UNE EXCEPTION ORDINAIRE (A. Bancaud)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tandis que les études d'histoire judiciaire se multiplient sur les avocats, le parquet, la justice politique et les grandes affaires, la magistrature, dans son ensemble, à condition d'excepter la grande fresque, volontiers hagiographique, publiée par Marcel Rousselet en 1957, restait un angle mort de cette recherche. La visée d'Alain Bancaud, dans Une exception ordinaire. La magistrature en France (1930-1950), paru chez Gallimard (Paris) en 2002, consiste à aller au-delà d'une simple étude de la profession en saisissant à la fois la spécificité de la période et les caractéristiques de la magistrature. Certes, le sujet du régime de Vichy y est privilégié, mais il est toujours envisagé à l'aune du legs républicain et de l'héritage qu'il laisse à la IVe République. L'inscription dans la durée sociologique met ainsi de côté le jugement moral sur la « trahison des juges » qui ont tous, sauf Paul Didier, prêté serment au maréchal Pétain, servi l'État français, jugé et condamné des résistants, pour ensuite, à la Libération, juger les collaborateurs dans le cadre de l'épuration. Pour autant, ne traiter que des « années noires » ne conduit pas toujours à délaisser les continuités et les permanences et à ne voir dans l'action de la magistrature sous Vichy qu'une parenthèse, comme l'a montré une autre étude remarquable, Le Conseil d'État et Vichy : le contentieux de l'antisémitisme, de Philippe Fabre (Publications de la Sorbonne, Paris, 2002).

L'approche retenue consiste donc à s'attacher à la tradition étatique et à la culture professionnelle des magistrats, perçus et représentés comme des serviteurs de l'État. Si l'écume de l'histoire n'est pas négligée, le livre d'Alain Bancaud ne se réduit pourtant pas à une simple histoire événementielle qui suivrait pas à pas la trame des jours. À partir d'un travail en profondeur sur les archives du [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

23-28 février 1987 France. Condamnation de Georges Ibrahim Abdallah à la peine maximale

à juger les actes de terrorisme par la loi du 9 septembre 1986 ; cette loi est appliquée rétroactivement à cette affaire après que la cour d'assises ordinaire se fut trouvée dans l'impossibilité de mener à son terme, en décembre 1986, le procès de trois membres d'Action directe, en raison de la défection des jurés menacés de représailles. La cour,  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Frédéric CHAUVAUD, « UNE EXCEPTION ORDINAIRE (A. Bancaud) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/une-exception-ordinaire/