QUMRĀN RÈGLE DE LA COMMUNAUTÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Règle de la communauté, appelée « Manuel de discipline » par les éditeurs, est l'un des premiers grands manuscrits découverts à Qumrān en 1947 (trad. française in A. Dupont-Sommer, Les Écrits esséniens découverts près de la mer Morte, Paris, 1959). Une recension pratiquement intacte en a été trouvée dans la grotte I. Il en existe aussi, venant de la grotte IV, des fragments qui représentent un texte bien plus pur. Le grand manuscrit comprend cinq feuilles de parchemin avec onze colonnes de texte. On possède deux annexes à cette Règle, retrouvées par fragments dans la grotte I ; on les appelle : la Règle de la congrégation et les Bénédictions.

L'ouvrage comprend cinq parties. Titre et introduction (I, 1-15). En deuxième lieu, la description de la cérémonie de l'entrée dans l'Alliance (inspirée du Deut., xxviii-xxx) et du rituel du renouvellement de cette dernière (I, 16-III, 12). La troisième partie, doctrinale (III, 13-IV, 26), présente l'histoire du monde comme dominée par la puissance des deux Esprits, l'humanité étant partagée en deux, les Fils de ténèbres et les Fils de lumière. Vient ensuite une série de prescriptions : organisation intérieure et vie de la communauté ; châtiments à infliger pour toutes sortes de fautes ; puis des éléments eschatologiques qui expliquent le rôle sanctificateur du groupe vivant dans l'attente messianique (V, 1-IX, 11). La dernière partie (IX, 12-XI, 22) contient des développements sur le calendrier (le même que dans le Livre des jubilés et les Livres d'Hénoch) et sur la pureté légale ; et des résolutions pratiques sous la forme d'une longue composition hymnique.

Les genres littéraires de la Règle sont divers et se répartissent selon les sections de l'œuvre. Familiers au judaïsme contemporain, ces genres ne sont pas propres aux auteurs de Qumrān ; mais ils trouvent ici une tournure originale globale qu'ils doivent à la qualité intrinsèque de la Règle, l'un des premiers essais connus de réglementation d'une vie monastique. L'unité d'inspiration est cependant sauve. L'auteur se fait l'écho incessant de la Bible, bien qu'il la cite rarement telle quelle. Beaucoup de passages ne sont qu'une mosaïque de textes bibliques adaptés et modifiés. On a affaire ici à une synthèse religieuse très biblique qui, à la différence du judaïsme traditionnel, donne autant de place aux grands prophètes d'Israël qu'à la littérature considérée comme étant de Moïse.

D'une foule de données internes (quinze membres suffisent pour que la communauté soit représentative ; le départ de l'élite dans le désert est présenté comme une mission future ; les bâtiments communautaires de Qumrān n'étaient pas encore construits ; l'allusion aux sacrifices cultuels montre que l'on ne s'était pas encore désolidarisé du Temple ; etc.), il ressort que la Règle reflète un état encore embryonnaire de la communauté de Qumrān. Peut-être s'agit-il du texte le plus ancien de la fraternité, qu'il faudrait situer avant la persécution du Maître de justice — personnage tenu par plusieurs comme l'auteur ou du moins l'inspirateur essentiel du document — par le Prêtre impie. D'aucuns y voient même le projet à partir duquel se serait ensuite constituée la communauté. Dès lors, la première rédaction serait à situer avant la persécution des pharisiens et probablement du Maître de justice et des siens par Alexandre Jannée (~ 103-~ 76).

La visée théologique de la Règle est éminemment communautaire. La communauté représente Israël ; elle constitue le « reste d'Israël », seul groupe fidèle. Les prêtres y ont les fonctions prédominantes : on se rattache à Sadoc par une interprétation souple d'Ézéchiel xliv, 15. En revanche, aucune allusion n'est faite à la descendance davidique ou à la fonction royale. La Règle se situe directement dans la perspective d'Ézéchiel : dans sa description du nouveau peuple postexilique, ce dernier omet en effet la place du roi à l'avantage d'un prince dont la fonction, diminuée, laissera toute la primauté au culte et au sacerdoce.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  QUMRAN RÈGLE DE LA COMMUNAUTÉ DE  » est également traité dans :

ESSÉNIENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 224 mots

La secte juive des esséniens, fondée vers ~ 150 et qui disparaîtra deux siècles plus tard vers 68 après J.-C., a bénéficié d'une connaissance nouvelle avec la découverte, depuis 1947, d'un nombre important de manuscrits recueillis lors des fouilles du Khirbet Qumrān, sur la rive nord-ouest de la mer Morte. Les textes ont ranimé les querelles autour d'une thèse qu'Ernest Renan avait ainsi formulée  […] Lire la suite

ESSÉNIENS, SECTE JUIVE

  • Écrit par 
  • Francis SCHMIDT
  •  • 177 mots

Inconnus de la Bible et des écrits talmudiques, les esséniens sont décrits par Flavius Josèphe – avec les pharisiens, les sadducéens et les différents mouvements zélotes – comme l'un des quatre groupes composant le judaïsme de la fin de la période du second Temple. Vivant en communautés fortement hiérarchisées (les unes pratiquant le célibat, les autres admettant le mariage), mettant leurs biens e […] Lire la suite

ISRAËL RESTE D'

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 568 mots

Le mot hébraïque que l'on traduit par « reste » ( shear ou sheêrit ) a pris très tôt dans l'histoire biblique un sens théologique précis qui n'a cessé de s'accentuer. On le trouve dans l'expression fréquente « reste d'Israël » (Isaïe, Jérémie, Michée, Sophonie), mais aussi dans « reste de Jacob » (Michée), « reste de Joseph » (Amos) et « reste de Juda » (Jérémie). Il désigne le groupe minoritaire […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 022 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le régime asmonéen (165-63 av. J.-C.) »  : […] La guerre populaire contre les Séleucides dure vingt ans. Mais très vite Jérusalem est libérée, le Temple purifié et rendu au culte du Dieu d'Israël ; une fête commémore l'événement, Ḥānukkāh (l'« inauguration »). En 145, l'appui de Rome ayant été sollicité et obtenu par les Juifs, le souverain de Syrie reconnaît l'indépendance du pays. Simon Macchabée est investi Sar-Am-El (« prince du peuple de […] Lire la suite

QUMRĀN

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 3 548 mots

Dans le chapitre « La thèse « essénienne » »  : […] En 1948, on était en possession de sept rouleaux plus ou moins bien conservés, six en hébreu et un en araméen. On saura plus tard qu'ils venaient de la première des onze grottes dites à manuscrits. Il s'y trouvait entre autres un texte étonnant que l'on intitula d'abord « Manuel de Discipline » (à l'instar du catéchisme méthodiste) puis une fois pour toutes « Règle de la communauté ». Une sorte d […] Lire la suite

Pour citer l’article

André PAUL, « QUMRĀN RÈGLE DE LA COMMUNAUTÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/regle-de-la-communaute-de-qumran/