VICHY RÉGIME DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les soutiens du régime et les ambivalences de l'opinion publique

Toutes les droites se retrouvent dans les allées du pouvoir

Dès l'origine, le régime reçut un soutien sans équivoque de toutes les droites. Il est vrai cependant que tous les hommes de droite ne se retrouvèrent pas à Vichy, pas plus que, symétriquement, la Résistance ne saurait se réduire à la gauche. Reste que les personnalités militant jusqu'alors à gauche et qui ont pu être instrumentalisées par Vichy sont peu nombreuses (René Belin, ex-secrétaire du bureau confédéral de la C.G.T., devenu ministre du Travail, en étant l'exemple le plus connu). Alors que les droites arrivent en force et qu'aucune d'entre elles ne manque à l'appel ; la participation la plus voyante, et la plus massive dans un premier temps, est celle de la droite réactionnaire, notamment des militants ou des sympathisants de l'Action française, qui tiennent, selon le mot de Maurras, pour une « divine surprise » l'avènement d'un Pétain efficace. Mais on rencontre également, ce qui est beaucoup plus étonnant, des membres de la droite libérale (Joseph Barthélemy, qui sera garde des Sceaux), le plus souvent, il est vrai, des notables élitistes se réclamant de l'orléanisme. L'arrivée la plus remarquée fut celle de la droite technocratique (ainsi Pierre Pucheu), hauts fonctionnaires et cadres venus du privé, épris d'ordre et de rationalité modernisatrice, se sentant à l'aise dans ce régime autoritaire, débarrassés des pressions et du contrôle des élus locaux et de la classe parlementaire. Notons que, dès le départ, l'ultra droite factieuse était également représentée.

Cette diversité des droites ne doit pas occulter le fait que les valeurs défendues par Vichy comme les pratiques mises en œuvre portent avant tout la marque de ce qu'on peut nommer la droite extrême, conservateurs et libéraux brouillés avec la République, au moins depuis le Front populaire ; ceux-ci acceptent volontiers de servir un régime autoritaire, qui correspond précisément à ce qu'avait appelé de ses vœux l'extrême droite ligueuse.

Bon nombre de notables, y compris dans les milieux de gauche munichois, ont soutenu le régime jusqu'à la fin de 1943, de même que les patrons, petits et grands. Mais c'est du côté de l'Église catholique que le soutien apparaît le plus voyant (les églises réformées, quant à elles, ralliées au régime dans les premiers mois, entrèrent en dissidence morale après les rafles des Juifs de l'été 1942). L'épiscopat, à quelques très rares exceptions près, s'était senti immédiatement à son aise dans le nouveau régime. Un certain nombre de thèmes du catholicisme intransigeant et du catholicisme social avaient suffisamment modelé l'idéologie de la « Révolution nationale » pour que le primat des Gaules, le cardinal Gerlier, puisse faire sienne la devise de Vichy : « Travail, famille, patrie, ces trois mots sont les nôtres. » Sans doute, l'Église n'obtint pas tout ce qu'elle désirait (l'aide financière accordée par l'État aux écoles privées – contrairement aux canons de la laïcité – fut qualifiée d'exceptionnelle), mais elle bénéficia d'un statut privilégié : elle put notamment maintenir et même développer ses propres mouvements de jeunesse, obtint que les membres des congrégations religieuses puissent à nouveau enseigner (alors que les écoles normales d'instituteurs, tenues pour les foyers d'un laïcisme militant, étaient, elles, fermées). Le régime de Vichy apparut comme clérical : au respect que Philippe Pétain et la plupart des dignitaires de Vichy témoignaient à l'Église, répondait une présence active de celle-ci, toujours très en vue lors des visites du Maréchal dans telle ou telle ville, et le plus souvent partie prenante des autres manifestations officielles. Et surtout, les responsables de l'Église de France s'employèrent à combattre toutes les dissidences, qu'elles fussent ou non gaullistes, et incitèrent tous les fidèles à manifester un loyalisme sans faille au régime, en le considérant jusqu'au bout, même si leur appui se relâcha en 1944, comme le seul légitime.

