RÉSERPINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Drogue antihypertensive et tranquillisante extraite des racines de certaines espèces de Rauwolfia, plantes tropicales et semi-tropicales. La racine de Rauwolfia serpentina réduite en poudre a été utilisée en Inde pendant des siècles pour son effet tranquillisant chez les malades mentaux. La réserpine, isolée en 1952, est le principal alcaloïde du Rauwolfia. L'utilisation de la racine pulvérisée en médecine occidentale commença en 1954 et, peu après, la réserpine devint disponible pour les usages médicaux. Cette drogue a une action sédative profonde et prolongée. D'abord utilisée comme dépresseur du système nerveux central dans le traitement des psychoses, elle a été ensuite remplacée en psychothérapie par les phénothiazines (telles que la chlorpromazine). La réserpine possède une action biochimique fondamentale ; elle provoque une diminution très importante de la concentration en sérotonine et en catécholamines du cerveau. On n'a pas encore prouvé que cette déplétion soit en rapport avec l'activité psychopharmacologique, ni que l'efficacité en psychiatrie de la réserpine soit réelle.

En dehors de ses indications dans les maladies mentales en raison de ses propriétés neuroleptiques, la réserpine est surtout utilisée, à faibles doses, dans le traitement de l'hypertension artérielle.

Les effets secondaires de la réserpine sont assez fréquents : vertiges, hypotension orthostatique, anorexie, nausées, vomissements, diarrhée.

Bien que la réserpine ait été synthétisée, la drogue utilisée dans des buts médicaux est encore d'origine végétale. De nombreuses préparations brutes, pures ou partiellement purifiées, sont utilisées. La formule chimique brute de la réserpine est : C33H40N2O9.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  RÉSERPINE  » est également traité dans :

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Biosynthèse »  : […] La voie de synthèse des catécholamines à partir de la tyrosine, et accessoirement de la phénylalanine, est simple . Elle implique quatre étapes : hydroxylation du noyau phénolique ; décarboxylation de la chaîne latérale ; hydroxylation de la chaîne latérale ; N-méthylation. Les différentes enzymes impliquées ont été caractérisées et isolées. Toutes sont solubles et présentes dans le cytosol des c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrenaline/#i_7446

ALCALOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques E. POISSON
  •  • 5 684 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Intérêt thérapeutique »  : […] Les alcaloïdes jouent toujours un rôle important, comme principes actifs des médicaments, malgré l'essor des produits de synthèse. Ils sont utilisés soit tels quels, soit sous forme de dérivés plus actifs, mieux tolérés par l'organisme, ou manifestant des effets différents. Ils ont souvent servi de modèle pour imaginer de nouvelles molécules de synthèse. La morphine reste le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcaloides/#i_7446

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 735 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Excitabilité corticale, sous-corticale et noyaux gris centraux »  : […] Les substances pharmacologiques, phénobarbital, phénytoïne par exemple, diminuent l'excitabilité du cortex, ce qui justifie leur emploi dans le traitement de l'épilepsie. Au niveau des noyaux gris centraux (thalamus, corps strié), certaines substances permettent d'améliorer les troubles de la maladie de Parkinson, causés par des lésions du locus niger (fig. 5) . La constatation que les substanc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurobiologie/#i_7446

NEUROVÉGÉTATIF SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Paul DELL
  •  • 15 353 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les transmissions adrénergiques »  : […] Nos connaissances actuelles, schématisées dans la figure , sont le résultat d'études convergentes utilisant des techniques aussi variées que la microscopie électronique, l'histochimie, les dosages biochimiques et l'utilisation de traceurs radioactifs, la neurophysiologie et surtout la neuropharmacologie. On suivra, étape par étape, la synthèse, le stockage, la libération et la destruction de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-neurovegetatif/#i_7446

PHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES, 
  • Jérôme BARRE, 
  • Pierre BECHTEL, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Georges HOUIN, 
  • Henri SCHMITT, 
  • Jean-Paul TILLEMENT
  •  • 20 274 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « De l'âge magique aux découvertes des « chimiatres » »  : […] Les origines sont lointaines et datent vraisemblablement des âges préhistoriques. Nos ancêtres arboricoles avaient probablement remarqué les effets sur l'organisme des narcotiques, tel l'opium, ainsi que les propriétés cathartiques de certaines plantes. L'utilisation par les peuplades primitives de stimulants, d'hypnotiques et de poisons pour la chasse ou la pêche appuie cette hypothèse. Les effe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacologie/#i_7446

PSYCHOPHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DENIKER
  •  • 4 806 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Médicaments neuroleptiques »  : […] Les neuroleptiques sont caractérisés par leurs puissantes actions sédatives et réductrices des mécanismes psychotiques (excitation, agitation, délires et hallucinations) et par leur aptitude à produire des symptômes neurologiques (parkinsonisme artificiel), à laquelle ils doivent leur dénomination. Ce type d'activité psychopharmacologique original se retrouve dans plusieurs familles de structures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopharmacologie/#i_7446

Pour citer l’article

« RÉSERPINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserpine/