RÉAUMUR RENÉ ANTOINE FERCHAULT DE (1683-1757)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à la Rochelle, Réaumur étudie le droit à Poitiers et à Bourges avant de venir en 1703 à Paris, où il se consacre aux sciences. Il publie d'abord des travaux de mathématiques, Mémoires géométriques, dont la valeur le fait élire en 1708 à l'Académie des sciences qui le charge de diriger l'édition de la Description générale des arts et métiers de France pour la laquelle il écrira de très nombreux articles : celui sur « L'Art de convertir le fer forgé en acier » (1722) a amené la France à fabriquer ce métal qu'elle importait de l'étranger. On peut légitimement considérer Réaumur comme le fondateur de la sidérurgie scientifique. En effet, il démontra le premier que l'acier contient du carbone.

Esprit opposé à la spécialisation, il a étudié et fait progresser l'histoire naturelle, prouvant la nature animale et non végétale des coraux et madrépores ; la biologie, réalisant des « fours à poulets » pour l'incubation artificielle des œufs ; la physique : l'imprécision des mesures employées l'amène à inventer, en 1730-1731, le thermomètre à alcool qui porte son nom — bien que cet appareil ait été détrôné plus tard par le thermomètre centigrade, il constitua un notable progrès au xviiie siècle. Il s'est intéressé à de très nombreux sujets tels que l'art du verrier, les rivières aurifères de France (1718), le fil des araignées, la nacre, la conservation des œufs enduits de corps gras (1753), la manière d'éteindre les incendies, le moyen de mettre les carrosses en état de se tirer des ornières, la fabrication des câbles pour la marine et celle du fer-blanc ; la « porcelaine de Réaumur » est du verre dévitrifié par chauffage et refroidissement (1729). En 1724, il aborde ce qui constitue actuellement la métallographie.

Mais il est surtout un grand entomologiste. Tandis que Buffon dans son Histoire naturelle et Diderot dans l'Encyclopédie n'estimaient pas les insectes dignes de retenir l'attention, Réaumur étudie la vie des fourmis, le système digestif [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RÉAUMUR RENÉ ANTOINE FERCHAULT DE (1683-1757)  » est également traité dans :

ANIMAL

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 2 691 mots

Dans le chapitre « Du mouvement à l'intelligence »  : […] Du fait de la proximité « biologique » entre animal et végétal, pour les distinguer les scientifiques doivent dresser l'inventaire de leurs différences : la nature de leur alimentation, la capacité de locomotion, la présence d'une cavité gastrique, de muscles, d'un système nerveux ou d'organes des sens... Certains de ces attributs, appartenant pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animal/#i_19879

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 537 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le XVIIIe siècle »  : […] La géologie ne démarre en France que vers 1710, en bénéficiant de toute la prudence un peu sceptique de Fontenelle, très influent par ses chroniques résumant et commentant l'activité de l'Académie royale des sciences. Il se rallie à l'idée de l'ancien séjour tranquille des mers sur nos terres. Antoine de Jussieu en 1718, étudiant une flore fossile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/#i_19879

MERIAN ANNA MARIA SIBYLLA (1647-1717)

  • Écrit par 
  • Denis LAMY
  •  • 959 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Son voyage scientifique et son apport majeur à l’entomologie »  : […] En 1685, Maria Merian quitte Francfort et son mari, et, accompagnée de sa mère et de ses deux filles, rejoint Caspar Merian, son demi-frère, dans la communauté pieuse et monastique des labadistes (secte anabaptiste créée par Jean de Labadie), au château de Waltha dans la Frise (république des Provinces-Unies). Après la mort de son frère et de sa mè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-maria-sibylla-merian/#i_19879

MÉTALLURGIE

  • Écrit par 
  • Adrienne R. WEILL
  •  • 6 881 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les traités de métallurgie du XIIe au XVIIIe siècle »  : […] Si, en Europe, les premiers ouvrages imprimés traitant de la pratique des arts métallurgiques apparaissent au xvi e  siècle, le manuscrit du moine Théophile, datant du début du xii e  siècle, a certainement circulé à l'époque des cathédrales. Le livre III du Diversarum artium schedula décrit minutieusement les techniques intéressant tous les métau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metallurgie/#i_19879

THERMODYNAMIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 8 830 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le thermomètre Réaumur »  : […] En France, les thermomètres utilisés au xvii e  siècle étaient à esprit-de-vin, et durent attendre jusqu'à 1730 pour être bien définis. Ce fut à cette date que Réaumur (1683-1757) communiqua à l'Académie royale des sciences ses Règles pour construire des Thermomètres dont les degrés soient comparables, et qui donnent une idée d'un Chaud ou d'un Fr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-histoire/#i_19879

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « RÉAUMUR RENÉ ANTOINE FERCHAULT DE - (1683-1757) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reaumur-rene-antoine-ferchault-de/