TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La République tchèque indépendante

La partition tchéco-slovaque, entérinée sans consultation de la population, fut l'œuvre de deux hommes à la tête de partis sortis vainqueurs des élections législatives des 8 et 9 juin 1992, le Tchèque Václav Klaus, du Parti démocratique civique (O.D.S.), et le Slovaque Vladimir Mečiar, du Mouvement pour une Slovaquie démocratique (H.Z.D.S.). Ils négocièrent une séparation « de velours », à bien des titres exemplaire, donnant naissance, le 1er janvier 1993, à deux États souverains. Quelques semaines plus tard, Václav Havel, président de la Fédération tchéco-slovaque de 1990 à 1992, devient le chef de la République tchèque (il le restera jusqu'en 2003) et affiche sa volonté d'intégrer les structures euro-atlantiques. Par ailleurs, la République tchèque bénéficiait, au regard de l'extérieur, d'un avantage symbolique, lié notamment à sa capitale, Prague, et à son drapeau, faisant d'elle l'État successeur de la Tchécoslovaquie.

Václav Havel

Václav Havel

Photographie

En novembre 1999, Václav Havel assiste, à Prague, à un concert organisé pour fêter les dix ans de la «révolution de velours», c'est-à-dire la fin du régime communiste en Tchécoslovaquie. 

Crédits : T. Zelezny/ AFP/ Getty

Afficher

Une transformation réussie mais coûteuse (1993-1997)

La tentation de faire cavalier seul

Pour Václav Klaus, Premier ministre de 1992 à 1997, à la tête d'une coalition de conservateurs, de libéraux et de chrétiens-démocrates, la République tchèque pouvait se permettre d'agir seule, une conviction qu'il traduisit immédiatement dans les faits en rompant unilatéralement l'union douanière avec la Slovaquie dès février 1993, et en prenant ses distances avec les pays voisins du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, Slovaquie), considéré comme un handicap pour l'ambitieuse politique extérieure tchèque. Mais cette attitude fut en fait mal perçue en dehors du pays. L'effort se porta donc sur la libéralisation des relations commerciales entre ces pays, dans le cadre de l'Accord de libre-échange centre-européen (A.L.E.C.E.), signé le 21 décembre 1992.

Par ailleurs, la partition de la Tchéco-slovaquie avait fait de la Pologne l'acteur stratégique régional, impliquant, pour la nouvelle République tchèque, un repositionnement dans la course à l'adhésion à l'O.T.A.N. Mais l'importance de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 28 pages



Médias de l’article

Tchèque (République) : carte physique

Tchèque (République) : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tchèque (République) : drapeau

Tchèque (République) : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Václav Havel

Václav Havel
Crédits : T. Zelezny/ AFP/ Getty

photographie

Nouvelles adhésions à l'O.T.A.N., mars 1999

Nouvelles adhésions à l'O.T.A.N., mars 1999
Crédits : PA Photos

photographie

Afficher les 5 médias de l'article





Écrit par :

  • : chargé d'études à la Documentation française, Paris
  • : directrice de recherche au C.N.R.S.
  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : chargé de cours (littérature tchèque, littérature comparée) à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jaroslav BLAHA, Marie-Elizabeth DUCREUX, Marie-Claude MAUREL, Vladimir PESKA, « TCHÈQUE RÉPUBLIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/