou impériales voient se déployer des voies ferrées qui permettent une augmentation significative du trafic de transit de marchandises. Ici et là s’installent...
  • Afficher les 87 références

Voir aussi