ROUSSEL RAYMOND (1877-1933)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le procédé ou la part de nuit

Il faut en venir au “procédé”, qui a plus fait pour la gloire de Roussel (peut-être aussi pour son occultation) que tous ses livres. Par ce mot, l'écrivain désigne la technique mise au point dans ses Textes-Genèse et expliquée dans Comment j'ai écrit certains de mes livres ; l'exemple canonique étant le conte “Parmi les noirs” dont l'incipit, “Les lettres du blanc sur les bandes du vieux billard”, se retrouve à la dernière ligne, légèrement modifié, mais chaque mot étant doté alors d 'un autre sens : “Les lettres du blanc sur les bandes du vieux pillard”. L'homophonie une fois construite, il s'agit d'écrire un texte allant de la première à la seconde formule. Roussel livrait ce procédé “aux écrivains de l'avenir” en remarquant qu'il pouvait, comme la rime, faire de bons ou de mauvais ouvrages. Des écrivains se sont en effet inspirés de cette technique, la développant ou la variant, en particulier les membres de l'Oulipo.

Mais une confusion a pu trop souvent naître de là, laissant croire à un Roussel écrivain ludique, créateur d'un exercice d'écriture amusant. Sa technique lui sert au contraire à dire l'horreur et l'inavouable, que le procédé objective par un message implicite : ce n'est pas moi qui le dis, ce sont les mots qui contiennent tout cela – viols, meurtres, tortures. “C'est toi qui l'as nommé”, dit Phèdre à Œnone pour conjurer le nom d'Hippolyte... Il y a chez Roussel une part de nuit que son style impeccable, blanc et froid, que sa mise de bourgeois élégant tendraient à faire oublier, mais que le texte rappelle à tout moment par embardées violentes. Loin d'être une marque de folie littéraire, le dépeçage homophonique des mots par le procédé marque surtout un contrôle de soi.

Au-delà du procédé, poètes, peintres, hommes de spectacle se sont souvent réclamés de Roussel : ainsi, Marcel Duchamp a beaucoup fait pour sa gloire en lui reconnaissant un rôle dans la genèse du Grand Verre. La fortune critique de Roussel fut constante au long du siècle [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROUSSEL RAYMOND (1877-1933)  » est également traité dans :

LOCUS SOLUS, Raymond Roussel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 926 mots

On connaît l'expression forgée par André Breton pour désigner Raymond Roussel (1877-1933) dans son Anthologie de l'humour noir : « le plus grand magnétiseur des temps modernes ». De Desnos à Leiris, de Jean Ferry à Michel Foucault, l'œuvre de Roussel a été constamment scrutée par les […] Lire la suite

BUTOR MICHEL (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 2 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au temps du « nouveau roman » »  : […] Au cours de son Intervention à Royaumont ( Répertoire   I , 1960), Michel Butor a évoqué ses tentations, opposées – celle de la poésie, celle de la philosophie –, et la façon dont le roman lui parut le lieu de leur possible conciliation, quand il commença à écrire. Sa poésie est alors toute dominée par l'œuvre d'André Breton. Les écrits de jeunesse de Butor, dont témoigne la première partie des […] Lire la suite

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 584 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Spécificité de l'œuvre d'art »  : […] I1 faut affirmer d'entrée que là comme ailleurs – en physique, en biologie, en sociologie, en histoire – réside un troisième terme déterminant. Entre l'objectif et le subjectif chers à un certain dualisme existe un impératif, qui, pour n'être pas « catégorique », n'en fait pas moins nécessité. Entre le champ de l'objectivité des faits, des données, des événements sociaux et historiques et celui de […] Lire la suite

DUCHAMP MARCEL (1887-1968)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 909 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le passage du « rétinien » à la pensée »  : […] Ayant bénéficié à ses débuts des chances que lui a accordées son père, Eugène Duchamp, notaire à Blainville, qui l'a aidé financièrement, de même que ses deux frères aînés : Gaston Duchamp, alias Jacques Villon, peintre, Raymond-Duchamp-Villon, sculpteur, et sa sœur cadette, Suzanne Duchamp, Marcel Duchamp a commencé à peindre à l'âge de quinze ans, en 1902. En 1907, il a marqué sa prédilection p […] Lire la suite

FOUCAULT MICHEL (1926-1984)

  • Écrit par 
  • Frédéric GROS
  •  • 5 262 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les discours de vérité »  : […] C'est toujours une expérience littéraire, celle de Roussel et de ses procédés d'écriture par production et décomposition de mots ( Raymond Roussel , 1963), qui permet à Foucault de construire l'idée d' épistémè dans Les Mots et les choses (1966). Cette fois, il ne s'agit plus de retrouver pour chaque époque des « expériences fondamentales », mais de décrire, du xvi e au xix e  siècle, les scans […] Lire la suite

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Raymond Roussel »  : […] Le lecteur des Impressions d'Afrique de Raymond Roussel risque d'être surpris. Car l'auteur – étrange conseil pour un romancier – lui recommande de sauter les dix premiers chapitres. Ils sont en effet singuliers : une série de tableaux vivants, dans lesquels des hommes utilisent d'incroyables machines pour accomplir les actions les plus bizarres. Un tireur d'élite parvient à séparer d'un coup de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick BESNIER, « ROUSSEL RAYMOND - (1877-1933) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-roussel/