Le Français moyen devient attentiste

Vichy s'efforça, enfin, de conserver le soutien de l'opinion, qui lui fut, sans nul doute, acquis dans les premiers mois. Car au « maréchalisme », à savoir un attachement à la personne même du Maréchal, se juxtaposent des courants « pétainistes », très vraisemblablement majorit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Défaite de la France en 1940

Défaite de la France en 1940
Crédits : National Archives

video

Pétain et Hitler à Montoire, 1940

Pétain et Hitler à Montoire, 1940
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VICHY RÉGIME DE  » est également traité dans :

UNE EXCEPTION ORDINAIRE (A. Bancaud)

  • Écrit par 
  • Frédéric CHAUVAUD
  •  • 1 076 mots

Tandis que les études d'histoire judiciaire se multiplient sur les avocats, le parquet, la justice politique et les grandes affaires, la magistrature, dans son ensemble, à condition d'excepter la grande fresque, volontiers hagiographique, publiée par Marcel Rousselet en 1957, restait un angle mort de cette recherche. La visée d'Alain Bancaud, dans […] Lire la suite

ABETZ OTTO (1903-1958)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 330 mots

Important dignitaire nazi, artisan dès avant 1933 d'une réconciliation franco-allemande en particulier avec Jean Luchaire et Fernand de Brinon, Otto Abetz eut pour rôle essentiel d'occuper, de 1940 à 1944, le poste d'ambassadeur d'Allemagne à Paris. Sa mission avait un double caractère qui dépassait largement celle d'un agent diplomatique ordinaire. D'une part il coordonnait les services civils da […] Lire la suite

AFFICHE ROUGE L'

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 2 049 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les F.T.P.-M.O.I. »  : […] La tâche est particulièrement difficile et dangereuse. Dangereuse parce que stationnent en permanence dans la capitale d'importantes forces allemandes qui quadrillent les rues et, surtout, font pression sur la police française. Dangereuse aussi parce qu'à la Préfecture de police de Paris, les Renseignements généraux disposent de brigades spéciales (B.S.) anticommunistes, créées dès 1939, et qui c […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'ère nazie : 1933-1945 »  : […] La crise économique et politique qui secoue l'Europe après le krach de 1929 va encore aggraver la xénophobie et l'antisémitisme. L'année 1933 marque l'arrivée de Hitler au pouvoir et la mainmise de l'idéologie raciste nazie sur l'Allemagne . L'Europe de l'Est est secouée par l'essor de mouvements antisémites qu'on retrouvera collaborant activement à l'élimination physique des juifs pendant les ann […] Lire la suite

ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 3 948 mots
  •  • 3 médias

L'intervention de l' État dans le domaine de l' architecture ne constitue pas un phénomène nouveau. De tout temps et sous tous les régimes, l'État est intervenu dans la mesure où toute réalisation architecturale met en cause les intérêts de couches de population bien plus larges que celles qui sont directement concernées par la construction d'un édifice. C'est l'objet de cette intervention et les […] Lire la suite

ARMISTICE DE 1940

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 929 mots
  •  • 1 média

L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de la Belgique et de la Hollande par l'armée allemande . Le 13 mai, le front français est rompu dans la région de Sedan. La capitulation d […] Lire la suite

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 393 mots
  •  • 2 médias

En France, entre 1940 et 1944, l'art ne resta pas étranger à la situation historique. Sur la scène artistique, rien ni personne n'échappa à la tourmente, ni les dirigeants, ni les médiateurs (critiques ou conservateurs), ni les artistes, rappelés brutalement au chevet d'une communauté désemparée, ni le public ; tous certains que l'art devait résoudre la crise en édifiant les foules ou en soignant […] Lire la suite

AUPHAN GABRIEL (1894-1982)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 990 mots

