Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VICHY RÉGIME DE

Les soutiens du régime et les ambivalences de l'opinion publique

Toutes les droites se retrouvent dans les allées du pouvoir

Dès l'origine, le régime reçut un soutien sans équivoque de toutes les droites. Il est vrai cependant que tous les hommes de droite ne se retrouvèrent pas à Vichy, pas plus que, symétriquement, la Résistance ne saurait se réduire à la gauche. Reste que les personnalités militant jusqu'alors à gauche et qui ont pu être instrumentalisées par Vichy sont peu nombreuses (René Belin, ex-secrétaire du bureau confédéral de la C.G.T., devenu ministre du Travail, en étant l'exemple le plus connu). Alors que les droites arrivent en force et qu'aucune d'entre elles ne manque à l'appel ; la participation la plus voyante, et la plus massive dans un premier temps, est celle de la droite réactionnaire, notamment des militants ou des sympathisants de l'Action française, qui tiennent, selon le mot de Maurras, pour une « divine surprise » l'avènement d'un Pétain efficace. Mais on rencontre également, ce qui est beaucoup plus étonnant, des membres de la droite libérale (Joseph Barthélemy, qui sera garde des Sceaux), le plus souvent, il est vrai, des notables élitistes se réclamant de l'orléanisme. L'arrivée la plus remarquée fut celle de la droite technocratique (ainsi Pierre Pucheu), hauts fonctionnaires et cadres venus du privé, épris d'ordre et de rationalité modernisatrice, se sentant à l'aise dans ce régime autoritaire, débarrassés des pressions et du contrôle des élus locaux et de la classe parlementaire. Notons que, dès le départ, l'ultra droite factieuse était également représentée.

Cette diversité des droites ne doit pas occulter le fait que les valeurs défendues par Vichy comme les pratiques mises en œuvre portent avant tout la marque de ce qu'on peut nommer la droite extrême, conservateurs et libéraux brouillés avec la République, au moins depuis le Front populaire ; ceux-ci acceptent volontiers de servir un régime autoritaire, qui correspond précisément à ce qu'avait appelé de ses vœux l'extrême droite ligueuse.

Bon nombre de notables, y compris dans les milieux de gauche munichois, ont soutenu le régime jusqu'à la fin de 1943, de même que les patrons, petits et grands. Mais c'est du côté de l'Église catholique que le soutien apparaît le plus voyant (les églises réformées, quant à elles, ralliées au régime dans les premiers mois, entrèrent en dissidence morale après les rafles des Juifs de l'été 1942). L'épiscopat, à quelques très rares exceptions près, s'était senti immédiatement à son aise dans le nouveau régime. Un certain nombre de thèmes du catholicisme intransigeant et du catholicisme social avaient suffisamment modelé l'idéologie de la « Révolution nationale » pour que le primat des Gaules, le cardinal Gerlier, puisse faire sienne la devise de Vichy : « Travail, famille, patrie, ces trois mots sont les nôtres. » Sans doute, l'Église n'obtint pas tout ce qu'elle désirait (l'aide financière accordée par l'État aux écoles privées – contrairement aux canons de la laïcité – fut qualifiée d'exceptionnelle), mais elle bénéficia d'un statut privilégié : elle put notamment maintenir et même développer ses propres mouvements de jeunesse, obtint que les membres des congrégations religieuses puissent à nouveau enseigner (alors que les écoles normales d'instituteurs, tenues pour les foyers d'un laïcisme militant, étaient, elles, fermées). Le régime de Vichy apparut comme clérical : au respect que Philippe Pétain et la plupart des dignitaires de Vichy témoignaient à l'Église, répondait une présence active de celle-ci, toujours très en vue lors des visites du Maréchal dans telle ou telle ville, et le plus souvent partie prenante des autres manifestations officielles. Et surtout, les responsables de l'Église de France s'employèrent à combattre[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Pour citer cet article

Jean-Pierre AZÉMA. VICHY RÉGIME DE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Défaite de la France en 1940 - crédits : National Archives

Défaite de la France en 1940

Rafle du Vél' d'Hiv' - crédits : mémorial de la Shoah/ coll. BHVP

Rafle du Vél' d'Hiv'

Pétain et Hitler à Montoire, 1940 - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Pétain et Hitler à Montoire, 1940

Autres références

  • UNE EXCEPTION ORDINAIRE (A. Bancaud)

    • Écrit par
    • 1 080 mots

    Tandis que les études d'histoire judiciaire se multiplient sur les avocats, le parquet, la justice politique et les grandes affaires, la magistrature, dans son ensemble, à condition d'excepter la grande fresque, volontiers hagiographique, publiée par Marcel Rousselet en 1957, restait un angle...

  • ABETZ OTTO (1903-1958)

    • Écrit par
    • 332 mots

    Important dignitaire nazi, artisan dès avant 1933 d'une réconciliation franco-allemande en particulier avec Jean Luchaire et Fernand de Brinon, Otto Abetz eut pour rôle essentiel d'occuper, de 1940 à 1944, le poste d'ambassadeur d'Allemagne à Paris. Sa mission avait un double caractère qui dépassait...

  • AFFICHE ROUGE L'

    • Écrit par
    • 2 508 mots
    • 2 médias
    ...stationnaient en permanence dans la capitale d'importantes forces allemandes qui quadrillaient les rues et, surtout, pesaient sur la police française. Or, à la préfecture de police de Paris, les Renseignements généraux disposaient de deux brigades spéciales (BS) anticommunistes, créées dès 1939, et qui connaissaient...
  • ANTISÉMITISME

    • Écrit par
    • 12 229 mots
    • 9 médias
    En France, les premières mesures discriminatoires en zone occupée sont l'œuvre des autorités allemandes. Dès le 27 septembre 1940, les Allemands promulguent une ordonnance définissant qui est juif. Ceux qui répondent à cette définition sont tenus de se faire recenser jusqu'au 20 octobre, auprès de la...
  • ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

    • Écrit par
    • 3 970 mots
    • 3 médias

    L'intervention de l' État dans le domaine de l' architecture ne constitue pas un phénomène nouveau. De tout temps et sous tous les régimes, l'État est intervenu dans la mesure où toute réalisation architecturale met en cause les intérêts de couches de population bien plus larges que celles...

  • Afficher les 100 références