Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

Nom officiel

République tchèque (CZ)

    Chef de l'État

    Petr Pavel (depuis le 9 mars 2023)

      Chef du gouvernement

      Petr Fiala (depuis le 17 décembre 2021)

        Capitale

        Prague

          Langue officielle

          Tchèque

            Unité monétaire

            Couronne tchèque (CZK)

              Population (estim.) 10 527 000 (2023)
                Superficie 78 871 km²

                  La République tchèque indépendante

                  La partition tchéco-slovaque, entérinée sans consultation de la population, fut l'œuvre de deux hommes à la tête de partis sortis vainqueurs des élections législatives des 8 et 9 juin 1992, le Tchèque Václav Klaus, du Parti démocratique civique (ODS), et le Slovaque Vladimir Mečiar, du Mouvement pour une Slovaquie démocratique (HZDS). Ils négocièrent une séparation « de velours », à bien des titres exemplaire, donnant naissance, le 1er janvier 1993, à deux États souverains. Quelques semaines plus tard, Václav Havel, président de la Fédération tchéco-slovaque de 1990 à 1992, devient le chef de la République tchèque (il le restera jusqu'en 2003) et affiche sa volonté d'intégrer les structures euro-atlantiques. Par ailleurs, la République tchèque bénéficiait, au regard de l'extérieur, d'un avantage symbolique, lié notamment à sa capitale, Prague, et à son drapeau, faisant d'elle l'État successeur de la Tchécoslovaquie.

                  Une transformation réussie mais coûteuse (1993-1997)

                  La tentation de faire cavalier seul

                  Pour Václav Klaus, Premier ministre de 1992 à 1997, à la tête d'une coalition de conservateurs, de libéraux et de chrétiens-démocrates, la République tchèque pouvait se permettre d'agir seule, une conviction qu'il traduisit immédiatement dans les faits en rompant unilatéralement l'union douanière avec la Slovaquie dès février 1993, et en prenant ses distances avec les pays voisins du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, Slovaquie), considéré comme un handicap pour l'ambitieuse politique extérieure tchèque. Mais cette attitude fut en fait mal perçue en dehors du pays. L'effort se porta donc sur la libéralisation des relations commerciales entre ces pays, dans le cadre de l'Accord de libre-échange centre-européen (ALECE), signé le 21 décembre 1992.

                  Par ailleurs, la partition de la Tchéco-slovaquie avait fait de la Pologne l'acteur stratégique régional, impliquant, pour la nouvelle République tchèque, un repositionnement dans la course à l'adhésion à l'OTAN. Mais l'importance des pays tchèques pour l'Alliance atlantique était négligeable, en raison notamment des changements géopolitiques (les pays voisins sont tournés vers l'OTAN) et de l'obsolescence de leur armement. Il était donc difficile pour eux, dans les années 1990, de se doter d'une doctrine de défense, sans opérer de restructuration de leur industrie d'armement. En 1997-1998, la doctrine finalement élaborée identifiait deux menaces hypothétiques pour la stabilité de l'État tchèque, l'Autriche et la Slovaquie ! Avec cette dernière, le principal contentieux, mis à part des frictions sur le partage des biens culturels, portait sur la répartition entre la République tchèque et la Slovaquie des créances relatives aux aides qui avaient été octroyées aux entreprises par le gouvernement fédéral. Implicitement, les Tchèques trouvaient que la politique pro-russe du Premier ministre slovaque Mečiar visait à gêner leurs aspirations euro-atlantiques, notamment en voulant établir une frontière entre les deux États. Quant à la Russie, qui devait 2 milliards de dollars au titre de la dette soviétique à l'État, elle ne représentait plus une menace liée à l'impérialisme politique, mais elle inquiétait par la prolifération des activités liées au crime organisé, dans le contexte de l'ouverture des marchés. Moscou servait ainsi d'épouvantail aux nouvelles élites tchèques pour asseoir leur pouvoir.

                  De plus, dans les relations avec l'Allemagne d'Helmut Kohl, il fallait concilier deux positions contradictoires : voir un allié incontournable en vue d'une intégration dans l'Union européenne (UE), sans perdre de vue que, en Bavière, la CSU (Union sociale-chrétienne) au pouvoir[...]

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  • : chargé d'études à la Documentation française, Paris
                  • : directrice de recherche au C.N.R.S.
                  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
                  • : chargé de cours (littérature tchèque, littérature comparée) à l'Institut national des langues et civilisations orientales
                  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Tchèque (République) : carte physique

                  Tchèque (République) : carte physique

                  Tchèque (République) : drapeau

                  Tchèque (République) : drapeau

                  Nouvelles adhésions à l'O.T.A.N., mars 1999

                  Nouvelles adhésions à l'O.T.A.N., mars 1999

                  Autres références

                  • TCHÈQUE RÉPUBLIQUE, chronologie contemporaine

                    • Écrit par Universalis
                  • BOHÊME, géologie et géographie

                    • Écrit par Joseph SCHULTZ
                    • 929 mots

                    Čechy en tchèque, la Bohême est d'abord une unité naturelle, une cuvette entourée de toutes parts par un rempart de montagnes. Les Krušné Hory (monts Métallifères, Erzgebirge), au nord-ouest, dominent par un véritable abrupt l'intérieur du « quadrilatère ». Au nord, les Sudètes, succession de...

                  • BRNO

                    • Écrit par Gyorgy ENYEDI
                    • 139 mots
                    • 1 média

                    Jadis capitale de la Moravie, Brno, avec ses 370 500 habitants en 2004, est la deuxième ville de la République tchèque, et la capitale de la région de Jihomoravský, dans le sud-est du pays. Elle est située au confluent de la Svratka et de la Svitava (affluents de la Morava), excellente position...

                  • DÉMOCRATIES POPULAIRES

                    • Écrit par Michel LESAGE, Henri MÉNUDIER
                    • 8 472 mots
                    • 10 médias
                    ...présidence de la République. Václav Klaus et Vladimír Mečiar décident de mettre fin à la Fédération tchécoslovaque dont les origines remontent à 1918. Ainsi naît, le 1er janvier 1993, la République tchèque, dont Václav Havel sera le président et Václav Klaus (un libéral) le chef du gouvernement....
                  • DIENSTBIER JIRI (1937-2011)

                    • Écrit par Melinda C. SHEPHERD
                    • 257 mots

                    Jiri Dienstbier était un journaliste et un homme politique tchèque, dissident du Parti communiste tchécoslovaque.

                    Jiri Dienstbier naît le 20 avril 1937 à Cladno, en Tchécoslovaquie (aujourd'hui en République tchèque). En 1958, il adhère au Parti communiste tchécoslovaque et travaille comme...

                  • Afficher les 15 références

                  Voir aussi