Né à Alès (Gard), le 4 novembre 1894, élève à l'École navale, Gabriel Auphan est capitaine de vaisseau en 1936 et commande la Jeanne d'Arc , croiseur-école de la Marine nationale. Sous-chef d'état-major en 1939, après avoir appartenu aux cabinets des ministres de la Marine Georges Leygues et François Pietri en 1928 et 1934, il est nommé directeur du cabinet de l'amiral Darlan, secrétaire d'État à […] Lire la suite

BELIN RENÉ (1898-1977)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 496 mots

Commis à la Compagnie des téléphones, puis rédacteur aux P.T.T. en 1920, René Belin est secrétaire du syndicat C.G.T. des postiers de la région lyonnaise en 1926. Devenu secrétaire de la Fédération nationale des P.T.T., il est révoqué pour fait de grève (1930). Il accède en 1933 au bureau national de la C.G.T., aux côtés de Léon Jouhaux, comme secrétaire permanent. Après la réunification syndicale […] Lire la suite

BERGERY GASTON (1892-1974)

  • Écrit par 
  • Paul MORELLE
  •  • 649 mots

Né à Paris, Gaston Bergery fait des études de droit avant d'entrer dans le monde de la politique en 1918, comme secrétaire de la commission des Réparations. Il garde de ce premier poste un vif attrait pour les affaires extérieures qui resteront, sa vie durant, au centre de ses préoccupations politiques. Chef de cabinet d'Édouard Herriot au ministère des Affaires étrangères de 1924 à 1925, il se dé […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

29 octobre 2016 France. Reconnaissance de la responsabilité de l'État dans l'internement des Tziganes durant la guerre.

Le président François Hollande, qui participe à une cérémonie d’hommage sur le site de l’ancien camp de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), reconnaît la « souffrance » des quelque six mille Tziganes internés par le régime de Vichy – et jusqu’en 1946 –, ainsi que la « responsabilité » de la France dans ce drame. […] Lire la suite

1er-31 décembre 2015 France. Présentation du projet de loi constitutionnelle.

Le 28, le Premier ministre Manuel Valls publie sur sa page Facebook un plaidoyer pour cette mesure, affirmant que celle-ci ne constitue pas une « remise en cause du droit du sol » et « n’a absolument rien à voir avec les actes discriminatoires du régime raciste et antisémite de Vichy ». Le 31, dans ses vœux aux Français, le président François Hollande déclare que « nous n’en avons pas terminé avec le terrorisme ». […] Lire la suite

18-19 septembre 2002 France. Suspension de la peine de Maurice Papon

Incarcéré depuis octobre 1999, l'ancien secrétaire général de la préfecture de la Gironde sous le régime de Vichy est âgé de quatre-vingt-douze ans. La cour se fonde sur la loi de mars 2002 qui concerne les condamnés « atteints d'une pathologie engageant le pronostic vital » ou dont l'« état de santé est durablement incompatible avec le maintien en détention ». […] Lire la suite

25 juillet 2002 France. Condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l'homme dans l'affaire Papon

L'ancien secrétaire général de la préfecture de la Gironde sous le régime de Vichy, condamné en avril 1998 pour complicité de crimes contre l'humanité, avait été privé de la possibilité de voir son pourvoi examiné par la Cour de cassation, en octobre 1999, en raison de son refus de se plier à la procédure de « mise en état » qui obligeait un condamné à se constituer prisonnier la veille de cet examen. […] Lire la suite

17 avril 2000 France. Rapport final sur la spoliation des juifs

La mission d'étude sur la spoliation des juifs de France sous le régime de Vichy, installée en mars 1997 et présidée par Jean Mattéoli, remet son rapport final au Premier ministre. Ce rapport chiffre à environ 8,8 milliards de francs actuels le montant de cette spoliation organisée par l'État français. Sur ce total, la saisie des avoirs financiers détenus par les banques et les compagnies d'assurance représente environ 3,4 milliards de francs, l'« aryanisation » – la vente ou la liquidation – des entreprises, des biens immobiliers et valeurs mobilières appartenant à des juifs environ 5,1 milliards de francs, le reste étant constitué des sommes confisquées aux personnes internées dans les camps français. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre AZÉMA, « VICHY RÉGIME DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/regime-de-vichy/