ROUSSEL RAYMOND (1877-1933)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théâtre

Le théâtre tient une place exceptionnelle chez Roussel, comme si chez lui tout y ramenait. Michel Leiris a dit quel spectateur boulimique et singulier il fut, retournant “douze ou quinze fois de suite” voir tel mélodrame ou tel drame historique.

Les deux pièces qu'il publia, L'Étoile au front et La Poussière de soleils, forment, dans son œuvre si tragique et si tendue, un espace de liberté et presque de bonheur : la mort n'y domine pas comme dans Impressions d'Afrique ou dans Locus solus. Les mots, les anecdotes y expriment une gratuité vraie, comme si l'espace scénique libérait d'une fatalité, que le jeu théâtral lavait des malédictions. Dans L'Étoile au front ou dans La Poussière de soleils, le monde n'est plus empoisonné, l'espace n'est plus le gigantesque piège qui retient prisonniers les personnages d'Impressions d'Afrique sur ce champ de fêtes qui est aussi lieu d'exécutions, ou, dans Locus solus, ce parc qui est aussi prison, salle de tortures. Dans les deux pièces, l'espace n'est pas mortifère, et elles s'achèvent “bien”. On y trouve même des “méchants” dont l'élimination permet des fins heureuses, sans arrière-pensée.

La Poussière de soleils en particulier, seul de tous les livres de Roussel, est portée par un mouvement perpétuel, course-poursuite au bord du burlesque, dans de beaux décors aux couleurs vives, d'une énergie, d'un dynamisme irrésistibles, loin du fatal recommencement des cadavres à répétition qui marquent Locus solus. Une photographie porte témoignage de ce bonheur théâtral de Roussel : on l'y voit en costume de marin tenant un petit rôle dans une représentation d'Impressions d'Afrique, comme un prince incognito au milieu des simples mortels, satisfait de voir autour de lui le monde fonctionner comme il l'entend – réconcilié, au moins le temps de la représentation.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROUSSEL RAYMOND (1877-1933)  » est également traité dans :

LOCUS SOLUS, Raymond Roussel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 926 mots

On connaît l'expression forgée par André Breton pour désigner Raymond Roussel (1877-1933) dans son Anthologie de l'humour noir : « le plus grand magnétiseur des temps modernes ». De Desnos à Leiris, de Jean Ferry à Michel Foucault, l'œuvre de Roussel a été constamment scrutée par les […] Lire la suite

BUTOR MICHEL (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 2 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au temps du « nouveau roman » »  : […] Au cours de son Intervention à Royaumont ( Répertoire   I , 1960), Michel Butor a évoqué ses tentations, opposées – celle de la poésie, celle de la philosophie –, et la façon dont le roman lui parut le lieu de leur possible conciliation, quand il commença à écrire. Sa poésie est alors toute dominée par l'œuvre d'André Breton. Les écrits de jeunesse de Butor, dont témoigne la première partie des […] Lire la suite

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 584 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Spécificité de l'œuvre d'art »  : […] I1 faut affirmer d'entrée que là comme ailleurs – en physique, en biologie, en sociologie, en histoire – réside un troisième terme déterminant. Entre l'objectif et le subjectif chers à un certain dualisme existe un impératif, qui, pour n'être pas « catégorique », n'en fait pas moins nécessité. Entre le champ de l'objectivité des faits, des données, des événements sociaux et historiques et celui de […] Lire la suite

DUCHAMP MARCEL (1887-1968)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 909 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le passage du « rétinien » à la pensée »  : […] Ayant bénéficié à ses débuts des chances que lui a accordées son père, Eugène Duchamp, notaire à Blainville, qui l'a aidé financièrement, de même que ses deux frères aînés : Gaston Duchamp, alias Jacques Villon, peintre, Raymond-Duchamp-Villon, sculpteur, et sa sœur cadette, Suzanne Duchamp, Marcel Duchamp a commencé à peindre à l'âge de quinze ans, en 1902. En 1907, il a marqué sa prédilection p […] Lire la suite

FOUCAULT MICHEL (1926-1984)

  • Écrit par 
  • Frédéric GROS
  •  • 5 262 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les discours de vérité »  : […] C'est toujours une expérience littéraire, celle de Roussel et de ses procédés d'écriture par production et décomposition de mots ( Raymond Roussel , 1963), qui permet à Foucault de construire l'idée d' épistémè dans Les Mots et les choses (1966). Cette fois, il ne s'agit plus de retrouver pour chaque époque des « expériences fondamentales », mais de décrire, du xvi e au xix e  siècle, les scans […] Lire la suite

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Raymond Roussel »  : […] Le lecteur des Impressions d'Afrique de Raymond Roussel risque d'être surpris. Car l'auteur – étrange conseil pour un romancier – lui recommande de sauter les dix premiers chapitres. Ils sont en effet singuliers : une série de tableaux vivants, dans lesquels des hommes utilisent d'incroyables machines pour accomplir les actions les plus bizarres. Un tireur d'élite parvient à séparer d'un coup de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick BESNIER, « ROUSSEL RAYMOND - (1877-1933) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-roussel/