LOUIS VI LE GROS (1081 env.-1137) roi de France (1108-1137)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de Berthe de Hollande et de Philippe Ier, associé au trône en 1098 par son père qui lui avait confié les opérations militaires face aux Anglo-Normands, il doit se faire sacrer précipitamment le 3 août 1108 pour ne pas risquer la concurrence d'un fils de la seconde femme de son père, Bertrade de Montfort. Il épouse en 1115 Adélaïde de Savoie, nièce du pape Calixte II.

Sous son règne, le pouvoir royal s'affirme sur le domaine par l'élimination des seigneurs pillards d'Île-de-France : Ebbes de Roucy (1102), Enguerrand de Coucy (1117), et surtout Thomas de Marle (1130). Ce domaine est intelligemment mis en valeur suivant les conseils de Suger, abbé de Saint-Denis : création de villes neuves et privilèges fiscaux accordés aux communautés rurales contribuent à peupler l'Île-de-France. La charte de Lorris en Gâtinais servira de modèle pendant tout le xiie siècle.

Au-delà du domaine, Louis VI essaie d'affirmer l'autorité de la justice royale dans les grands fiefs : il intervient avec succès en Bourbonnais et en Auvergne, mais il ne peut s'imposer ni en Normandie, ni en Flandre. Contre Henri Ier Beauclerc, duc de Normandie et roi d'Angleterre, il mène en vain trois campagnes pour soutenir les prétentions de Robert Courteheuse puis de Guillaume Cliton. En Flandre, il ne réussit pas davantage, après l'assassinat du comte Charles le Bon (1127), à imposer son protégé, le même Guillaume Cliton, contre Thierry d'Alsace. Ce second échec témoigne de l'existence de puissances nouvelles, les villes de Flandre, dont Louis VI n'avait pas respecté les privilèges.

Pourtant, comme dans son domaine, Louis VI saura jouer des forces socio-économiques nouvelles : il soutient l'établissement des communes urbaines en Picardie et en Flandre, comme il soutient les efforts des réformateurs grégoriens pour soustraire l'élection des évêques à l'autorité des princes, mais non à la sienne propre.

Cette politique porte ses fruits puisqu'en 1124, lorsque l'empereur Henri V, allié de Henri Ier Beauclerc son gendre, envahit la France, Louis VI obtient l'aide de tous ses grands vassaux, ce qui contraint l'empereur à se retirer sans combattre. Elle semble même remporter un succès sans précédent en 1137 : Louis VI marie son fils aîné, le futur Louis VII, à Aliénor, fille et unique héritière du duc d'Aquitaine. Le domaine royal s'étend de l'Oise aux Pyrénées, mais le divorce d'Aliénor et son remariage avec Henri II Plantagenêt (1152) devaient remettre en cause cette union contre nature du nord et du sud du royaume.

—  Michel SOT

Écrit par :

  • : maître de conférences d'histoire du Moyen Âge à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  LOUIS VI LE GROS (1081 env.-1137) roi de France (1108-1137)  » est également traité dans :

CAPÉTIENS DIRECTS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 323 mots

1108 Avènement de Louis VI le Gros. Suger, abbé de Saint-Denis, est l'historiographe du règne. Il dépeint un roi guerrier, serviteur du pape contre l'empereur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capetiens-directs-reperes-chronologiques/#i_80142

ÉTIENNE DE GARLANDE (mort en 1150)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 287 mots

Sénéchal de Louis VI le Gros, Étienne de Garlande appartient à une famille noble de la Brie. Il succède dans cette charge à deux de ses frères, mais se fait particulièrement remarquer par une ambition effrénée et une absence totale de scrupules qui font de lui, à partir de 1108, le conseiller le plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-de-garlande/#i_80142

Pour citer l’article

Michel SOT, « LOUIS VI LE GROS (1081 env.-1137) roi de France (1108-1137) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-vi-le-gros/