ROUSSEL RAYMOND (1877-1933)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bric-à-brac

La complexité de ses livres est grande, son style parfois aride, sa méthode de création singulière : mais de Roussel il faut avant tout retenir qu'il est un conteur et un poète merveilleux. Son univers est fondé sur l'hétéroclite : le cirque et les spectacles de foire ou de magie aussi bien que la culture classique ; Hérodote et Watteau comme le tarot de Marseille. Il nous révèle des épisodes inconnus de la vie de Lope de Vega, de Lavoisier ou de Wagner, tout cela traité avec la désinvolture qui lui permet d'écrire un faux texte de Voltaire sans aucun souci du pastiche (L'Allée aux lucioles), d'inventer une version “inédite” de Roméo et Juliette ou de raconter la création par le vieil Haendel aveugle d'un oratorio ignoré, Vesper. Roussel travestit et “carnavalise” ainsi la culture occidentale, qu'il regarde exactement du même œil que l'Afrique. Haendel et Shakespeare sont à ses yeux aussi intéressants, mais pas davantage que les légendes africaines, et l'intéressent de la même façon. La culture, les bibliothèques, les musées, les salles de spectacle sont pour lui un terrain de jeu, une cour de récréation, un cahier de brouillons lui servant à bâtir ses œuvres. En cela, Roussel opère un violent décentrement des perspectives culturelles à l'âge du colonialisme triomphant.

La culture sert aussi à se protéger du monde extérieur : les maisons-musées où vivent les héros collectionneurs de Locus solus ou de L'Étoile au front tiennent la réalité à distance : on peut voir Locus solus comme la tentative de reconstruire une demeure après la mort de la mère, qui, en entraînant la dispersion des mille objets adorés du salon familial, vint accomplir l'exil de l'enfance. Écrire, c'est alors conjurer la perte de l'unité ; les livres cherchent à recoller les morceaux d'un rêve émietté, à distinguer clairement les images errantes, trop mobiles, du gigantesque kaléidoscope qu'est la réalité extérieure : carnaval de Nice envahissant le centre de La Doublure, inépuisable foule parcourant le Paris de La Seine ou des Noces. Les grands romans témoignent aussi de cette dispersio [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROUSSEL RAYMOND (1877-1933)  » est également traité dans :

LOCUS SOLUS, Raymond Roussel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 926 mots

On connaît l'expression forgée par André Breton pour désigner Raymond Roussel (1877-1933) dans son Anthologie de l'humour noir : « le plus grand magnétiseur des temps modernes ». De Desnos à Leiris, de Jean Ferry à Michel Foucault, l'œuvre de Roussel a été constamment scrutée par les […] Lire la suite

BUTOR MICHEL (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 2 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au temps du « nouveau roman » »  : […] Au cours de son Intervention à Royaumont ( Répertoire   I , 1960), Michel Butor a évoqué ses tentations, opposées – celle de la poésie, celle de la philosophie –, et la façon dont le roman lui parut le lieu de leur possible conciliation, quand il commença à écrire. Sa poésie est alors toute dominée par l'œuvre d'André Breton. Les écrits de jeunesse de Butor, dont témoigne la première partie des […] Lire la suite

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 584 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Spécificité de l'œuvre d'art »  : […] I1 faut affirmer d'entrée que là comme ailleurs – en physique, en biologie, en sociologie, en histoire – réside un troisième terme déterminant. Entre l'objectif et le subjectif chers à un certain dualisme existe un impératif, qui, pour n'être pas « catégorique », n'en fait pas moins nécessité. Entre le champ de l'objectivité des faits, des données, des événements sociaux et historiques et celui de […] Lire la suite

DUCHAMP MARCEL (1887-1968)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 909 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le passage du « rétinien » à la pensée »  : […] Ayant bénéficié à ses débuts des chances que lui a accordées son père, Eugène Duchamp, notaire à Blainville, qui l'a aidé financièrement, de même que ses deux frères aînés : Gaston Duchamp, alias Jacques Villon, peintre, Raymond-Duchamp-Villon, sculpteur, et sa sœur cadette, Suzanne Duchamp, Marcel Duchamp a commencé à peindre à l'âge de quinze ans, en 1902. En 1907, il a marqué sa prédilection p […] Lire la suite

FOUCAULT MICHEL (1926-1984)

  • Écrit par 
  • Frédéric GROS
  •  • 5 262 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les discours de vérité »  : […] C'est toujours une expérience littéraire, celle de Roussel et de ses procédés d'écriture par production et décomposition de mots ( Raymond Roussel , 1963), qui permet à Foucault de construire l'idée d' épistémè dans Les Mots et les choses (1966). Cette fois, il ne s'agit plus de retrouver pour chaque époque des « expériences fondamentales », mais de décrire, du xvi e au xix e  siècle, les scans […] Lire la suite

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Raymond Roussel »  : […] Le lecteur des Impressions d'Afrique de Raymond Roussel risque d'être surpris. Car l'auteur – étrange conseil pour un romancier – lui recommande de sauter les dix premiers chapitres. Ils sont en effet singuliers : une série de tableaux vivants, dans lesquels des hommes utilisent d'incroyables machines pour accomplir les actions les plus bizarres. Un tireur d'élite parvient à séparer d'un coup de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Patrick BESNIER, « ROUSSEL RAYMOND - (1877-1933) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-roussel/